AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 28 Juil - 8:23


« Le début du commencement... »

Ce fut le bruit de la cloche retentissante dans les couloirs de l'école, qui rappela à Bellatrix que sa toute première heure de cours allait bientôt commencer. Assise sur un fauteuil brodé aux armoiries des Black, les deux pieds sur son bureau, elle regardait dans le vide, pensive. Aujourd'hui commençait sa procédure d'apprentissage de la vrai Histoire de la Magie à ces élèves insouciant, crédules et ignorant. Il fallait qu'ils sachent ce qui était en train de se passer, qu'ils se rendent compte que les grandes familles de sorciers étaient en danger, que les vrai sorciers étaient en danger.. Vrai? Oui vrai, ceux qui n'étaient pas encore pourrit par le sang des moldus, ces êtres sans pouvoirs magique qui répugnaient tellement Bellatrix. Des comme ça, elle en voyait tous les jours arpenter les rues. On les reconnaissaient à leur démarche lourde et gauche, à leur façon de parler qui n'avait rien de noble et de respectable, mais surtout à leur visage qui n'avait rien de pur et de propre, mais qui faisait plutôt ressortir la laideur des moldus. Ces gens là étaient plus communément appelés les.. Sang de Bourbes... Cependant, à présent qu'elle était professeur à Poudlard et qu'elle allait en croiser tous les jours dans les couloirs, il fallait qu'elle se contrôle. Elle ne pouvait plus utiliser cette expression librement, non, les autres professeurs ne l'accepteraient pas et irait voir Dumbledore et si elle venait à être renvoyé, elle ne pourrait alors pas mener son projet à bien...

Un brouhaha se fit entendre derrière la porte; les élèves étaient là, ils se tenaient près à entrer dans le cours qui était pour eux le plus ennuyant, sans savoir ce qui les attendait, sans savoir qu'ils ne retrouveraient pas leur tendre et bien aimé professeur Binns. Bellatrix passa sa langue de vipère sur ses dents blanches, son éternel sourire narquois figé sur son visage porcelaine. Allait-elle les faire entrer? Aller, encore quelques secondes de suspens.. Encore un peu, ils espéraient peut-être que le professeur n'était pas là et qu'ils pourraient aller gambader dans le parc et profiter du soleil... Pfff, certainement pas ! Ce fut bon, d'un coup de sa baguette magique, elle déverrouilla la porte qui s'ouvrit dans un grand bruit de tonnerre, soulevant un nuage de poussière. Les élèves qui étaient le plus proche de la porte ouvrirent de grands yeux devant un tel spectacle, jamais le professeur Binns n'avait mis un tel entrain à commencer l'un de ses cours. Ceux-ci étaient plutôt d'un genre soporifique qu'attractifs. Sauf que voilà, ce ne fut pas le professeur Binns qu'ils découvrirent ce matin.

Les élèves prirent place sur les pupitres que Bella avait pris soin de disposer de façon anarchique. S'il y avait bien quelque chose qui irritait Bella, c'était tout cet ordre et cette monotonie qui régnaient dans les salles de classe de Poudlard. Pour se sentir tout à son aise dans la salle de classe où elle allait passer le plus clair de son temps, Bella se permit de rajouter sa petite touche personnelle. Là où aurait dû se trouver l'habituel tableau noir, Bella y avait accrochée une copie magique du grand arbre généalogique de la famille Black, présent également dans la maison familiale au 12 square Grimmaurd, avec leur devise écrite en dessous ; « Toujours pur ». Le long du mur de gauche, d'autres arbres de grandes familles de sorciers au sang pur s'entremêlaient. On retrouvait ainsi la famille Gaunt , la famille Malefoy, ou encore la famille Croupton. Sur le mur de droite, de grandes affiches représentant des scènes de guerre étaient accrochées. L'une d'entre elles était particulièrement sanglante, elle représentait un sorcier entrain d'égorger sans remords un Gobelin.
Lorsque les élèves prirent place, Bellatrix se leva, ferma la porte d'un coup sec (tant pis pour les retardataires, Bellatrix se chargera de leur apprendre ce qu'est la ponctualité) et prit la parole d'une voix douce, mais angoissante.

« Bonjour à tous jeunes élèves de Poudlard, -elle exécuta un salut grossier, s'inclinant si bas que son nez aurait pu toucher ses chaussures et continua d'une voix plus solennelle que jamais-. Bien que certain d'en vous doivent me connaître grâce à mon sang - elle regarda les élèves pour voir si l'un d'eux avec la moindre réaction, mais le manque de manifestation fit apparaître sur ses lèvres une petite moue enfantine-, je vais quand même me présenter, dit elle, son éternel sourire narquois étant réapparut sur son visage. Je suis Bellatrix Black, issue de la Noble et très ancienne famille des Black- elle donna un coup de tête en direction de l'arbre généalogique qui se trouvait derrière elle-. Pendant un certain temps, je remplacerais votre ancien professeur d'Histoire de la Magie qui a décidé de prendre un petit congé.. Mais voyez-vous, nous n'apprendrons pas la même histoire que celle qui vous a été enseignée, ou plutôt infligée toutes ces années; oui, j'ai moi aussi fait mes études à Poudlard... Cette année, reprit elle d'une voix forte après un petit temps de pause, nous apprendrons la vérité, toute la vérité. »

Bellatrix passa entre les rangs et regarda un à un les élèves, se rapprochant si près de certain qu'ils pouvaient sentir son souffle contre leur visage. C'étaient comme si elle essayait de rentrer dans leur esprit pour y découvrir leur moindre pensées, des plus saines aux plus obscures.. Bella retourna d'un pas sautillant vers son bureau et dit d'une voix enfantine, une nouvelle moue sur son visage:

« J'aimerais que vous remplissiez ce formulaire..»

Elle leva sa baguette et une pile de feuille se glissa tant bien que mal parmi les élèves en déposant devant chacun d'eux une petite feuille marquée aux armoiries des Black. Le formulaire se présentait ainsi :

Nom:
Prénom:
Sang:
Profession parents:

Avec ce formulaire, elle pourrait jugé la valeur de chaque élèves de sa classe et ainsi juger quelle attention elle devra leur porter. L'avenir de chaque élèves dans cette classe dépendait de ce qui allait être écrit sur ce simple et innocent morceau de parchemin..

« Des questions? » ajouta t-elle d'une petite voix de bébé, un sourire malin sur le visage.





Dernière édition par Bellatrix Black le Lun 8 Aoû - 21:59, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 358
Date d'inscription : 27/06/2010
Age : 26

Feuille de personnage
Famille:
Relations:
Rp en Cours:

MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 28 Juil - 23:20

    Lily attendait patiemment devant la salle de classe d'Histoire de la Magie tout en relisant ses notes du dernier cours, on ne sait jamais si le professeur Binns avait décidé de faire un devoir surprise. En attendant, elle était l'une des rares élèves à apprécier ce cours et à le suivre passionnément... C'était surement dû au fait qu'elle était une née moldus et que de ce fait l'histoire des sorciers elle ne le connaissait pas aussi bien que ce qu'elle voulait. Bref, quoi qu'il en soit, ce cours était un des cours qu'elle ne ratait jamais de peur de rater une information trop importante, même lorsqu'elle souffrait le martyre elle se débrouillait pour s'y rendre.

    Alors que la cloche retentit pour signaler le début des cours, la jeune fille rangea ses parchemins dans son sac. Elle s'attendait comme le reste de la classe à ce que le fantôme qui leur servait de professeur d'Histoire de la Magie leur ouvre la porte, il n'était pas du genre à les faire attendre d'habitude mais là ça durait plus que d'habitude. Lily regarda ses camarades qui eux aussi avaient l'air surpris, tandis que certains espéraient déjà que le professeur soit absent et qui proposait de s'en aller, la porte de la salle s'ouvrit d'une façon peu commune. La Rouge et Or agita ses bras pour faire disparaitre la poussière qui était apparu à cause de la porte, puis ne comprenant pas ce qui se passait elle passa une tête à l'intérieure de la salle pour voir si tout allait bien. Elle remarqua une jeune femme assise sur un fauteuil, elle arqua un sourcil puis se décida à entrer, elle osa adresser un sourire à Bellatrix ne doutant pas une seule seconde qui elle pouvait être.

    La jeune préfète se dirigeait vers le pupitre qu'elle utilisait d'habitude, c'est à dire au deuxième rang, puis lorsqu'elle s'y installa en déballant ses affaires elle remarqua que la décoration de la salle de cours n'était plus tout à fait la même qu'avant. Elle parut choquer de voir une affiche d'un sorcier entrain d'égorger un gobelin, Lily échangea un regard apeuré avec la personne qui était assise près d'elle. Puis son regard émeraude se balada sur tout les murs de la salle, des affiches plus horribles les unes des autres étaient présentes... Lorsqu'elle aperçut les arbres généalogiques elle arqua à nouveau un sourcil, elle connaissait quelques familles, les Black, les Malfoys et les Croupton en faisaient partis... C'était tous des familles réputées pour leur sang pure, alors la Gryffondor ne mit pas beaucoup de temps pour conclure que les autres familles étaient des sangs pure aussi. Ce qu'elle ne comprenait pas c'était pourquoi un tel décor ?

    Le bruit que fit la porte lorsqu'elle se referma ramena la jeune fille à la réalité, elle s'assit aussitôt sur sa chaise et observa la jeune femme qui s'était à présent levée. Cette femme lui rappelait étrangement quelqu'un, ses traits lui étaient familiers, mais elle ne se souvenait pas l'avoir déjà croisait quelque part. Bref, la femme prit la parole pour saluer les élèves tout en faisant des gestes qui auraient pu la faire rire dans d'autres circonstances. Puis elle se présenta. Bellatrix Black... Lily se tapa le front mentalement, elle savait qui est-ce qu'elle lui rappelait à présent, Sirius évidemment. Ce devait surement être un parent proche du jeune homme. Et la préfète comprenait mieux toute cette décoration et ce discours, elle avait eu pas mal d'échos sur la famille Black et leurs idées... Toutefois la jolie rousse ne comprenait pas comment un le professeur Binns pouvait prendre congé c'était un fantôme après tout ce n'était pas comme s'il était malade ou qu'il devait voyager quelque part pour diverses raisons, et alors qu'elle s'apprêtait à lever la main pour en savoir d'avantage sur cette affaire Bellatrix se rapprocha de chaque élèves, et lorsque ce fut le tour à Lily, la jeune fille n'osa même pas regarder l'enseignante qui commençait vraiment à lui faire peur par son comportement étrange. Son regard émeraude fixait un point imaginaire sur le mur qui se trouvait face à elle. Puis le professeur retourna à son bureau et fit voler une pile de feuille vers les élèves en leur demandant de le remplir.
    Lily observa la feuille qui venait d’atterrir sur sa table. Elle commença à y écrire son nom et son prénom, puis elle bloqua sur le sang. Elle regarda le reste de la classe ne comprenant pas comment on pouvait demander une chose pareille à ses élèves. S’obligeant à penser que ce n’était qu’une simple formalité, elle remplit le reste de la feuille, craignant tout de même le pire lorsque le professeur Black se rendra compte qu’elle a des origines moldus.

    Nom: Evans
    Prénom: Lily
    Sang: Née moldus
    Profession parents: Père ouvrier, Mère institutrice

    La Rouge et Or déposa sa plume puis inspira un bon coup, cette question du sang ne présageait rien de bon à son avis. Elle pensait que désormais, le cours d’Histoire de la Magie deviendrait un vrai calvaire à ses yeux, et qu’elle passerait les pires heures de cours de toute sa vie. Lorsque le professeur demanda s’il y avait des questions, elle n’osa pas parler, Lily Evans qui d’habitude avait des tonnes de questions, avait la bouche fermée et se faisait la plus discrète possible.



« Le grand courage, c’est encore de tenir les yeux ouverts sur la lumière comme sur la mort. »

©️Albert Camus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maraudeurstimes.forumactif.com

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Ven 29 Juil - 16:26

Un bruit de réveille qui sonne dans le dortoir des Gryffondor. Bella n'avait pas du tout, mais alors pas du tout envie de se lever, surtout que pour sa première heure de coeur, elle n'avait rien de moins qu'un cours d'Histoire de la magie... Non, mais elle détestait ça en plus, à chaque fois elle avait envie de s'endormir, et d'ailleurs sans Lily, Aya, Jason et Kalisz c'est ce qu'elle ferait, c'était grâce à eux qu'elle arrivait à rester éveillée. Mais bon plus le moment, encore fallait-il qu'elle arrive déjà à se réveiller, et là rien n'était moins sur.

Après dix bonnes minutes elle avait enfin réussit à sortir de son lit, Lily était déjà prête elle et elle était d'ailleurs déjà partie, Aya arrivait pas encore à émerger de son lit, du coup Belle prit ses affaires et alla dans la salle de bain prendre une douche rapide pour finir de se réveiller. Puis elle s'habilla, se maquillage un peu se coiffa et direction la grande salle parce que son ventre criait famine. En sortant du dortoir Belle avait attrapé son sac et accroché sa baguette à sa ceinture.

Elle descendit les escaliers jusqu'à la grande salle où elle retrouva une grande partie de ses amis avec qui elle commença à discuter de tout et de rien. Puis ce fut l'heure d'aller en cours, elle était pas du tout motiver mais bon. Elle monta donc au deuxième étage où il y avait le cours d'Histoire de la Magie et elle retrouva Lily devant la salle qui était pour le moment fermé. La porte s'ouvrit alors de belle venait de dire bonjour à Lily et la porte c'était ouverte avec force et fracas, si bien que Belle avait sursauté.

Entrant dans la salle elle vit tout d'abord la disposition anarchique des table, puis la décoration qu'elle qualifierait de lugubre, et enfin le prof, ou plutôt la prof. Belle marqua un temps d'arrêt, elle la connaissait... Belle jeta un coup d'œil à Sirius puis à la prof... Bellatrix Black, la cousine du Maraudeur... C'était elle leur prof... L'espace d'un instant Belle eut envie de retourner se coucher, elle connaissait la réputation de la famille Black qui était bien différente de la réputation de Sirius d'ailleurs. Soupirant Bella alla tout de même s'assoir à côté de Lily.

Elle écouta ensuite tout le baratin de leur nouveau professeur sans grande joie mais elle n'en montra rien, restant comme impassible, jusqu'au moment ou elle se retrouva avec un formulaire à remplir, et quel formulaire, Belle ne put pas s'empêcher de ricaner doucement en voyant qu'elle demandait le sang de ses élèves. Cette folie du sang-pure. Vraiment Belle se demandait comme Sirius elle des gens comme les Black pouvaient être de la même famille. Mais le blonde prit une plume, la trempa dans son encrier et remplie le formulaire de sa plus belle écriture calligraphiée.

Nom: Valtteri.
Prénom: Elisabelle.
Sang: Sang-pure.
Profession parents: Père --> Médicomage à Sainte Mangouste. Mère --> Auror.


De part le fait qu'elle venait d'une vieille famille de sang-pure autant du côté de sa mère que du côté de son père Elisabelle savait qu'elle n'avait rien à craindre de leur nouveau professeur, sauf si celle-ci avait les Gryffondor et horreur ainsi que les amis de son cousin, mais au niveau de sang en tous cas tout irait bien ce qui n'était pas le cas de sa meilleure amie qui venait d'une famille de Moldus; Belle jeta un coup d'œil à Lily histoire de voir comme elle allait, mais cette dernière n'avait pas l'air très à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Ven 29 Juil - 20:03

    « Kaylee ? Faut vraiment qu'tu lèves là. Les cours commencent dans une heure ! »

    La préfète des Serpentard se contenta de grogner en guise de réponse, essayant tant bien que de mal de retrouver les bras de Morphée sans grand succès. Alors qu'elle soupirait, fortement agacée par la situation sa camarade referma la porte de la chambre et Kaylee put l'entendre dévaler les escaliers en vitesse tout en lui criant de se dépêcher. Repoussant les couvertures, elle se redressa dans son lit afin de venir s'assoir sur le bord et poser les pieds sur le parquet froid ce qui l'a fit grimacer légèrement alors qu'elle passait une main sur son visage, frottant ses yeux encore lourd de sommeil. Après avoir difficilement rassemblé tout le courage et la motivation nécessaire pour affronté une nouvelle journée de cours elle se mit enfin debout et rejoignit la salle de bain afin de se réveillée complètement avec une bonne douche. Cela fait, elle revêtit l'uniforme scolaire et elle passa un coup de brosse dans ses cheveux, les séchant correctement à l'aide de sa baguette avant de retourner dans la chambre pour prendre son sac de cours, elle y fourra quelques parchemins vierge, des plumes et des bouteilles d'encre puis après un dernier regard sur l'heure elle quitta la pièce tout en épinglant son insigne de préfète sur sa poitrine.

    Plus qu'un quart d'heure avant le début des cours. D'un pas rapide la jeune femme traversa la salle commune, saluant d'un signe de têtes les rares élèves présent dans les lieux et elle traversa les cachots afin de se rendre dans la Grande Salle. En passant, elle lança un rapide regard aux sabliers et grimaça en voyant les Gryffondor en tête. Pas qu'elle n'aime pas spécialement les élèves de cette maison, contrairement à beaucoup d'autres Serpentard Kaylee ne s’intéresse pas à cette petite guerre entre élèves, ne supportant pas elle même certaines personne de sa propre maison, mais être les vainqueurs en fin d'année, avoir la coupe est quelque chose d’extrêmement gratifiant. De même pour le Quidditch. Prenant place à sa table, la demoiselle attrapa quelques toasts qu'elle mangea tranquillement en jetant un coup d'œil rapide à la gazette du sorcier prêter par un de ces voisins de table.

    La sonnerie se fit entendre, déclenchant à nouveau un soupire de la part de l'adolescente. Elle se leva et se dirigea vers la sortie en traînant des pieds, peu enchantée à l'idée de se rendre en cours d'Histoire de la magie. L'idée de pouvoir rattraper son léger manque de sommeil la motiva quelque peu et elle monta les escaliers afin de rejoindre le deuxième étage, là où le cours se déroulait. La porte s'ouvrit brusquement dans un nuages de fumée qui fit tousser la préfète. En entrant dans la salle, elle découvrit avec surprise que la décoration avait été changée et que le professeur fantôme avait été remplacée par une femme en chair et en os. Arquant un sourcil en signe d'interrogation Kaylee s'installa à sa place habituelle, vers le fond de la salle, du côté des fenêtres, un peu contrariée à l'idée de ne pas pouvoir somnoler durant le cours. La porte se referma d'un coup sec et l'enseignante pris la parole. Elle se présenta comme étant Bellatrix Black et elle désigna d'un coup de tête l'arbre généalogique placée derrière elle. Visiblement, il s'agit là d'une sang pur qui est fière de ses origines ! Après avoir fini son petit discours qu'elle avait récitée tout en faisant le tour de la classe, approchant son visage le plus près possible de celui de ses étudiants elle se dirigea d'une démarche sautillante jusqu'à son bureau et fit voler des parchemins tout en les priant de répondre aux questions. C'est ce que la préfète fit, retenant difficilement un soupire de lassitude.

    Nom: Fairchild.
    Prénom: Kaylee.
    Sang: Mêlée.

    Sa plume resta en suspens, incapable de répondre à la dernière question. Qu'est ce qu'elle est censé écrire ? L'ancien métier de ses parents ? Dire qu'ils sont décédés ? Mettre son oncle, qui s'occupe d'elle comme si elle était sa propre fille depuis maintenant 6 ans ? Alors qu'elle réfléchissais à cela, la fois enfantine de l'adulte se fit entendre, questionnant les étudiants sur d'éventuelles questions. Kaylee hésita puis haussa les épaules, reprenant sa plume afin de répondre a la dernière question.

    Profession Parents: Décédés. Oncle; Médicomage en chef, service Virus et microbes magiques.


Dernière édition par Kaylee Fairchild le Sam 30 Juil - 14:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Sam 30 Juil - 0:35

Ce matin la, James se leva en sachant déjà ce qui l'attendait. Un interminable cours d'histoire de la magie avec le plus monotone de tous les profs, j'ai nommé ; Binns. C'était arrivé plusieurs fois que James s'endorme en plein cours et été réveillé par les coups de coudes de Rémus. une fois réveillé, le maraudeurs donnait des coups de coude à son acolytes Patmol pour le réveiller à son tour...

Bref, le rouge et or se leva et pinça les orteils de Sirius qui se réveilla en criant un AIE monumentale réveillant par la même occasion ses camarades de dortoirs.


-Excuse moi j'avais envie.

Puis James courut en direction de la salle de bain, évidemment mort de rire avec un Sirius furieux à ses trousses. Il adirait les réveils dans la bonne humeur. Il entra sous la douche pour finir de se réveiller malgré le fait que sachant que quand il sortirait, il en prendrait plein la tronche. Une fois douché, il regagna le dortoir et Sirius avait un petit sourire en coin...Ce n'était pas bon signe. Il passa derrière James en lui murmurant un "bon courage" et le chef des maraudeurs soupira en se dirigeant vers son lit.
arrivé devant ce qui aurait du être son lit, il n'y avait plus que les barreaux... Voyant la fenêtre ouverte, il se pencha et vit que tout son lit était en bas de la tour.


-Le saligot!!

Peter et Rémus éclatèrent de rire car James savait pertinemment que le loup et le rat avaient aidés le chien a tout balancer pour se venger de les avoirs réveillé en sursaut. D'un coup de baguette, il fit remonter le tout sous le regard des élève lève-tôt hilares...
Puis lorsqu'il voulut ouvrir son armoire, tout ses vêtements lui sautèrent à la figure... Mort de rire mais désireux de se venger car c'était une idée de Sirius, le rouge et or ferma la porte à clé d'un coup de baguette et laissa Sirius à l’intérieur car celui ci avait laissé sa baguette sur sa table de nuit.
Alors James s'habilla en entendant Sirius crier pour qu'on vienne lui ouvrir. ce ne fut qu'une fois que les autres furent douchés (car il n'y a pas qu'une douche dans le dortoirs des maraudeurs^^) qu'ils décidèrent d'ouvrir à Sirius...


Les quatre maraudeurs descendirent alors prendre leurs petit déjeuner puis se rappelèrent toutes les âneries faites en cours d'histoire de la magie.
Le cours avait lieu dans vingt minutes et tous les gryffondors étaient devant la salle sauf Sirius et James qui préparaient leurs petites bêtises à faire en cours. Lorsqu'il arrivèrent en devant la salle, plusieurs élèves disaient que le profs n'était pas là. Soudain la porte s'ouvrit avec fracas!
James regarda Sirius avant d'éclater de rire!


-Il a mangé du dragon ou quoi.

Puis les deux élèves entrèrent en cours. Une fois dans la salle james constata que toute la décoration avait changé et Sirius était bloqué, le regard en direction de...la prof.

-Et ben t'es stupéfixé!
-Tu capte pas, la prof, c'est ma cousine!

James regarda alors la prof qui était habillé d'une manière assez extravagante mais soit, les cours allaient être beaucoup pour distrayant que d'habitude.
Bellatrix prit la parole et annonça que Binns avait prit un congé.


-Ça lui fera pas de mal!

La prof annonça qu'ils apprendraient toute la vérité sur l'histoire de la magie. ça voulait dire que Binns leur mentait? En même temps quand il racontait, c’était plus un compte de fée qu'un cours d'histoire mais bon... Puis Black passa dans tous les rangs pour observer les élèves et lorsqu'elle arriva devant James, il lui fit un grand sourire narquois. Puis elle retourna à son bureau leur intimant de remplir le formulaire qui se déposait sur chacune des tables des élèves.
james ne fut pas étonné en voyant le type de sang que chacun devait mentionner. Cependant aprés reflexion, James repensa aux réflexions que Sirius faisait sur sa famille et sourit. Il attrapa sa plume et remplit le formulaire.


Nom: Potter
Prénom: James
Sang: Pur
Profession parents: Père Auror ; Mère Botaniste puis mère au foyers
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Dim 31 Juil - 12:46

(c) CRÉDIT - FICHE

    Jamais de sa vie Axelle n’était arrivé en retard. Que se soit pour un cours ou encore pour un rendez-vous, même un simple rendez-vous avec une copine (bon d’accord ça ne lui était jamais arrivé mais elle savait que si ça lui arrivait un jour, elle serait à l’heure, ou en avance). Bref. En tout cas, elle n’allait pas changer ses bonnes habitudes ce jours-là, c’est pourquoi elle arriva en avance à son cours d’histoire de la magie. Elle adorait cette matière à l’époque où le professeur fantôme était encore à son poste. Elle avait entendu dire qu’il était parti quelque temps et qu’il allait être remplacé par un autre professeur. Elle ne savait encore rien sur cette personne mais elle espérait en son fort intérieur qu’elle serait juste un peu plus passionnante que le professeur Binns parce que même si le contenu de ses cours était intéressant, la façon dont il l’expliquait n’en était pas moins soporifique…

    Elle arriva dans la salle qu’elle n’eu aucun mal à retrouver ce qui était un mirale parce que depuis six ans qu’elle était à Poudlard, elle arrivait à se perdre dans le château… Oui elle n’avait pas vraiment le sens de l’orientation… Une fois elle avait voulu se rendre à la volière et elle c’était finalement retrouvée après trente cinq minutes de recherches, dans la tour d’astronomie ! Bon, elle avait fini en hauteur, comme prévu et elle avait adoré la tour d’astronomie, si bien qu’elle y retournait assez souvent pour se mettre à l’écart de tout le monde, être un peu seule avec ses pensées, mais il n’empêche qu’elle n’avait pas pu envoyer sa lettre ce jour-là et qu’elle avait du demander à quelqu’un de lui prêter un hibou quand elle était revenu dans sa salle commune.

    En tout cas cette journée devait être chanceuse car elle avait trouvé son chemin sans encombre et quand elle arriva dans la salle il n’y avait presque personne, comme elle s’y attendait bien entendu, vu qu’elle était en avance et que c’était rare que les élèves se pressent pour l’histoire de la magie.
    Elle reconnu cependant quelques têtes qui lui étaient familières mais à qui elle n’avait jamais osé vraiment parler. Il ne fallait pas trop lui en demander ! Elle regarda à l’intérieur de la salle afin de voir à quoi ressemblait le professeur avant que lui-même ne la remarque. Malheureusement, la jeune femme qui se trouvait là semblait avoir des yeux cachés sous ses épais cheveux car même avec la discrétion naturelle que possédait Axelle, la femme se retourna d’un coup, comme si quelqu’un s’était approché pour lui voler quelque chose.

    La jeune femme avait un regard étrange, comme si elle voulait voir ce qui se passait dans la tête de tous les élèves présents dans la salle et il faut bien avouer que quand elle vit le regard qu’elle lui avait jeté, Axelle eu vraiment envi de sortir en courant et en criant « Je me suis trompée de cours, désoléééééééééééééééééééééééééééééeeeeeee !!! » mais ça ne lui ressemblerait vraiment pas du tout et puis elle savait très bien qu’elle n’avait pas le droit, et qu’elle aurait eu de gros ennuis si elle l’avait fait mais bon… L’envi ne lui manquait pas !

    Cependant, Axelle repris ses esprits et se dirigea vers une table au fin fond de la salle sans jeter un regard de plus à cette drôle de personne qui après tout n’était peut-être pas son professeur, peut-être qu’elle venait là simplement pour… Nettoyer le tableau ? Stupide. Cette idée était complètement stupide. Axelle, va t’asseoir et arrête de penser.

    La jeune fille s’exécuta à son propre ordre et sorti une feuille de parchemin, une plume et de l’encre et regarda le tableau assez discrètement pour pas que la personne étrange qui se trouvait devant ne l’agresse croyant que c’était elle qu’elle regardait. Oui c’était l’impression qu’on avait quand on regardait cette grande dame brune aux yeux écarquillés. Ca rassura Axelle quand elle remarqua que chaque fois qu’une personne entrait dans la salle elle avait droit à un regard tout aussi étrange que celui dont elle-même avait hérité à son entrée.
    Les autres élèves entrèrent petit à petit dans la salle de cours et quand le dernier entra (ou plutôt quand l’heure de fermer la porte sonna), la femme, qui visiblement était bel et bien le professeur, claqua la porte un peu violemment et commença a faire son discours de début de cours.

    Ce fut un monologue… Intéressant. Un peu étonnant, mais intéressant. Ce nouveau professeur ne ressemblait en rien au professeur Binns mais visiblement elle savait ce qu’elle faisait et elle avait envi de leur apprendre ce qu’elle savait donc… Axelle n’en demandait pas plus ! Le professeur Black, car tel était son nom (et non la jeune fille n’en avait jamais entendu parlé et puis quel rapport avec son sang ?) leur demanda de remplir un formulaire assez étrange comparé à ceux des autres professeurs mais Axelle n’y vit pas vraiment d’inconvénient et puis elle n’allait pas se plaindre le premier jour avec un nouveau professeur et puis de toute façon vu la tête du dit professeur elle n’aurait pas osé.



    Nom : McKeiny
    Prénom : Axelle
    Sang : O positif Né-moldu
    Profession des parents : Père : propriétaire d’une pâtisserie écossaise. Mère : nourrice.




    Encore le sang ? Cette jeune femme faisait une fixation là-dessus il semblait… Axelle ne comprit pas vraiment ce qu’elle devait mettre dans cette case et après avoir écrit son groupe sanguin, elle se rendit compte (grâce à la copie de la personne devant elle) qu’en réalité on lui demandait de qui elle descendait. Ca la rassura un peu parce qu’elle avait sérieusement cru que le professeur était une sorte de vampire qui préférait certain groupe sanguin et qu’elle aurait choisi qui elle allait manger en fonction de cela. Bien entendu après mure réflexion c’était une idée absurde le directeur n’aurait jamais mis les élèves en danger.

    Une fois le formulaire rempli Axelle attendit que le cours commence.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Dim 31 Juil - 18:15

Severus n'appréciait guère les cours d'histoire de la magie, comme une grande majorité des élèves très certainement. Peut-être les détestait-il plus encore, à vrai dire, car histoire de la magie était alors pour lui synonyme de "maraudeurs discutant à loisirs entre eux de leur prochain mauvais coup". Sachant que lesdits mauvais coups lui étaient, à quatre-vingt-dix pour cent, destinés, cela allait de soi. Bref, il détestait ces cours qui étaient à la fois inutiles, barbants, dérisoires et en plus limite dangereux pour sa propre personne quand on savait ce qui risquait de l'attendre ensuite au prochain détour de couloirs.

Cependant, en élève assidu qu'il tentait de rester, il n'avait guère le choix. Il se devait d'y être, et, même s'il n'y serait pas attentif, de donner le change, tout en gribouillant le vieux livre de potions qu'il avait hérité de sa défunte mère et sur lequel il y mettait ses anotations potionesques ou ses sortilèges nouvellement créés. Bref, rien à voir avec l'histoire de la magie en somme. Il avait donc emmené avec lui son vieux livre de potions, et avait laissé sans l'once d'un scrupule son livre d'histoire de la magie, qu'il avait déjà lu deux fois au passage, dans sa vieille malle. Il était déjà en train de gribouiller ledit livre pensivement, quand il entendit la porte de la salle de cours s'ouvrir de façon... anormalement brutale. Peu habituel pour le fantôme qui leur servait normalement de professeur, pensa-t-il, daignant relever la tête... pour découvrir que finalement le professeur du jour n'avait visiblement rien à voir avec un fantôme.

Rien à voir du tout du tout, même, songea-t-il en détaillant subrepticement la belle femme qui semblait être leur "nouveau professeur" d'histoire de la magie. Black. Bellatrix Black. Maintenant qu'elle leur disait son nom, effectivement il la reconnaissait. Il s'agissait de la soeur de Narcissa, la future belle-soeur de Lucius, si ses souvenirs étaient bons. Il l'avait vu une fois, de loin, quand il avait été invité chez Lucius à une soirée malefoyenne. Quand il se permit de décrocher son regard de la femme brune qui les avait accueilli, Severus put remarquer le nouveau décor pour le moins... non ambigu. Elle étalait clairement son ascendance. Et par là même ses probables convictions sang puresques. Une digne héritière des Black en somme. Une Sang Pur et fière de l'être. Probablement également une... adepte... songea-t-il pour lui-même, ne pouvant s'empêcher de tourner de nouveau son regard sombre et intéressé vers leur professeur, tout en tenant fermement fermé contre le pupitre son livre de potions, qui, il en avait conscience, n'avait rien à faire dans ce cours soit dit en passant.

La vérité disait-elle ? Mais la vérité existait-elle seulement ? Pensa Severus, qui ne put s'empêcher d'hausser un sourcil sceptique à cette annonce qu'il jugea pour le moins.... bien présomptieuse. Mais il était connu que les Sangs Purs étaient souvent bien présomptueux. Sa mère l'avait été tout autant il fut un temps, songea-t-il aigrement.

Daignant alors baisser les yeux sur le formulaire qu'elle leur demandait, il eut bien du mal à cacher le sentiment d'horreur qui le saisit quand il découvrit ce qu'on leur demandait. Il détestait ce genre de choses... Les choses qui lui rappelaient sans cesse qu'il n'était pas des leurs, qu'il n'était qu'un Sang Mêlé.. Que l'enfant d'une traitresse à son sang même.


Citation :
Nom: Rogue
Prénom: Severus
Sang: Sang Mêlé
Profession parents: mère décédée, père peu digne d'intérêt


Et non, pas de questions. Severus enrageait soudain. Il n'avait aucune envie de poser la moindre question, mais à la place aurait bien aimé tester un de ses nouveaux sortilèges qui n'étaient pas encore totalement au point. Son petit sectum sempra... Juste pour tester. Et se défouler... de quel droit ce professeur osait leur poser de telles questions et leur faire remplir un tel formulaire ? Etait-ce pour mieux tous les classer et mieux rabaisser ceux qu'elle jugerait alors indignes de son "rang" ? Severus se sentait soudain à la fois humilié, même s'il pensait que seule sa professeur lirait ledit formulaire, et partagé vis à vis de la jeune femme. Partagé, car il ne pouvait nier qu'elle l'intriguait, l'intéressait, mais d'un autre côté ce simple questionnaire l'avait mis dans une rage qu'il peinait à contenir.

Et quand il sentit le questionnaire échapper de sous sa plume pour retourner à son professeur, il releva un regard des plus noirs, qui devait assurément trahir son sentiment actuel, vers la dénommée Bellatrix Black.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Lun 1 Aoû - 2:58

    Les cours d'histoire de la magie était probablement les cours que Regulus détestait le plus. Malgré le peu d'effort qu'il y mettait, il s'en sortait toujours avec des notes très acceptables. Pour Regulus, tout ce qui avait a trait de cours théorique ne l'intéressait pas. Lorsqu'il s'ennui trop il prend un bout de parchemin et gribouille des choses qui finissent toujours dans un bain d'encre. Regulus, qui était toujours dans son lit à moitié endormi, entendait les dernier retardataire du dortoir se presser pour ne pas arriver en retard. Il regarda sur sa montre l,heure qu'il était. Il lui restait dix minute pour tout faire. N'ayant pas vraiment faim, il pourrait passé cette étape. Il se leva tranquillement et s'habilla. Lorsqu'il eut terminer de se préparer, livre du cour d'histoire de la magie en main, il sortit en même temps que le dernier retardataire du dortoir. Il avait un manque flagrant de sommeil qu'il se permettrait de reprendre subtilement durant le cours. De tout façon ça ne dérengerait personne. Il se rendit au cour et mis le pied dans la classe exactement au moment où sonnait la cloche. En levant les yeux vers le professeur il fronça les sourcils.

    Sa cousine Bellatrix se tenant devant la classe et s'apprêtait à donner ce qui était, apparemment, son cours. Il était plutôt surpris. Il ne s'attendait pas vraiment à la voir ici, encore moins en tant que professeur. Il se dirigea lentement vers un des pupitres qui étaient placé dans un désordre anormal pour une classe. Sa cousine se présenta en disant qu'elle remplacerait leur professeur pour un temps, ce qui était a l'avantage de Regulus. Elle dit aussi qu'il ne verrait pas la même histoire qu'à l'habitude. Les cours d'histoire de la magie s'annonceraient-ils intéressant ? Regulus avait presque de la difficulté a le croire. Bellatrix agissait comme à son habitude. Un peu comme une adolescente atteinte de folie. Regulus ne niait nullement que sa cousine avait sa dose de folie et elle le prouvait en sautillant et utilisant parfois un voix enfantine. Elle aimait, apparemment, les contraste. Aucun enseignant n'agirait ainsi, Bella avait toujours aimé être complètement différente et ressortir du lot. Elle n'avait vraiment pas changé avec les années. Elle leur distribua d'un coup de baguette un petit formulaire avec quatre petites questions.

    Nom: Black
    Prénom: Regulus Arcturus
    Sang: Pur
    Profession parents: Inconnues

    La dernière question le pris au dépourvue. Regulus ne s'était jamais vraiment posé cette question. À son souvenir il n'avait jamais vu ses parents travailler. Il supposa que la fortune venait des héritages multiples de la famille. Il supposa que si c,est parents avaient déjà travailler Bella serait au courant puisqu'ils étaient plutôt proche. Lorsqu'il eut terminer de répondre au mini questionnaire il le poussa plus loin sur son bureau, attendant avec une légère impatience le reste du cours
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 2 Aoû - 7:52

Les yeux fixés au plafond, Ellianne hésitait à se lever. Après tout, ce n’était qu’un cours d’Histoire de la magie. Dans ce cours, tout ce qu’on faisait de constructif, c’était de se raconter les derniers ragots de l’école. Ou en partir de nouveaux… Elle se souvenait d’avoir entendu parler d’un élève de troisième de Serdaigle qui a remplacé les plumes du professeur Slughorn par des plumes en sucre. Est-ce que ça avait un rapport avec la matière enseignée par le professeur Binns? Absolument pas. Était-ce drôle? Oui. Surtout quand son amie avait imité la tête de l’enseignant de potion quand il s’était servit des mauvaises plumes! Le pire était que le fantôme n’était même pas intervenu. Il avait continué comme si de rien était. De toute façon, la plupart des élèves étaient endormis sur leur bureau et le reste placotait entre eux. Ellie se demandait si un jour ils allaient changer de professeur ou Binns continuera de faire un cours récréatif. Au moins, elle s’en sortait grâce à son côté autodidacte. Et c’était peut-être mieux ainsi. Ses parents feraient une crise cardiaque si elle coulait un cours. Enfin, elle en était pratiquement certaine. Elle n’avait jamais tenté le coup. Elle n’avait pas envie de les décevoir.

C’est dans cet esprit là qu’elle descendit à la salle commune après avoir enfilé son uniforme en soupirant. Au moins, elle faisait preuve de présence et personne pourrait la dénoncer pour ça. En parlant de porte-panier, il était temps d’aller voir si son frère était toujours endormi ou pas. La jeune fille se rendit au dortoir des garçons sans une once de gêne et avec un sourire aux lèvres. Elle se rappelait la discussion qu’elle avait eue avec son jumeau, un matin où il avait tenté d’entrer dans le dortoir des filles pour la réveiller. Il n’avait jamais pu entrer, car l’escalier s’était transformée en glissoir. Il avait clamé haut et fort que ce n’était pas juste, mais personne n’avait réagit, bien entendu. Elle entra dans celui de son frère. Sans un regard pour le dernier garçon encore présent, elle se dirigea vers le lit qui l’intéressait. Un jeune homme aux cheveux d’or était profondément endormi. Elle soupira. Son frère avait toujours eu un don pour dormir malgré le bruit ou la lumière. Ce n’était pas son cas. La seule chose qu’elle supportait hormis le silence quand elle dormait, c’était la musique. La lionne le secoua doucement en répétant son nom. Puis, elle dut se faire plus insistante. Le garçon finit par se réveiller et lui rappela que ce n’était pas la fin du monde s’ils rataient un cours d’Histoire de la magie. Ce fut à son tour de lui rappelé que leurs parents s’attendaient à ce qu’ils aillent à tous leurs cours. Après quelques minutes, elle le convainquit.

Ensemble, ils se rendirent à la Grande Salle prendre leur petit déjeuner. Ils s’assirent avec leurs amis et blaguèrent. Enfin, ce fut l’heure du cours. Comme tous ceux de leur niveau, ils se dirigèrent vers la classe. Ils attendirent avec les autres qu’on leur ouvre la porte. Ils furent étonnés de trouver une femme assez étrange derrière la porte et échangèrent un regard. On pouvait l’apercevoir seulement après que le nuage de poussière, sans doute polluant à souhait, se soit dissipé. Les quelques secondes passées à attendre n’avait qu’agacé Ellie qui était de nature impatiente. Mais bon, ce n’était pas une heure de perdue à attendre au moins. Elle alla prendre place dans la classe totalement désordonnée et résista à l’envie de replacer son pupitre comme il aurait du être. S’il était comme ça, ce n’était sans doute pas par hasard. Ils auraient peut-être un ‘’jeu éducatif’’ avec ça. Elle commença son discours et déjà, elle ennuyait profondément la Gryffondor. Par question de politesse, elle fit semblant de trouver très intéressant ce qu’elle disait. Ces propos auraient dut la choquer, mais elle n’avait pas envie de s’en faire avec ce cours. Elle ferait comme elle l’avait toujours fait : elle apprendrait par elle-même ce qu’il y avait à savoir. La différence serait qu’elle se mettait plus d’ouvrage sur les bras, puisque les examens du cours porteraient sans doute sur ce qu’on apprendrait en classe et non sur ce qui était réellement prévu au programme. Elle n’avait juste pas envie de couler ses ASPICs en histoire, parce qu’un professeur, probablement plus là l’année prochaine, avait trouvé drôle de chambouler toute l’année scolaire. Selon ses dires, Binns était en vacances. C’est drôle, quel genre de vacances les fantômes prenaient-ils? Ils ne voulaient certainement pas bronzer! Le discours acheva et elle leur passa un formulaire à remplir. Puis, elle demanda d’une voix enfantine s’il y avait des questions. Personne ne leva la main. Ellianne observa le questionnaire et leva sagement la main attendant qu’on lui donne le droit de parole. Dès que ce fut le cas, elle prit une voix angélique avant de demander :


- Pourquoi la profession de nos parents et notre sang vous importent-ils à ce point, professeur?

Il n’y avait ni agacement, ni d’impolitesse dans son ton. Au contraire, elle était d’une politesse à toute épreuve. Simplement curieuse de savoir à quoi serviraient ces données plutôt intimes et personnelles à son avis. Elle sentit le regard d’Emmanuel sur elle, mais attendit que l’enseignante daigne lui répondre, ne la quittant pas des yeux. Elle le remplit que lorsqu’elle fut certaine que c’était pertinent.

Nom: Jackson
Prénom: Ellianne
Sang: mêlé
Profession parents: Mon père travaille au ministère de la magie et ma mère à l’hôpital Ste-Mangouste.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 2 Aoû - 10:09

L’Histoire de la magie. Tout le monde savait que ce cours ne servait à rien d’autre qu’à faire la sieste. Comme il avait autre chose à faire que dormir, Jason décida de manquer son cours. Il n’avait pas fait le travail pour le cours de métamorphose et il comptait bien le faire à la place d’aller à un cours qui lui était absolument inutile. De toute façon, si le professeur Binns remarquait qu’il n’était pas là, ça serait considéré comme un miracle parmi tous les élèves. Le fantôme faisait si peu attention à ses élèves que le Gryffondor aurait parié qu’il allait faire son cours même l’été. Ses amis avaient tenté de l’en dissuadé. Cependant, il resta sur ses positions. Après tout, une McGonagall faisait toujours plus peur qu’un fantôme. Et elle était plus sévère que lui. C’est dans cet état d’esprit qu’il alla déjeuner. Ellianne tenta de le persuader une dernière fois, mais il refusa, assurant que la métamorphose était plus importante. Elle lui assura qu’elle l’aiderait après, étant assez douée dans cette matière. Mais il déclina l’offre. À court d’argument, elle alla avec les autres au cours. Le jeune homme s’installa avec ses affaires de métamorphose. Trempant sa plume machinalement sa plume dans son encrier, il lisait les devoirs qu’il avait à faire.

Le lion commença une réponse quand il se fit interrompre, sa main levée, s’apprêtant à écrire la suite de son devoir. Emmanuel arriva, essoufflé. Quand le frère d’Ellie avait vu que ce n’était pas le professeur Binns qui enseignerait ce cours, il avait cru bon de retourné de bord prévenir Jason. Refermant ses bouquins, il lui dit qu’il avait bien fait. Emmanuel ramassa les bouts de parchemins, plumes, encrier et les fourra dans le sac de Jason. Les deux garçons coururent jusqu’au cours. Ils rencontrèrent Sir Nicolas qui leur cria de ne pas courir dans les couloirs, mais ils ne firent pas attention. S’ils ralentissaient le pas, ils arriveraient en retard et ils perdraient des points. Enfin, si l’enseignante était plus observatrice que le précédent. Ils arrivèrent, alors que les derniers étudiants entraient dans la salle. Le jumeau de Ellianne reprenait son souffle court. Il venait de courir deux longueurs avec une pause de quinze secondes entre deux. Pour ce qui est de Jason, il était essoufflé, mais beaucoup moins que le blondinet. Donc, c’était un peu normal. Ils entrèrent dans la classe à leur tour. Ils allèrent rejoindre la blondinette qui leur avait gardé une place près d’elle. C’est là que Jason prit le temps de détailler l’enseignante.

Soudain, sa voix retentit et le déconcentra dans son observation. Son discours ne l’enchanta guère. Il n’aimait pas la façon qu’elle mettait en valeur son sang qualifié de pur. Elle ne l’avait pas dit directement, mais c’était tout comme. Si elle se croyait si supérieur, que faisait-elle ici? Il reçut le joli formulaire qu’il étudia du regard. Il n’y avait pas grand chose d’écrit là-dessus. Rien qui n’avait rapport avec la matière à venir. Rien sur leur niveau dans cette matière. Rien en relation avec ce qu’ils avaient vu jusqu’à maintenant. Pourtant, tout enseignant qui reprenait un cours préférait s’informer sur ce qui a été abordé avec l’ancien professeur ainsi que la matière vue. Mais pas elle. Sans doute qu’on l’avait informé ou elle s’en fichait totalement. Il sentait qu’ils allaient tous se planter aux ASPICs l’année prochaine, s’ils la suivaient tous. Enfin de compte, il aurait dut le manquer le cours. Ça n’aurait pas été plus grave que ça. Que pouvait-elle lui faire? Lui enlever des points? Ça lui faisait peur, voyons! Bref, tant qu’à être là, aussi bien participer au cours et remplir ce formulaire qui semblait plus à montrer qui était digne d’elle et qui ne l’était pas. Ellie posa une question qui l’intéressa. Écoutant d’une oreille, il écrivit les renseignements demandés :

Nom: Anderson
Prénom: Jason
Sang: mêlé
Profession parents: Mon père est aurore et ma mère est avocate.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 2 Aoû - 13:12

    Ce matin-là, je me réveillais bien avant l’heure. Comme toujours, je regardais se lever l’astre du jour, et je contemplais l’aube. La nuit avait été bien courte, et j’avais déjà du mal à rester éveillée. Heureusement, je me réconfortais en pensant que le premier cours de la journée était celui d’Histoire de la Magie. Ma matière de prédilection. Le professeur Binns semblait un peu moins enjoué ces derniers jours, étrange étant donné qu’il n’était qu’un fantôme et que les fantômes n’étaient pas sujet à la fatigue. Se lassait-il de donner des cours ? Pour moi, c’était le meilleur métier du monde. Enseigner. Plus je grandissais, plus je trouvais à ce métier un charme irrésistible. Donner des connaissances aux autres, les aider à comprendre, ce que j’aimerais le faire plus tard ! D’ailleurs, mon orientation se faisait dans cet angle-là. Mais voilà, il fallait choisir une matière. J’étais amoureuse de l’Histoire, mais il y avait aussi les Potions, et toutes autres matières passionnantes. De ce côté-là, je n’étais pas décidée. Alors que le réveil de mes camarades de chambre ne tarderait pas à sonner, je me levai, m’éloignant de la fenêtre, et pris mon uniforme avant de m’enfermer dans la salle de bains. Encore une journée normale…je le craignais. Une journée à ruminer à propos de Kalisz. Je soupirai à cette pensée, me brossant les cheveux en même temps. C’était une torture de le voir avec Elisabelle, à chaque coin de couloirs, à chaque cours, à chaque repas. Même sur le terrain de Quidditch, ils étaient réunis. C’était le couple parfait, ils correspondaient l’un à l’autre. Avais-je seulement quelqu’un dans ce bas monde qui puisse me correspondre ? …

    Tandis que les filles de ma chambre se préparaient, se levant doucement d’un réveil profond – ce que je pouvais les envier ! -, je sortis de la salle de bains, déjà prête. Mais à peine fus-je sortie du dortoir pour me rendre à la Grande salle, qu’une grosse boule de poil passa entre mes pieds écartés. Pour une fois, ce n’était pas Pam, mon chat, mais un autre que je n’avais encore jamais vu auparavant. Mon sac de cours sur mon épaule, je descendis pour prendre mon petit-déjeuner. Je m’assis en compagnie des autres serdaigles. A cette heure-ci, la table n’était pas au complet, mais les autres n’arriveraient que dans peu de temps. Je discutais un moment, tout en déjeunant, puis lorsque la cloche retentit, je quittais la Grande Salle pour me diriger vers la salle de cours d’Histoire de la Magie. Comme toujours, j’avais hâte de suivre à nouveau ce cours, et je ne fus pas surprise de voir que Lily Evans était arrivée avant moi devant la salle. Je ne la connaissais pas vraiment, nous avions discuté à l’occasion mais nous n’étions pas proches. Elle faisait partie des rares gryffondors qui ne m’agaçaient pas. Elle était discrète, et bonne élève. Comme moi.

    Tandis que nous attendions devant la porte, de plus en plus nombreux, je trouvais cela étrange que le professeur Binns nous fasse ainsi attendre, ce n’était pas dans ses habitudes, mais je compris, comme tous les autres, pourquoi… Ce n’était pas notre très cher fantôme qui allait nous faire cours aujourd’hui. Mais bel et bien une jeune femme aux boucles brunes, et au visage enfantin. Elle me faisait froid dans le dos, et lorsque je fus complètement entrée dans la salle de classe, les affiches accrochées aux murs me donnèrent envie de vomir. Les idéaux de cette femme ne faisaient aucun doutes. Pourquoi donc le directeur lui avait permis d’enseigner ici ? Elle devait haïr les nés-moldus, les gobelins – d’après les affiches sanglantes – et toutes sortes de créatures qui pourraient faire honte aux sorciers… Quelle horreur ! Je ne m’assis pas comme à chaque cours au premier rang. Non, je ne voulais pas être proche de cette femme qui ne m’inspirait rien de bon. Je me mis au troisième rang, à droite, et sortie mes livres. La femme brune se présenta alors. Une Black ? Comme, Sirius Black donc. Elle nous dit également qu’elle remplacerait le professeur Binns quelques temps, car celui-ci avait pris un congé. Un congé ? Quelle drôle d’idée ! Pourquoi aurait-il besoin d’un congé ! Il était déjà bien mort.

    Elle nous demanda par la suite de répondre à un petit formulaire qui me fit enrager. Pourquoi aurait-elle besoin de connaître la nature de notre sang ? Ca n’avait aucun intérêt !


    Nom: O’Connel
    Prénom: Perséphone
    Sang: Sang-mêlé
    Profession parents: Mère adoptive : Médicomage. Père adoptif : Auror.

    Ma situation n’était pas simple à définir. J’étais une sang-mêlé, mais éduquée par deux sorciers. J’espérais qu’elle ne poserait pas de questions….

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 2 Aoû - 16:34

* Dring * Dring * Dring * Dring * Driiiing * Drii…..CRASHHHH *

Sans même avoir ouvert les yeux, je sus que le réveil s’était bel et bien écrasé contre le mur qui faisait face à mon lit. J’entendis des ronchonnements, et souris en me recouchant. Je devais avoir réveillée également Ellie, mais après tout, c’était pour mieux se rendormir. Elle me le pardonnerait. Ou pas… Mais mon sourire angélique venait à bout de toutes les rancunes, mêmes les plus vieilles ! Qui pouvait résister à un ange tel que moi ? Quoi ? Vous n’y croyez pas ? Vous ne voyez pas mon auréole au-dessus de ma tête ? Mais peu importe. Je rabattis les couvertures sur moi, et soupirai de bien-être. Ah, ce que j’aimais les doux matins où il y avait Histoire de la Magie. Généralement, c’était synonyme de …dormir. Grasse matinée. Mais alors que je réfléchissais déjà aux prochaines heures que je passerais volontiers dans mon lit, un bruit coupa court à mes réflexions. Merlin, ne me laisserait-on jamais tranquille ? J’ouvris un œil, un deuxième, puis, me redressai. D’où provenait ce maudit tintement ? C’était comme si quelqu’un s’amusait à taper contre du verre, ou…sur les carreaux de la fenêtre. Aussitôt, je sortis de mon lit, et vis que Eléane, la chouette de mon père tapai avec son bec, comme pour annoncer sa présence. Je soupirai, et vint lui ouvrir. Prudemment, je retirai la lettre qu’elle tenait. C’est qu’elle mordait quelques fois cette sale bête ! Enfin, je soupçonnai mon père de lui dire de la faire, juste pour me punir d’une quelconque bêtise que j’aurais faite. Généralement, mon père ne m’envoyait pas une lettre par hasard. Il devait sûrement vouloir prendre des nouvelles de Sonie. Oui, Sonie. C’était mon nouveau chat. L’ancien avait fini par préféré ma petite sœur, et l’avait comme qui dirait adoptée. Je ne m’en étais pas trouvé vexée, au contraire il était devenu un peu trop collant à mon goût, j’avais été contente de m’en débarrasser. Et puis, il se faisait vieux aussi. A présent, j’avais Sonie, qui elle était toute jeune et qui semblait pleine de vitalité…un peu trop d’ailleurs. Hier, elle avait bondie sans raison apparente sur tous les fauteuils de la salle commune, plantant ses griffes dans les cuisses sur lesquelles elle atterrissait. J’avoue avoir trouvé ça amusant, surtout lorsqu’elle avait bondit sur Jason ! Ah, quel bon souvenir ! Je revoyais encore le visage grimaçant du Gryffondor. Le pauvre. C’est qu’elle était tenace en plus Sonie, elle ne voulait plus s’en aller de ses genoux. J’avais eu un mal fou à la décrocher.
J’ouvris l’enveloppe qui contenait la lettre, et dépliait le parchemin…


Ma petite princesse, - ça commence bien…. –

J’espère que toi et Sonie allez bien. Ta mère et moi avons décidé de faire un voyage rien que tous les deux au mois de Novembre, nous allons en France. Ta grand-mère gardera Peter et Sophia. Je tenais à te prévenir au cas où nous ne pourrions répondre à vos lettres, nous voulons profiter au maximum de notre court répit parental. Surveilles bien Oliver, et surtout qu'il ne fasse pas de bêtises. Je serais contrarié de recevoir une lettre de votre directrice de maison pendant notre voyage. Idem pour ton cas. Tâche de passer une année tranquille ma chérie, sans heures de retenues si possibles.
Nous t’embrassons très fort.

W. A

Ps : Sophia t’en veut énormément de ne pas l’avoir emmenée dans ta valise. Il va falloir rectifier le tir.

Je levai les yeux au ciel en lisant le post-scriptum. « Rectifier le tir » signifiait surtout lui acheter un cadeau qui serait à la hauteur de mon « oublie ». Il aurait tout de même pu lui dire que ce n’était pas ma faute, ou inventer je ne sais quoi pour qu’elle se fasse une raison. Mais je savais au fond que c’était surtout pour me punir de lui avoir fait espérer inutilement. D’où mon agacement. Je détestais avoir tort ! D’ailleurs, je n’avais jamais tort ! C’était la faute à Sophia, elle n’avait qu’à être patiente comme tous les enfants. Je n’avais fait que lui apporter un peu de bonheur en lui faisant croire que j’allais l’emmener dans ma valise. Voilà ! Donc, j’avais raison, et mon père avait tort ! Ah, vous voyez qu’on y arrive hein ? Au final, c’est toujours moi la gentille. Je reposai la lettre sur ma table de chevet, et fermai la fenêtre, tandis que le hibou de mon père s’envolait déjà dans les airs. Je lui répondrais plus tard, ce n’était pas urgent. D’un pas lourd et trainant, je me dirigeai vers la salle de bains. Le temps de me préparer – en d’autres termes, une éternité – Ellie avait disparue de la chambre. Son lit était fait. Et ses affaires n’étaient plus là, j’en conclus donc qu’elle devait être allée réveiller la marmotte qui lui servait de frère. Comme à chaque fois… ! Manu était aussi un très bon ami, après tout nous passions tous beaucoup de temps ensemble.
Une fois prête, je pris mon sac de cours, mais alors que je m’apprêtai à partir, une boule de poil noire me passa entre les jambes. Sale bestiole ! Je courais après Sonie et réussis enfin à l’attraper alors qu’elle allait presque sortir de la salle commune. Ce ne fut pas une mince affaire de la faire se tenir tranquille, elle était déchaînée. Tient, elle aussi voulait sortir on dirait ! Je la posai sur un des canapés rouges de la pièce.


« Pas bouger » lui dis-je.

Elle me fit alors une sorte de regarde de chien battu, mais version chat…


« Ah, non ! Pas de ça avec moi ! »

Miaulement.

« Non, tu ne viendras pas. »

Nouveau miaulement, accompagné du fameux regard. Je soupirai. Et capitulai. Je la pris dans mes bras, et ouvrit mon sac « T’as pas intérêt à faire de bruit sale bête capricieuse ». Puis, ce fut avec Sonie dans mon sac – qui ne cessait de bouger - , que je me rendis à la Grande Salle où le petit déjeuner se déroula normalement. Personne ne remarqua la présence de Sonie fort heureusement. Lorsque la cloche retentit, je glissai un morceau de bacon dans le sac pour mon chat. Elle était accro au bacon ! Oui, j’avoue je n’aurais pas dû lui en donner…mais elle n’arrêtait pas de gigoter. Nous allâmes ensuite vers la salle de cours, et je m’asseyais non loin d’Ellie. Etrangement, ce ne fut pas le professeur Binns qui nous ouvrit la porte, mais une femme brunes avec une drôle de tête. Je compris vite à qui on avait à faire en observant les affiches monstrueuses sur les murs. Elle se présenta, mais je n’écoutais qu’à moitié car Sonie voulu me griffer la main alors que je prenais mon livre. Elle devait surement vouloir plus de bacon… Quelle goinfre ! A bien y réfléchir, ce chat me ressemblait… Alors que le cours débutait, je remarquai que Manu et Jason s’étaient assis tous proches. Certes, mes rapports avec Jason étaient vraiment compliqués mais je devais bien me faire à sa présence, puisqu’il trainait très souvent avec nous. J’avais plusieurs fois tenté de l’éviter, mais mes s’étaient révélés vains. Je jetai un œil discret au gryffondor, sans pouvoir m’en empêcher. Il avait toujours ce visage aux traits fins, mais fermes, une mâchoire bien dessiné, des yeux bruns envoûtants, et un sourire éblouissant. Il était beau, mais ô combien agaçant !
Le Professeur Black nous demanda alors de remplir un formulaire. Je regardai les questions, et m’étouffai presque en lisant. Notre sang ? Pourquoi cela aurait-il une quelconque importance ??


- Pourquoi la profession de nos parents et notre sang vous importent-ils à ce point, professeur? Demanda Ellie d’un ton vraiment poli.

Ne m’encombrant pas d’une voix si raffinée et dénuée de tout reproche, je renchéris…


- Sauf votre respect, c’est complètement stupide. Le sang n’influence en rien les capacités d’apprentissage d’un élève. Mais vous êtes professeur, vous devriez savoir cela…, dis-je en la regardant dans les yeux.

Quoi ? Je n’avais pas pour habitude de dissimuler mon avis derrière un masque d’hypocrisie. Je disais ce que je pensais, point final. Cependant, je finis tout de même par gribouiller une réponse...je n'avais pas tellement le choix de toute façon


Nom : Adamson
Prénom : Catalina
Sang : Mêlé
Professeur des parents : Père : Commerçant sur le chemin de Traverse et Mère : Entreprise de vêtements moldus
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 2 Aoû - 20:29



    Il était six heure trente passé. Pour une fois, elle était en avance sur le temps. Non pas que d'habitude elle se lève tard et arrive en retard mais elle était toujours toutes piles sur tout, alors lorsque le temps lui laissait prendre quelque temps d'avance la jeune fille en profitait. Toute les filles dans la chambre dormait paisiblement, Maddy se dit que pour une fois elle pourrait piquer deux trois produit aux filles. Et qu'elle n'allait pas se gêner alors qu'elle faisait de même avec ses propres produits, de plus elle avait toujours voulu essayer le produit de Miss P., ce ne serait que revenge. Maddy se donnait un mal de chien pour choisir de bon produit esthetique alors zute!

    Après cette bonne petite douche elle cachait bien proprement ses flacons derrière un meuble à l'aide sa baguette et sortait de la sale de bain sa serviette enrouler autour de son corps et se réfugiait derrière les portes de son placard. Les autres dormaient encore. Qu'elle cruche lorsqu'elle verraient le savon et shampoing vide. Ho! elle n'avait pas tout utiliser juste utiliser ce la quantité nécessaire dont elle avait besoin et vida le reste dans la baignoire. Mauvaise? Non. Elle ne l'était pas, quoique... De temps en temps pour rire. Mais rien de plus. Elle sélectionnait une jupe courte -jusqu'aux genoux- , un chemise blanche et un boléro de la couleur de sa maison avec son blason bien sûr sans oublier ses sous-vêtements, cela va de soit... ha! et une paire de collant noir, elle avait en horreur les hautes chaussettes blanches. Madison les trouvaient hideuses. Elle s'habillait en quatrième vitesse, quitte à sortir mal habiller, elle se ferait belle plus tard après être sortit seine et sauve de la salle commune.

    Maddy choppait son sac qu'elle avait minutieusement préparé la veille et vérifié deux fois. C'était une manie dont elle avait prit l'habitude en arrivant à Poudlard, toujours la peur au ventre d'être la risée de sa maison parce qu'elle avait oublier ses affaires. Cela lui était arrivée auparavant, aujourd'hui elle faisait attention, bien que parfois ils étaient inutiles.

    Inutile aussi de dire qu'elle n'avait pas le besoin de se précipité pour aller manger. La jeune serpentard n'était pas une gourmande sauf lorsqu'il s'agissait de pâte d'amande. Rah! la pâte d'amande, cette délicieuse petites sucreries venu de Rome et d'origine moldu. Il n'y avait pas à dire, ils avaient du goût ces moldus!
    Il n'y avait personne, elle observait sa montre et remarquait qu'il n'était que sept heure et demi. Il y avait bien quelque professeur et les premiers de la classe, ceux qui n'aimait jamais arrivée en retard et n'aimait jamais être deuxième. Elle s'approchait de la table reserver au serpentard et prenait deux trois pain au chocolat et un peu de lait et se contentait d'observer les gens aux alentours. Certains révisaient, d'autre se chahutait gentiment et encore d'autre qui mangeaient.

    Elle soupirait de désespoir tout ses gens étaient d'un ennuie sans fin, même les gens de sa maisons était ennuyeux. Il lui arrivait parfois de se demander ce qu'elle faisait là, avec eux, elle ne se sentait pas vraiment à sa place, bien qu'elle aimait cette maison qu'était Poudlard. C'était chaleureux par rapport à chez elle. Enfin, après avoir fini son mini-déjeuner, Madison partait aux toilettes pour se brosser les dents, elle avait une tel flemme de retourner dans sa chambre et surtout de voir les filles qui voudrait lui faire la peau pour des produits de pacotille! Elle sortait sa brosse à dents et à l'aide de sa baguette, faisait sortir une petite couche de dentifrice à la menthe, mais pas forte parce que après cela donnait mauvaise haleine!

    L'heure d'aller en cour sonnait, cela irait, la classe n'était pas loin. Maddy rengait sa brosse à dent, s'habillait convenablement et ajoutait une touche de maquillage. Elle faisait une petite retouche à ses cheveux histoires qu'ils soient bien, prenait son sac et se dirigeait vers la salle qui était comme elle l'avait pensée juste à côté. La porte était ouverte, les élèves entraient et elle avait remarquer qu'ils y avait vraiment beaucoup d'élèves! La jeune fille se mettait à prier Merlin pour que cela ne soit pas un genre de réunion qui mettait les élèves en gardent contre les mauvais traitement infligé aux nouveaux élèves par les plus grands ou un truc du genre.

    Arrivée devant la porte, elle eut la mauvais surprise de voir qui se tenait assise sur un fauteuil, les deux pieds sur le bureaux... Bellatrix Black! Madison soupirait de consternation, elle entrait et sans un regard pour la Black partait s'asseoir là où il restait une place libre. Si possible le plus éloigné de cette chose immonde qu'était cette fille. Enfin elle fermait la porte et prenait la parole, du moins ...


    "Bonjour à tous jeunes élèves de Poudlard"

    Madison levait un sourcil tout en se demandant à quoi jouait cette femme à se plier en deux et à sourire comme une bécasse. La Black se relevait et commençait à parler de son sang, à croire qu'elle n'avait que ça de précieux dans sa vie.


    "Pendant un certain temps, je remplacerais votre ancien professeur d'Histoire de la Magie qui a décidé de prendre un petit congé.. Mais voyez-vous, nous n'apprendrons pas la même histoire que celle qui vous a été enseignée, ou plutôt infligée toutes ces années; oui, j'ai moi aussi fait mes études à Poudlard... Cette année, reprit elle d'une voix forte après un petit temps de pause, nous apprendrons la vérité, toute la vérité. »

    Madison sentait déjà l'ennuie se pointer. Son petit discours fini elle faisait parvenir des petites fiches afin de pouvoir bien ficher les élèves. Malheureusement, il n'était pas dit qu'elle aurait envie de remplir ce genre de chose. Une question au oui, pourquoi pas.


    Nom: Doll
    Prénom: Madison
    Sang:
    Profession parents:

    Elle ne savais pas pourquoi mais cela sentait le coup fourré à deux cents mètre. Elle ne savait pas si elle devait remplir ou non les deux dernières lignes après tout c'était histoire de la magie, pas de la famille. De plus sa famille n'était pas importante comme son sang, c'était quoi ce nouveau délire qu'était il arrivé à Dumbledort pour qu'il leur mette Bellatrix Black professeur d'Histoire de la magie, c'était n'importe quoi!

    Alors préférant ne pas écrire de bêtise elle laissait les deux dernières lignes vident. De toute façon elle ne savait même pas la profession de ses parents alors ... Et pis pour le sang, elle n'était pas non plus obligé de savoir, après tout, tout le monde ne savait pas tout de leur vie.

    Néanmoins elle écoutait la question de la jeune fille qui avait parler. Cela n'était pas stupide même si la "professeur" n'avait rien dit à ce propos.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mer 3 Aoû - 22:06

    Je fus réveillé ce matin par un pincement aux orteils. Non en fait on m'écrasait littéralement l'orteil. Je fus donc réveillé dans la douleur par un James hilare. Mon cri de douleur réveilla alors tout le dortoir et par l'occasion Remus et Peter. Je me levais de mon lit, furieux contre ce crétin qui me servait de meilleur ami, une pantoufle de Peter dans la main, pourchassant un James qui n'eut d'autre idées que de se réfugier dans la salle de bain. Bien entendu, Remus et Peter étaient tout deux hilares. Mais moi pas. Je n'attendis pas qu'il sorte de la salle de bain pour œuvrer...

    Avec l'aide, certes légèrement forcé de Remus et Peter, je décidais que le lit de James méritait de prendre un peu l'air. Et voilà! J'attendis sur mon lit que ce traite de cerf sorte de sa cachette. Aussitôt dit, aussitôt fait! Je lui dit un bon courage bien mérité. J'entendis distinctement un:

    -Le saligot!!

    Ah quel doux cri! Je profitais du fait qu'il soit occupé à remonter son lit par la fenêtre, pour me cacher dans son armoire... Et comme je l'avais prédit, la porte s'ouvrit et je lui jetais tout ses fringues à la figure. Tout deux mort de rire, je ne fis pas attention à ce traite qui s'empressa de se venger à son tour et m'enferma dans son armoire. NON! Le traitre! Je frappais contre les portes et du gueuler une bonne vingtaine de minutes avant qu'on daigne m'ouvrir. Non mais oh! On n'enferme pas un Black impunément... Ravalant le peu de fierté qu'il me restait, je parti m'enfermer dans la salle de bain pour me laver et m'habiller sous les rires des autres maraudeurs.

    Une fois près, on descendit dans la Grande Salle prendre nos petits déjeuner toujours dans la bonne humeur. La journée démarrait avec Histoire de la Magie et bien sur ce cher vieux Binns qui est aussi ennuyant qu'une limace! Quoi que, même la limace est moins ennuyante que Binns! Remus et Peter étaient déjà parti et James et moi avions décidé de rester un peu pour voir ce que nous pouvions préparer pour rendre ce cours bien plus attrayant. Une fois arrivé devant la salle, il n'y avait personne et des rumeurs circulait comme quoi Binns serait absent. Pour en avoir le cœur net, j'ouvris les portes de la salle à la volée. James éclata de rire. Je n'entendis pas ce qu'il disait car je fus littéralement stupéfixié sur place quand je reconnu la tête du nouveau prof'. Ma cousine... Bellatrix Black, ma cousine... Oh mon dieu... James du remarquer ma soudaine léthargie car il me demanda:

    -Et ben t'es stupéfixé!

    Je lui répondit du tac au tac:

    -Tu capte pas, la prof, c'est ma cousine!

    Je lui avais déjà parlé de cette cousine que je hais tant. Et qui me le rend bien... Je sens que ce cours va être très animé...

    Bellatrix prit la parole et annonça que Binns avait pris un congé et qu'elle le remplaçait pour une durée indéterminée... Elle resta fidèle à elle même et dès qu'elle pris la parole, le silence se fit. Elle avait toujours ses habits qui faisaient catins et je pris un air de dégout quand elle sautilla jusqu'à son bureau et qu'elle distribua un formulaire à remplir. Il y en a un arriva juste devant mon nez et rien que les questions qu'il posait me donnait la nausée... Cette vieille pie... Je remplissait néanmoins son formulaire, n'ayant pas envie de passer un sale quart d'heure avec elle...

    Nom: Balck
    Prénom: Sirius
    Sang: Pur
    Profession parents: Inconnu et je m'en tape.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 4 Aoû - 1:07

Cette nuit la fut un vrai calvaire pour le serpent qui se réveilla avec un mal de tête affreux. Il ne se souvenait pas du tout de ce dont il avait rêvé mais ce devait être délicat pour qu'une migraine pousse jusqu'à le sortir de son sommeil. Juste en face de son lit, la pendule indiquait six heure, heure à laquelle le vert et argent sortait de son lit pour aller prendre sa douche. Ses camarades de dortoirs, au début de l'année, le traitaient de fille, mais ils furent vite calmé quand il en attrapa un par la gorge et le plaqua contre son lit en lui indiquant que s'il recommençait une seule fois ce petit jeu, il finirait avec la langue coupée. Ils le savaient qu'il ne fallait pas l'énerver et depuis ce jour ce fut terminé. Entre eux l'amitié été revenue et Rody passait toujours le même temps dans la salle de bain.
S'il passait autant de temps dans celle ci c'est parce qu’il adorait rester sous la douche. Son corps était réveillé tout le matin par un jet d'eau glacé avant de faire jaillir l'eau chaude pour se laver car tout le monde sait qu'on se lave mieux à l'eau chaude.
Lorsqu'il fut sortit de la salle de bain, il enfila un pantalon noir ainsi qu'une chemise noire et paracheva le tout de sa cape bien évidemment noire. Le rouge et or arriva dans la salle commune qui était vide et passa la porte menant directement aux couloirs des cachots. L'air le piqua au vif mais il aimait ça, il aimait sentir ce vent froid parcourant son échine. Il se présenta alors devait les grandes portes du hal et sortit constatant que le soleil était en train de se lever.
Chaque matin le vert et argent se faisait une petite balade dans le parc histoire d'évacuer ce mal de tête intense.


Après avoir marché une heure dans le parc, le verte et agent se dirigea vers la grande salle pour y déguster un petit dé déjeuner copieux; comme chaque matin composé de jus de citrouille et de plusieurs tartines de beurre et de confiture. S'il ne mangeait pas correctement le matin, le jeune homme s'endormait et maintenant qu'il était le pilier de la famille, il se devait de montrer l'exemple à son frère.
Déjà, les élèves criaient leurs mécontentement sur le fait d'avoir histoire de la magie en première heure alors que d'autre s'en contentaient car ils pouvaient dormir.
Exaspéré par tout ces commentaires, le rouge et or monta dans son dortoirs pour se poser et réfléchir. Réfléchir? pas réellement, il méditait sur le fait de méditer sur rien et de laisser vagabonder son esprit dans le vide.

Alors, la cloche sonna signifiant aux élèves qu'ils se devaient d'aller en cours. Rody attrapa son livre, deux rouleau de parchemins qu'il enfourna dans son sac à bandoulière et emprunta les escaliers pour se rendre devant la salle de classe. Cependant, même s'il avait prit un petit déjeuner copieux il savait pertinemment qu'il somnolerait ou penserait à tout sauf au cours présent devant lui. C'était toujours la même chose, Binns débitait ses conneries sous forme d'histoire fantastique avec des héros... Faut arrêter un peu, c'est l'histoire de notre peuple qui est en jeu Oh!

Lorsqu'il arriva devant ladite salle, il s’aperçut que les élèves étaient encore devant la porte et que des rumeurs comme quoi le prof était absent. Binns absent alors que c'est un fantôme. Mais il n'eut pas le temps d'achever sa pensée que la porte s'ouvrit à la volée, laissant les élèves bouche bée et effrayés. Agacé par ces abrutis, Rodolphus passa devant quelques un et constata que les classe avait changé de décors. Les tables étaient parsemé par ci par là, et sur les murs était disposé un arbre généalogique de la famille des Black ainsi que des tableaux dont un qui le fit sourire, représentant un sorcier égorgeant un gobelin.
Le sourire aus lèvres, le jeune homme s'installa, derrière par habitude et fixa le nouveau prof. Elle était habillé d'une manière particulière mais cela ne lui allait pas si mal finalement. Elle se présenta comme étant Bellatrix Black et leurs nouveau prof d'histoire de la magie car Binns était en congé. Rody rit très discrètement et se dit en lui même que maintenant si les fantômes avaient besoin de vacances c'était comme dire que les gobelins détestaient l'or: RI-DI-CUL.

"Mais voyez-vous, nous n'apprendrons pas la même histoire que celle qui vous a été enseignée, ou plutôt infligée toutes ces années; oui, j'ai moi aussi fait mes études à Poudlard... Cette année, reprit elle d'une voix forte après un petit temps de pause, nous apprendrons la vérité, toute la vérité. "

Enfin, la véritable histoire allait être révélée. Puis la jeune femme nous glissa d'un coup de baguette un formulaire à remplir et il rit lorsqu'il vit la mention "sang"


Nom: Lestrange
Prénom: Rodolphus
Sang: Pur évidement
Profession parents: Morts

Puis le vert et argent poussa le formulaire sur le coin de son pupitre attendant qu'il soit ramassé
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 4 Aoû - 14:19

Le réveil avait toujours été très difficile : les yeux papillonnaient, les lèvres s'étiraient et s'ouvraient pour laisser échapper un bâillement, puis les poings fermés vinrent frotter vigoureusement les paupières en espérant que cela aiderait à se réveiller. Sylviana resta un moment allongée, contemplant le plafond du dortoir et écoutant les respirations encore calmes et sereines de ses camarades de dortoir. Il était encore un peu tôt mais elle était réglée comme une horloge, impossible pour elle de dormir plus longtemps. Cinq heures du matin et puis c'est tout.

D'un geste ample, elle repoussa les couvertures et s'assit sur le lit, les pieds posés sur le parquet vieilli. Elle aimait cette sensation, ce n'était pas comme chez elle du carrelage froid qui lui donnait un horrible frisson dès le matin, et ne la mettant pas particulièrement de bonne humeur. Alors oui, on pouvait dire qu'elle s'était levée du bon pied ce matin, même si son visage n'exprimait pas la moindre expression, comme à son habitude. Lentement et sur la pointe des pieds, elle alla dans la salle de bain pour se préparer, jetant un sortilège d'insonorisation pour ne pas réveiller les filles avec le bruit de l'eau qui coule. Cependant, elle rentrait à chaque fois avec un objet plutôt insolite pour se genre d'endroit. Une sorte de thermos rempli de café, un liquide précieux qu'elle affectionnait particulièrement et qu'elle réchauffait d'une coup de baguette. Ainsi, elle prenait un long bain, tranquillement, une tasse de café dans une main, et son éternel cigarette du matin. C'était son petit plaisir de la journée. Et puis, personne ne s'occupait d'elle à cette heure là. Un autre sortilège pour évacuer l'odeur et hop, ni vu, ni connu.

Propre et détendue, elle quitta la tour des Serdaigles et ne se dirigea non pas vers la grande salle mais dans le parc. Personne à l'horizon, pas un chat ... c'était parfait. Sissi adorait cette solitude, ce calme. Pour elle qui était du genre discrète et peu bavarde, pour ne pas dire pas du tout altruiste, c'était le paradis sur terre. Les premiers rayons du soleil venait caresser sa peau porcelaine, et la jeune russe ferma les yeux, appréciant cette douce chaleur sur son corps de glace. Combien de fois lui avait-on dit qu'elle était froide, hautaine, la princesse des Glaces, aussi froide que son pays natal. Héra aimait souvent le lui rappeler. A cette pensée, un léger sourire à peine perceptible dérida un peu son visage, mais hélas, personne n'était là pour contempler ce sourire qui était rare, pour ne pas dire inexistant chez elle. Et pourtant cela lui allait tellement bien ...

Combien de temps elle resta là, seule ? Peu importe mais il allait bientôt être l'heure d'aller en cours. D'une démarche lente, droite et fière, elle monta les escaliers en serrant ses livres contre sa poitrine. Seule encore une fois. Peu de personnes osaient l'aborder, trouvant ses airs peu engageants, et ils n'avaient pas tout à fait tort. "Pourquoi tu n'as pas été à Serpentard ?" ... La question revenait souvent sur les lèvres, et Sylviana gardait la réponse pour elle. "Je pense que la maison dans laquelle je vais vous envoyer vous aidera à utiliser cette intelligence autrement", ainsi avait parlé le choixpeau. Avait-il peur qu'elle tourne mal ? Elle se posait sans cesse la question, encore aujourd'hui. Perdue dans ses pensées, elle arriva rapidement devant la salle de cours où plusieurs élèves attendaient déjà. Il y avait évidemment Lily Evans, connue pour son intelligence et sa vivacité mais aussi - hélas pour elle - pour sa relation avec James Potter. Enfin, "relation". Disons que les efforts du maraudeur pour séduire la belle n'étaient vraiment pas discrets. Mais la donne avait changé, n'est-ce pas ? En parlant des maraudeurs ... Sissi se mit dans un coin un peu à l'écart pour ne pas se faire remarquer. Sirius Black, évidemment. Toujours à la provoquer, à la chercher, à lui faire dépasser ses limites. Parfois, elle manquait de s'énerver vraiment, de laisser tomber le masque de marbre pour laisser la colère exploser. Mais elle avait toujours conservé son air froid, bien qu'elle est répondu plusieurs fois à ses défis ...

Puis la porte s'ouvrit dans un grand fracas, ce qui lui fit froncer les sourcils. Depuis quand le professeur Binns était-il d'une telle violence ? ... La poussière dissimulait l'intérieur de la pièce, et quand elle retomba, elle vit non pas ledit professeur mais une femme assise avec une telle nonchalante qu'elle se demandait si c'était belle et bien une prof. Sans un mot, elle franchit les quelques pas qui la séparaient de la salle et entrant dans le cours réputé pour être le plus ennuyeux de tout Poudlard. Mais vu le désordre et la décoration actuelle, cela allait changer, mais pas forcement du coté positif. Sylviana avait un mauvais pressentiment, alors elle s'installa avec un peu de réserve, à l'écart des autres toujours. Quelques minutes plus tard, deux personnes entrèrent et elle se fit encore plus petite que tout à l'heure. Jason ... Il avait un don pour la mettre dans l’embarras, après ce qu'il s'était passé deux ans auparavant. Enfin, il ne l'avait pas vu, et la princesse russe poussa un imperceptible soupir de soulagement.

- Bonjour à tous, jeunes élèves de Poudlard.

Sylviana fronça une fois de plus les sourcils. La courbette et le ton qu'avait employé cette prof ne lui inspirait rien de bon, et sa méfiance augmenta d'un cran. Ainsi, elle s'appelait Bellatrix Black ... n'était-ce pas la cousine de Sirius Black ? Rien de bon ... Son instinct ne lui avait pas menti et finit de la convaincre : "apprendre la vérité, toute la vérité" ... Bins le faisait déja bien - d'une façon monotone, certes mais très exacte. Une feuille de parchemin s'envola gracieusement dans les airs pour se poser devant elle. Lorsqu'elle le lut, elle crut halluciner.

- Des questions ?

La voix enfantine faillit la sortir de ses gongs. Comment osait-elle ? Dumbledore ne pouvait tolérer un tel racisme. Sissi resta pendant de longues secondes sans rien faire, observant ce simple mot "sang" ... un mot qui prenait de plus en plus d'importance dans le monde de la sorcellerie. Et elle, elle avait un père de sang pur, une lignée russe très reconnue dans les pays slaves, moins en Angleterre. Et sa mère, une "sang de bourbe" comme dirait certaines personnes. Sissi n'avait pas d'opinion sur le sujet, elle appréciait sa mère - on ne pouvait pas vraiment dire qu'elle avait une relation fusionnelle avec ses parents - mais elle aurait quand même voulu que son sang soit pur. Une solution de facilité, Sylviana n'était pas très courageuse, rusée oui, intelligente oui, réfléchie oui, cela compensait un peu, mais elle choisissait toujours la solution de facilité, sans aller dans les extrêmes bien sûr.

Ses doigts longs et fins saisirent la plume d'oie, trempèrent la pointe dans l'encre noir et écrivirent avec une jolie calligraphie.

NOM : Dimitriev
PRÉNOM : Sylviana
SANG : Mêlé
PROFESSION DES PARENTS :
- Père : langue de plomb
- Mère : chef adjointe de Sainte Mangouste.


Maintenant, il n'y avait plus qu'à attendre. En attendant, elle regarda la réaction des autres : certains étaient angoissés, d'autres appréciaient, et il y en avait qui gardait la tête baisse, n'osant lever les yeux. Qu'allait donner ce cours ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 4 Aoû - 16:28

    Ce matin là, la nippone eut plus de mal qu'habituellement à sortir des bras de Morphée. La veille, elle s'était couchée tard, n'ayant pas vu le temps défilé, bien trop concentrée sur son devoir de botanique. Cinquante cinq centimètre de parchemin sur les voltiflors en expliquant entre autre comment différencié cette plante d'un filet du diable. Du coup, lorsqu'un réveil se fit entendre dans le dortoir, la jeune femme ne l'entendit pas, encore plongée dans le pays des rêves. Ce n'est qu'une vingtaine de minute plus tard qu'elle daigna ouvrir les yeux et en découvrant le dortoir vide elle s'affola et sauta hors de son lit afin de se rendre dans la salle de bain pour une douche rapide afin de débuter correctement cette nouvelle journée de cours. Alors qu'elle s'apprêtait à ouvrir la porte de la pièce, Isabelle en sortie déjà coiffée habillée et maquillée. Après lui avoir adressé un « Bonjour ! » rapide accompagnée d'un sourire, Ayako s'enferma a son tour dans la salle de bain et se prépara en vitesse afin de pouvoir rejoindre la Grande Salle pour se remplir l'estomac avant le début des cours.

    Une fois prête, la sixième année s'empara de son sac et vérifia le contenu de ce dernier avant de glisser sa baguette à l'emplacement prévu pour sur sa ceinture et elle dévala les escaliers, traversa la salle commune au pas de course et après avoir franchit le tableau de la Grosse Dame elle entama une course contre la montre dans les couloirs et les escaliers qui pour une fois semblèrent être de son côté car ils ne firent pas de caprices, bougeant sans arrêt afin de la retarder davantage. La chance semblait être de son côté. En arrivant dans le hall elle ralenti l'allure et repris son souffle avant de franchir les portes de la Grande Salle, les joues encore légèrement rougit par l'effort. Pile à l'heure pour le courrier ! Sa chouette vint se poser sur son épaule avec un hululement joyeux alors qu'elle avançait à la recherche de ces camarades. Une fois assise elle prit la lettre attachée à la patte de l'animal et récompensa cette dernière en lui offrant un morceau de toast puis après s'être désaltérée dans le verre de jus de citrouille que sa maîtresse venait de se servir Yuki s'envola à nouveau, mordillant aux passages les doigts de la Japonaise pour lui montrer son affection.

    Le ventre plein, Ayako se dirigea ensuite vers le premier étage, se réjouissant de ce cours d'Histoire de la Magie durant lequel elle pourrait encore jouer à la commère en compagnie de sa camarade de Poufsouffle, Amélia Bones. Ce cours si ennuyeux aux yeux des élèves était un réel plaisir pour la demoiselle. Ce matin là, elle était bien loin de se douter de ce qui attendait les élèves ! C'est pourquoi elle n put s'empêcher de sursauter violemment alors que la porte de la salle de classe s'ouvrit avec fracas, soulevant un nuage de poussière. Que se passe-t-il ? Jamais le professeur Binns ne s'est comporté ainsi ! D'ailleurs, la porte n'est jamais fermée habituellement... Les élèves prenaient place et l'enseignant fantôme faisait son apparition alors que la sonnerie se faisait entendre dans le château en traversant le mur. Un peu inquiète, la demoiselle entra à la suite des autres dans la pièce, observant la nouvelle décoration et la femme debout face à eux avec une moue légèrement contrariée tout en s'installant à sa place habituelle. Visiblement, les commérages devront attendre un autre moment, l'enseignante ne semble pas avoir le même caractère pacifique que « l'ancien » professeur d'Histoire. Ses sourcils se froncèrent, faisant apparaitre une ride sur son front alors que la femme se présentait et leur servait un petit monologue avant de faire voler des feuilles vers chaque élèves, les priant de répondre aux questionnaires. C'est ce que la nippone fit, une moue désapprobatrice se dessinant sur son visage aux fur et a mesure des questions.

    Nom: Nakajima
    Prénom: Ayako
    Sang: Pur
    Profession parents: Père Auror, mère Médicomage; service 'Blessures par créatures vivantes'

    L'enseignante repris la parole, voulant savoir si des questions leur trottaient en tête et une voix se fit entendre, questionnant Bellatrix sur le pourquoi de ces deux dernières questions. Quelle est l'importance du sang ou des métiers exercées par les parents ? Intéressée par le sujet la demoiselle posa ses yeux sur le professeur, attendant une réponse alors qu'une autre voix se faisait entendre, renchérissant comme quoi le sang n'avait aucun rapport avec les capacités intellectuelles des étudiants. Cette dernière remarque fut approuvée par la Gryffondor qui ne pu s'empêcher de hocher la tête, un sourire étirant doucement ses lèvres alors qu'elle attendait impatiemment de voir ce que cette fameuse Bellatrix Black allait bien pouvoir répondre à ceci. Pas sûr que la réponse ne soit à son goût d'ailleurs, vu le petit discours d'introduction et les images accrochées sur les murs...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Dim 7 Aoû - 17:20

Ce matin en se levant, Amélia Bones n’avait qu’une seule pensée en tête qui était « Ayako Nakajima » et bien sûr, accessoirement, ce qui se liait avec ; « Histoire de la Magie » mais ça, disons que c’était une autre affaire. Ce cours devait être le seul où la jaune et noir n’était pas installée dans les premiers rangs, ne s’appliquait pas à prendre des notes ou même à être attentive au cours. Et pourtant, elle ne culpabilisait pas. Les interminables monologues du professeur Binns, qui résonnaient aux oreilles des élèves sans pour autant qu’ils en comprennent le sens, avaient été remplacés pour Amélia et sa voisine de paillasse par d’interminables bavardages et commérages. C’est pourquoi elle était plutôt enjouée en se levant le matin et en rejoignant sa salle de cours car elle savait que, l’attendait à leurs places habituelles, Ayako, la tête délicatement posée sur son sac de cours, ses prunelles fixant désespérément la porte d’entrée.

Ce matin était comme les autres pour la brunette c’est pourquoi, attrapant uniquement une pomme rouge pour petit déjeuner dans la Grande Salle, elle se hâta de grimper les escaliers et de rejoindre sa salle de cours. En arrivant devant la classe, la porte était grande ouverte et quelques élèves rentraient chacun à leur tour dans la salle. Les vitraux du couloir laissaient passer les faibles rayons matinaux du soleil et ceux-ci illuminaient de nombreuses particules de poussières ce qui fit tousser Amélia. Non vraiment, la poussière, elle détestait ça. C’était peut-être de là que venait le fait qu’elle était aussi maniaque... La sonnerie marquant le début des cours résonna dans tout le château et tira la Poufsouffle de ses réflexions. N’étant jamais arrivée en retard à n’importe quel cours que ce soit, elle courut jusqu’à l’intérieur de la salle de classe où derrière elle, la porte se referma brusquement sur le couloir. Elle ne prit même pas la peine de se demander pourquoi la porte s’était-elle ainsi fermée tant elle devait se remettre de son « mini-exploit ».

« - Pfiou, je l’ai eu chaud… »

Elle se retourna et dû cligner plusieurs fois des paupières pour être sûre qu’elle ne rêvait pas. Au départ, elle pensait s’être trompée de classe mais ensuite, elle aperçut Belle et un peu plus loin Ayako. Elle s’empressa de les rejoindre et vit alors une jeune femme à la place du fantôme. Sans savoir pourquoi, quelque chose dans l’aspect de cette femme lui intima de se taire et de rester tranquille, de ne pas poser ses habituelles questions et d’être attentive sans pour autant jouer les intellos.

Après le discours de la nouvelle prof, elle observa les autres, ses camarades. Ils étaient tous figés et aucun n’avait fait d’écart appart ceux qu’on appelait les « maraudeurs » qui s’étaient permis quelques remarques et une autre Gryffondor qui avait déstabilisé tout le monde. Ils n’avaient pas tort mais oser dire tout haut ce qu’ils pensaient tout bas, il leur fallait un sacré courage. Ils portaient bien les couleurs de leur maison tout compte fait. Elle vit alors ses camarades s’exécuter à remplir le petit parchemin que la nouvelle enseignante avait donné et qui provoquait tant de réticences. Voyant qu’elle était à la traine, elle se hâta de le remplir, elle aussi.

    Nom : Bones
    Prénom : Amélia
    Sang : mêlé
    Profession des parents : Une mère puéricultrice et un père travaillant au ministère de la magie.


La jaune et noir déposa ensuite sa plume et pivota légèrement vers son amie qui, comme elle, n’avait osé prononcer un seul mot, ce qui était pourtant leur loisir favori. Elle lui lança un regard pour lui faire comprendre ce qu’elle pensait de tout ça et reporta ensuite son attention sur Bellatrix Black qui ne tarderait pas à reprendre la parole.

Ce qu'elle en pensait ? Tout cela n’annonçait vraiment rien de bon.


Dernière édition par Amélia Bones le Lun 26 Sep - 15:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Lun 8 Aoû - 7:27

Le soleil se levé sur le château. Pour autant la journée ne semblait pas être glorieuse. Héra se sentait étrangement absente quand elle posa pied à terre pour éteindre son réveil. Ses pensées étaient aussi troubles que le Mékong pendant la mousson. Ses neurones ressemblaient à une nébuleuses, même ils ne semblaient pas être connecté, certains même semblaient ne pas être formé. La jeune Serpentard sauta finalement du lit après des pensées sans intérêt. Elle enfila sa tenue de sport et comme chaque matin elle se donna au plaisir de la course à pied dans le parc du château. Elle prit soin de bien se couvrir, car il commençait à faire de plus en plus froid. L'automne c'était bien installé. Alors que ma verte et argent courrait sur sur les dalles de l'allé dans en cadence régulière, ses pensées elles courraient comme folles vers la natures. Les feuilles dorées et rouge lui donnait la paix. Plus de stratégie, plus de folle pensées pour resté en au du panier. Non, juste elle, elle et la nature de ce mois d'octobre. Un vent glacé caressa ses joues et puis finalement après la paix intérieur troublé par le réveil des autres élèves, elle rentra au cachots des serpents. Cela lui était toujours désagréable de revenir dans ce lieu sombre et humides. Heureusement que certaine personne qui s'y prélassé amené parfois un peu de chaleur car sinon, on ne la verrait jamais ici. Elle avait son lieu à elle pour se reposé, plus claire, plus doux, plus calme.

Après une bonne douche, Héra passa son uniforme. Elle brossa ensuite ses cheveux et les tira en arrière dans un chignon stricte lui donnait un air sérieux selon certains angles, hautain selon d'autre, ou encore un visage fermé, froid. Ce froid qu'offrait aujourd'hui son visage était souligné par la délicate couleur de ses yeux gris brumeux. Aussi trouble que son esprit en ce jour. Une chose est sûr, aujourd'hui les élèves pouvaient être tranquille, son esprit était accaparé par quelque chose d'autre que ses plans, son échiquier ... Peut être par une émotion ? Sa toilette terminé elle se dirigea vers la grand salle pour assisté au traditionnel petit déjeuné. Elle croisa quelque connaissance, discuta un peu à gauche et à droite et trouva même son frère. Tous deux étaient tombés nez à nez. Leurs regards se sont heurtés, un bonjour fut échangé et puis tous deux continuèrent leur route. Ils allaient pourtant dans la même direction mais bon. Elle remarqua que son frère tenait une lettre dans sa main. Peut être une lettre de la par de leur parents pour tous les deux qu'il n'osait pas donner. Peut importe. Les nouvelles de leurs "mère" ne l'intéressé pas, après tous c'est elle qui avait tous gâché, c'est elle qui avait tous ruiné, qui l'avait, par sa présence, par son sang, condamné à vivre rejeté par les siens, par cette famille qui la fasciné tant.

Après un petit déjeuné avalé en vitesse : un verre de jus de citrouille et deux pommes, Héra se dirigea comme les autres septièmes années vers le cours d'Histoire de la Magie. C'était étrange de se retrouvaient tous ensemble pour un cours car Héra avait entendu dire que se serait un cour commun avec les cinquièmes et sixièmes années. Pas que ça l'a dérangés de voir leurs petites têtes mais n'avaient ils pas manqués des choses par rapport à eux ? L'esprit d'analyse de la jeune Serpentard semblait revenir petit à petit. Surement avait elle juste mal dormit la nuit dernière et qu'avoir quelque chose dans le ventre lui avait permit de redémarrer ses fonctions vitales.

Alors qu'Héra entrait dans la classe elle fut frapper de voir qui s'y trouvait. Comment ne pas la connaitre ? Comment ne pas savoir son nom, il était aussi respecté que craint par sa famille en Grèce. Elle ne rêvait pas, elle connaissait ce visage, elle l'avait vu sur des photos, elle l'avait imaginé dans des récits oraux que lui faisait les Agnodices. La familles Black était pour les Agnodice leur égale en Grand Bretagne. Prestigieuse, ancienne et pur... Héra connaissait aussi les murmures qui se faufilaient aux oreilles des plus imprudents. Bellatrix Black aussi folle qu'une Sirène qui n'aurait pas vu d'eau pendant 5jours et la voix tout aussi pressante. Héra eu du respect mais aussi un frisson. Cette femme, quoi que connu, et admiré ne lui disait rien de bon. Ce n'était pas son intuition, mais juste ses observations. La jeune Serpentard remarqua les cousins de la "prof". Aucun des deux ne semblait avoir été mit au courant. Elle avait surprit tous le monde semblait il. Héra remarqua alors une place libre à côté de son amie d'enfance Sylviana, la blonde au visage de poupée glacé. Elle prit place près d'elle et lui adressa un sourire comme signe de bonjour. Pas besoin de parole futile entre elles, elles savaient se comprendre sans toute les courbettes du langages. Mais vite le regarde de la jeune Serpentard fut de nouveau attirait par la nouvelle enseignante du cours Histoire de la Magie. Elle n'avait pas confiance. Il n'y avait qu'à voir comment elle parlait :


"Bonjour à tous jeunes élèves de Poudlard"

... Comment elle se comporté également. Ses gestes semblait féroces, ils semblaient n'être commandé par aucun esprit lucide. Elle semblait n'avoir aucune limite car son corps, ses paroles, ses faits et gestes semblaient être contrôlé par l'instinct le plus primaire qu'il puisse existé, contrôler par une bestialité déconcertante. Héra avala sa salive. Et écouta la suite. Elle parlait d'apprendre la vrai histoire. Cela rappella à Héra une citation. "L'Histoire est écrite par les vainqueurs". Voulait elle dire qu'on allait parlé de l'histoire du point de vu des vaincus. Cela ne ressemblait certainement pas au personnage. Héra resta alors perplexe et remplit le petit questionnaire.

Nom:Agnodice
Prénom: Héra
Sang: Mêlé
Profession parents:
Père travaillant au Ministère de la Magie en tant qu'Auror.
Mère Guérisseuse dirigeant le service des blessures psychiques magiques

Héra attendit la suite et posa sa plume. Elle sentait que son sang mêlé allait encore lui jouer des tours et sa haine envers sa sang de bourbe de mère lui fit frondé le nez. Ce qui lui donna avec sa coiffure un visage encore plus dure. Après tous son nom avait était bien choisis en ce qui concerne ses colères. Aussi dévastatrices que les éclaires de l'infidèle Zeus, mais beaucoup plus subtil,des blessures plus mentales. Le cour d'Histoire de cette année ne sera surement pas ennuyeux. Au contraire il risque d'être captivant, peut être trop même, presque dangereux...


Dernière édition par Héra Agnodice le Mar 9 Aoû - 8:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 9 Aoû - 0:41

Orah se réveillait toujours très tôt le matin, pour sa prière, mais aussi par plaisir. Elle aimait voir les filles de son dortoir dormir, elle trouvait cela très apaisant. Elle adorait traîner dans la Salle Commune des Poufsouffle, agencée comme un terrier de blaireaux, qui lui réchauffait tant le cœur. Elle pouvait passer une bonne heure à s'occuper de ses cheveux sous la douche, se déversant des litres de citron dessus pour les éclaircir, lancer une bonne dizaine de sorts sur ses frisottis pour qu'ils disparaissent sans que quiconque la dérange. Elle sortait aussi de la Salle Commune, pour une balade matinale quand le temps n'était pas trop mauvais dans cette Écosse profonde, ou simplement pour se promener dans le château, regarder les personnages des tableaux se réveiller -son esprit de née-moldue trouvait cela particulièrement magique- par exemple.

En ce matin de classe d'Histoire de la Magie, elle n'avait donc eu aucun mal à se lever à 6h30. Elle avait tranquillement pris sa douche, enfilé un jean et un sweat offert par son frère, aux couleurs de l'Université de Cambridge où il était, et elle était partie déjeuner vers 7h30, en pantoufles. Le cours était à 9h, elle avait donc beaucoup de temps devant elle. Elle mangea seule, comme souvent, lentement, si bien qu'elle eut finit vers 8h, alla voir les sabliers de points, Poufsouffle était 3ème malheureusement et redescendit dans son dortoir. Elle changea de vêtements, troqua son sweat pour sa robe de sorcière, enfila ses chaussures à talons noirs et jaunes vernis, qui s'accordait parfaitement avec le blason de Poufsouffle, eu une courte pensée pour son frère qui lui devait être en train d'étudier l'histoire d'Angleterre plutôt que celle de la Magie, mais elle s'ennuyait ferme, elle déçida donc de se rendre devant sa Salle de cours. Elle y croisa plusieurs personnes, des filles principalement, a qui elle adressa quelques regards, non pas qu'elle ne veuille pas leur parler, mais elles étaient plus âgées, et elle n'avait aucune affinités (pour l'instant l'espérait-elle tout de même) avec elles. Elle se prépara mentalement au cours de Binns, qui se promettait être, comme toujours, très ennuyeux. C'était bête d'avoir un prof aussi barbant se disait-elle, elle aurait adoré pouvoir vraiment écouter, s'intéresser au cours et en apprendre plus sur ce monde qu'elle ne connaissait pas, mais elle n'y arrivait pas … Ce professeur Binns d'ailleurs, il commençait à prendre un certain temps pour ouvrir la porte, la cloche avait sonné depuis un bon bout de temps …
Quelques minutes après ladite sonnerie, la porte s'ouvrit très brutalement, dégageant un nuage de poussière. Encore plus étonnant de la part de son professeur, d'ordinaire si calme et reposé, et tout le monde paraissait être aussi étonné qu'elle ! Elle entendit beaucoup de chuchotements, dont un en particulier qui l'étonna :

Tu captes pas, la prof, c'est ma cousine !

qui avait été prononcé par le beau Sirius Black.
Orah était en train de s'assoir quand elle entendit cette phrase, et prit donc le temps d'observer son … professeur, qui avait complètement changé de tête, et même d'état... Il était passé de mort à vivant, d'homme à femme, de vieux à enfantin. Il était passé de Binns à Black. Orah écoutait d'une seule oreille le discours de sa nouvelle professeur, mais n'en imagina pas moins le contenu quand elle remarqua tous les nouveaux tableaux accrochés sur les murs. Des gobelins assassinés, un arbre généalogique, qui regroupait plusieurs famille, des sang-purs donc (les sorciers n'avaient jamais entendu donc parlé de la consanguinité ?). Cette femme était complètement raciste, pas besoin d'être un génie pour le comprendre … Le formulaire qu'elle leur fit passer ne faisait qu'appuyer ses pensées … Elle le remplit en vitesse, ne voulant pas s'attirer d'ennuis :

Citation :
Nom : Caleb
Prénom : Orah
Sang : Née-Moldue
Profession des parents : Père et mère : Patrons d'un grand restaurant.

Il y eu quelques remarques dans la classe, qu'Orah trouvait très courageuses :

- Pourquoi la profession de nos parents et notre sang vous importent-ils à ce point, professeur?
-Sauf votre respect, c’est complètement stupide. Le sang n’influence en rien les capacités d’apprentissage d’un élève. Mais vous êtes professeur, vous devriez savoir cela…,


Très courageuses, parce qu'en effet, Miss Bellattrix Black faisait peur à Orah, elle avait un air de folle échappée de son hôpital psychiatrique ... Elle avait des allures bestiales, grotesques et enfantines, le tout mélangé. Orah les sentait bien, les futurs cours d'histoire de la magie... Elle entendit aussi un ricanement, qui émanait de la table de Regulus Black, qui paraissait jubiler devant son formulaire.

Orah ne comprenait pas comment un directeur comme Dumbledore avait pu la laisser rentrer à Poudlard, surtout à ce post. N'importe lequel, sauf peut-être défense contre les forces du mal, aurait pu être mieux ... Orah sentait que dûe à sa condition de née moldue, elle allait (encore) en pâtir à cause des ces cours ... 3 mots revenaient souvent dans la tête d'Orah : Lavage de cerveaux ...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 9 Aoû - 8:20

Réveil matin six heure Kalisz se lève comme une fleur, pas de panique, ce n’est pas un drame juste une habitude. Car comme tout les matin de toutes les saisons, le jeune rouge et or aller courir. Hobbies familials ? Vous avez tout compris ! Après cette séance de sport quotidienne et une bonne douche. Ce fut l’heure du petit déjeuné. A la table il se réunit avec la plupart de ses amis. Et puis il se souvint du cour qu’il avait ce matin : le cour d’Histoire de la Magie. Pour lui c’était vraiment une plaie ! Ce n’était pas pour rien qu’il avait un professeur particulier dans cette matière. Il était une vraie tarte à la citrouille. Pourtant il ne détesté pas l’Histoire. C’est juste qu’il pensait qu’on avait pas besoin de cour pour ça, surtout quand on à un professeur aussi ennuyant et monotone que Binns. Et puis pas besoin de connaître qui a découvert les Strangulots. Selon Kalisz ce qui importait c’était de connaître les erreurs que les sorciers avaient fait pour ne plus que cela se reproduise. Comme ce que lui avait montrer Perséphone à la bibliothèque. En pensant à elle il ne put s’empêché de regardait vers la table des Serdaigle. Elle était là, il aurait reconnu ses cheveux bruns entre mille. Et lorsque la jeune Serdaigle se mit de profil pour parler à une de ses amies son cœur se mit à battre plus fort. Ces effets se produisaient de plus en plus souvent et Kalisz se sentait perdu. Pour ne pas se faire remarqué il s’introduit dans une conversion qu’avait Elisabelle et Lily. Voir Elisabelle lui fit oublier un instant la Serdaigle. Un rayon de soleil vint mourir sur sa chevelure dorée et elle lui sourit. La situation était vraiment étrange mais Kalisz ne voulait pas y penser, pas aujourd’hui et certainement pas maintenant. Ce fut ensuite l’heure du courrier. Une petite chouette chevêche arriva. Il parcourra la lettre des yeux rapidement. De bonne nouvelle était arrivée de la maison.

Citation:
Kalisz Chéri,

Aujourd’hui Kaja t’apporte une lettre avec enfin de bonnes nouvelles. Votre père va mieux, je dirais même très bien. Il est dans le service juste à côté du mien, de ce fait je peux le voir tous les jours. Ses blessures sont presque totalement guérit, ils ont vraiment fait du bon travaille. Le père de ta petite princesse à d’ailleurs beaucoup contribué à cela et sa mère, la collègue de ton père est passé lui apporté des Chocoballes. Tu diras à Miss Valtteri que son père et sa mère vont bien et qu’on fera peut être quelque chose ensemble pour Noël et donc que vous n’aurez pas à vous séparez pour les fêtes.
En se qui concerne l’auteur des faits, Madame Valterri ma confier que l’enquêtes n’avait rien donnait. Il on lançait beaucoup de Prior Incanto sans aucun résultat. Ton père ne semble pas plus affecté que ça à premier vu mais il craint de nouvelle horreur à la moldu comme pendant la guerre mais chez les sorciers maintenant… Il réclame aussi de nouvelle de sa petite déesse Grecque. Si tu vois Héra, dit lui donc d’écrire à ton père et que cela lui ferait plaisir…
Ton frère participe à l’enquête même s’il lui reste encore une année de formation. Il me tient au courant de toutes les nouvelles et a promit de vous envoyer à Héra et à toi une lettre dans les prochaines semaines. Un truc à te demander pour les vacances de Noël justement, un voyage à ce que j’ai compris.

Je t’embrasse ma petite boule en sucre
Zofia C. Agnodice

Ps : Ta grand-mère Dominika t’embrasse aussi et si tu n’arrives pas à parlé à Héra, à défaut envoi lui un Hibou. Je sais c’est idiot mais je te connais comme si je t’avais fais et c’est d’ailleurs le cas !



Le père de Kalisz et Héra avait était blessait lors d’une mission contre ce mouvement anti sorcier de naissance moldu la semaine dernière et s’en remettait donc bien. Kalisz fut soulager de lire ces bonnes nouvelles, quand il redressa la tête il en parla à Belle avant de l’embrassé, heureuse, à pleine bouche. Puis il chercha sa sœur du coin de l’œil à la table des Serpentard. Il était vrai qu’elle détesté leur mère mais elle éprouvait un énorme respect pour leur père et l’adorait littéralement. Si elle aurait pu être comme Athéna et naitre uniquement de lui par son crâne elle l’aurait surement fait.

Après un petit déjeuné copieux à base de Jus de citrouille, d’œufs au plats et de pain, le rouge et or se dirigea en compagnie des autres. C’est alors qu’il croisa sa sœur. Comme par habitude depuis quatre ans le frère et la sœur se toisa sans rien dire. Puis lui, le plus bavard des deux lâcha un bonjour. Il tenait la lettre dans sa main et allait lui tendre mais il se dit que finalement elle ne le méritait pas. Il était en colère contre elle, et cette violente colère allait ressortir s’il ne partait pas. Il s’en alla alors en serrant du point la lettre. Tant pis pour elle ! Il ne savait même pas si elle avait seulement était au courant de l’accident de leur père. Sa mère le connaissait effectivement bien. Il lui enverrait donc un hibou en fin de journée pour lui dire d’écrire à leur père.

Kalisz arriva ensuite devant la porte. Lorsqu’il vit ce qui s’y tramé il hésita entre rire car ça devait surement être une plaisanterie ou le prendre au sérieux. Finalement lorsqu’il vit apparaître la petite femme mince au visage squelettique entourait de boucles folles de couleurs brunes, il se dit que ce n’était pas une plaisanterie. Son visage, il le connaissait, son père lui en avait parlé. Difficile d’échapper aux leçons sur la famille même si on est considéré comme des traitres à son sang. L’échange qu’il entendit à coté de lui entre James et Sirius le confirma :


-Et ben t'es stupéfixé!
- Tu captes pas, la prof, c'est ma cousine!


Kalisz ne pouvait pas s’empêché de détacher son regard du personnage qui se dressé devant lui. Kalisz se dirigea vers le Troisième Rang à droite derrière Lily et Elisabelle comme à son habitude. Mais il dut détaché son regard de la marionnette désarticuler qui salué sur au devant pour voir qui avait prit sa place habituelle. Pur hasard ? Ce n’était autre que Perséphone qui occupé sa chaise. Il ne l’en chassa pas et s’assit donc à côté d’elle en murmurant :

Tu as piqués a place, mais je ne t’en veux pas, il vaut mieux être en bonne compagnie pour affronté ce … Gorgone …

La créature poursuivit son show en se présentant et en expliquant les raisons du pourquoi du comment elle était là. Kalisz se dit qu’heureusement que le Professeur Binns était déjà mort car sinon elle aurait du le tué pour prendre sa place. Kalisz sortie son livre un plume et un encrier et écouta les réactions des un et des autres. Bien sûr ceux qui parlait n’était ni plus ni moins que de Gryffondor. Après tout ils étaient les seuls à être aussi courageux pour le faire. Le Serpentard eux devait juste être ravis d’avoir une version d’eux adulte dans la pièce. Kalisz jeta un regard à Perséphone. Elle semblait aussi décontenancée que lui.

Finalement il attrapa un morceau de parchemin et y gribouilla sans la moindre application :


Nom : Agnodice
Prénom : Kalisz
Sang : un mélange de rouge et de bleu. Je crois qu’on appelle ça mêlé mais bon je ne suis pas sûr !
Profession des Parents :
Père : Auror
Mère : Guérisseuse dirigeante du service des blessures psychiques magiques. Je peux vous joindre sa carte pour plus de renseignement.


Kalisz posa ensuite sa plume et s’impatienta déjà de la suite ou plutôt de la fin du cours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 9 Aoû - 9:51


« Devinette... »


Assise en tailleur sur son bureau, jouant avec sa baguette, Bellatrix regardait les élèves remplir leurs formulaires, inquiets. Quelques uns d'entre eux se lançait des regards en coin pour comprendre ce qu'ils devaient marquer à certaines questions. Alors que Bellatrix était en train de réfléchir à la suite de son cours, comment elle allait faire pour réussir à faire comprendre la seule et véritable Histoire à ces ignorants, elle vit du coin de son oeil une main se lever. Bella releva la tête nonchalamment après quelques secondes et planta ses yeux perçants dans ceux de la malheureuse élève qui avait réellement cru que Bellatrix aurait été ravie de répondre aux questions de ses nouveaux élèves. Son insigne rouge et or cousu sur sa poitrine indiqua à la jeune professeur que c'était une Gryffondor, ou plutôt une Gryffi, comme elle avait eu l'habitude de les appeler durant ses années à Poudlard
-Qui y a t-il ? dit-elle d'un ton lasse.
- Pourquoi la profession de nos parents et notre sang vous importent-ils à ce point professeur? lui demanda-elle d'un air qui se voulait poli, mais qui pour Bellatrix ne l'était absolument pas. Puisque le simple fait de la reprendre et de lui poser une question était un acte impoli.
- Sauf votre respect, c'est complètement stupide. Le sang n'influence en rien les capacités d'apprentissage d'un élève. Mais vous êtes professeur, vous devriez savoir cela..., renchérit une deuxième Gryffondor assise à une table un peu plus loin d'un ton beaucoup plus insolent cette fois-ci, ce qui déplut beaucoup à Bellatrix qui sauta de son bureau et s'avança vers la jeune lionne à grande enjambés. Elle s'accroupie devant son pupitre, ses deux coudes sur la table, faisant jouer ses longs doigt fin sur la surface en bois et dit d'une petite voix de fillette qu'on aurait menacé après lui avoir volé ses bonbons.
- Ces petits détails son important chère - Bellatrix jeta un coup d'oeil sur le parchemin de la jeune Gryffondor-Adamson, parce que c'est le sang qui fait d'un Homme ce qu'il est. Vois tu, s'il y a une tare chez l'un de ses parents, on retrouve forcément cette tare chez lui. Si la base de l'une des branches de l'arbre est pourrit par un champignon, c'est toute la branche naissante qui le sera alors également. De plus, tout le monde sait que nous pouvons aussi nous rendre compte de la valeurs d'une personne en fonction de ses choix dans la vie. Ce sont nos choix qui font ce que nous sommes..- Bellatrix marqua une pause et sourit à la rouge et or, mais pas un sourire amical, un sourire sans joie, à faire froid dans le dos - Ainsi donc , reprit-elle, ces deux petites questions me permettent de voir à qui j'ai à faire.. Quel genre de personne vous êtes.. Mais bon, vous m'avez l'air intelligente, vous devriez le savoir non? Cette réponse vous suffit-elle ou vous en voulez davantage?
Elle se leva lentement et s'avança vers le pupitre de la deuxième Gryffondor, plaqua ses deux mains à plat sur son questionnaire, l'obligeant ainsi à lever les yeux vers elle et, un rictus de dégoût sur le visage face à cette Gryffi, elle dit d'une voix lente, en détachant bien chaques syllabes pour s'assurer que chaques mots soient bien compris:
- Main-te-nant-je-vous-pris-de-bien-vou-loir-ré-pondre-à-ces-deux-ques-tions !
Bellatrix fit passer sa langue de serpent entre ses dents et repartit vers son estrade en tournoyant sur elle même.

Elle revint à son bureau et s'y assis, balançant ses jambes d'avant en arrière comme une enfant, tout en réfléchissant à la question que lui avait posé les deux Gryffondors. Pourquoi est-ce que ça l'intéressait? C'était pourtant très clair, ces deux questions étaient très clair; Bellatrix voulait savoir de quel sang et de quelle famille ils appartenaient. S'ils étaient de vrai sorciers. S'ils méritaient ou non son attention. Bellatrix savait -et à son grand désespoir- qu'elle ne trouverait que très peu de sang pur dans sa classe, et un grand nombre de sang de... de sang de Bourbe. Mais il fallait s'y attendre, le nombre de familles de sang pur qui avaient disparues ces deux derniers siècles étant très élevé, il y avait très peu de chance d'en avoir plus de trois par classe et le plus souvent, ceux-ci étaient cousin ou même frère et soeur. C'était d'ailleurs le cas dans cette classe; Bella avait deux cousins de présent. Elle lança un regard de fierté en direction de Regulus, ce charmant garçon, élégant, appartenant à la maison Serpentard, en quelques mots, un digne de son sang.

Lorsque la moitié des élèves eurent levé le nez de leur parchemin, Bella descendit de son bureau et se dirigea d'un pas dansant vers les pupitres de ses élèves, pour récupérer leur questionnaire. A chaque parchemin ramassés, les yeux de Bellatrix se dirigeaient malgré eux vers la troisième questions, cette fameuse question de sang. A sa grande joie, elle découvrit un certain nombre de sang pur, plus qu'elle l'avait imaginé, mais quel sang pur, certain n'était pas si pur que ça.. Lorsqu'elle passa près de la table de James Potter pour ramasser son questionnaire, un rictus méprisant se forma sur son visage. Oui, elle en savait beaucoup sur lui.. Les murs de Poudlard lui en avaient beaucoup dit à son sujet.. Un traitre à son sang ! Un petit prétentieux sympathisant avec des sangs de bourbes, se croyant plus fort que tout le monde lorsque sa petite bande est avec lui ! Qui se permettait d'affronter les noble élèves de la maison Serpentard.. Mais surtout, il était le meilleur ami de son deuxième cousin; Sirius qui ne méritait pas plus de respect que lui de la part de Bella..

Les personnes comme James ou Sirius la dégoûtaient certes, car c'était pour elle un gâchis que de telles personnes porte un titre aussi important qu'est celui des sorciers de sang pur, mais ce n'était rien comparé aux enfants nés de parents mordue qui la dégoûtaient au plus haut point. Pour elle, ce genre de personnes ne méritait même pas d'étudier à Poudlard, elle les mettait aux même rang que les Cracmol..Bella ne put s'empêcher de regarder avec dégoût ces petits sang de bourbe lorsqu'elle passa près d'eux pour récupérer -ou plutôt arracher- leur questionnaire. Une chose était sûr, tous ces gens comme Evans, McKeiny ou encore Caleb n'allaient pas être les bienvenu dans cette classe. Il y en avait tellement entassé dans le château, ils empestaient le sang impur, le sang sale.. Et puis il y avait les autres.. Ceux qui inspiraient à Bella une sorte de pitié; les sangs mélés.. Ces malheureux sorciers n'ayant certainement pas voulut avoir leur sang souillé par un sale moldu, mais qui malgré eux et par le choix de l'un de leur parent ou d'un de leurs ancêtres, avait du en subir les conséquences.. C'est donc avec un sourire, - qui aurait pu sembler affectueux pour ceux qui ne connaissaient pas Bella, mais qui se révéla être plutôt une grimace - qu'elle fit glisser sa main vers le parchemin d'un certain Severus Rogue, qui a première vue, était du même avis qu'elle et ne portait pas plus de respect qu'il en fallait, à son côté moldu.

Lorsque tous les questionnaires furent ramassés, Bella revint à son bureau d'un pas lège et y déposa la pile de parchemin. La jeune femme fit quelques pas sur son estrade à la façon de quelqu'un qui aurait abusé de whiskies pur feu puis se mit face aux élèves, son habituel sourire mesquin sur les lèvres, pour enfin commencer son cours.
- Pour débuter cette première période de cours que nous allons passer ensemble, commença-t-elle d'une voix presque inaudible, nous travaillerons sur les événements s'étant déroulé à partir de l'année 1600.. Je me doute que votre ancien professeur vous ai déjà parlé de cette période, cependant.. j'aimerais revenir dessus pour que vous ayez.. comment dire cela sans paraître sur de soit.. pour que vous ayez un autre point de vue, un point de vu que je qualifierais de plus réaliste, de plus juste ! -Bellatrix marqua une pause- Car beaucoup de choses ont été passé sous silence, pour - comme disent ceux qui se croient savant -, vous apprendre la tolérance.. Haha ! ricana-t-elle d'une voix aiguë comme si sa remarque avait été particulièrement drôle. La tolérance, voyez vous ça ! - A présent, Bellatrix ne parlait plus du tout d'une voix silencieuse, elle s'exprimait fort, à la façon d'une militante récitant son serment. - Sauf que nous ne pouvons pas être tolérant avec ce genre de créature ! Car oui, durant cette longue période, beaucoup de sang de sorcier a été versé, et tout ça à cause d'une sale petite vermine ne respectant pas ses ainés !

Bellatrix se tue et se dirigea vers ses élèves, passant d'un rang à l'autre en les regardant droit dans les yeux et en leur murmurant aux oreilles, de sa voix de bébé, de petites phrases tel que « Alors, qu'en pensez vous?» ou encore « N'est-ce pas?», tantôt une moue sur les lèvres, tantôt sa langue de vipère entre ses dents. Elle s'accouda à la table d'un Serpentard qui portait le nom de Rodolphus -un sang pur bien sûr- et, à moitié à genoux, demanda d'une voix de petite fille:
- Alors, qui peut me dire comment s'appelle l'évènement qui s'est déroulé durant cette période?





Dernière édition par Bellatrix Black le Jeu 18 Aoû - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mer 10 Aoû - 11:19

Deux Gryffondor venaient de poser des questions stupide au sujet de la question du sang. Bien évidemment qu cela était important. Sinon sans ca nous ne pourrions les distinguer sang PUR et sang de bourbe.
Bellatrix s'approcha tour a tour des deux jeunes filles et leur expliqua que la couleur du sang était plus qu'important car si l'on trouvait des tares chez les sangs de bourbes, elle se retrouveraient dans les enfants qui bien sur seraient indigne à leurs propre sang originel.


Puis Bellatrix ayant répondu aux question se redirigea vers son bureau attendant que d'autre élèves aient finis de répondre au questionnaire. Rod' avait finit depuis belle lurette et était fier de son statut de sang pur qui pour lui valait bien plus que tout l'or du monde. ensuite elle dévisagea ce cher James Potter que Rodolphus lui même haïssait du plus profond de son être. Ce traître à son sang avec son idiot de meilleur ami ainsi que sa bande d'abrutis de maraudeur. Bien sur Sirius était le cousin de mademoiselle Black mais d'aprés ce qu'il avait put entendre, elle le considérait aussi comme un traître à son sang et sa famille l'avait rayé de l'arbre généalogique.

- Pour débuter cette première période de cours que nous allons passer ensemble, nous travaillerons sur les événements s'étant déroulé à partir de l'année1600.. Je me doute que votre ancien professeur vous ai déjà parlé de cette période, cependant.. j'aimerais revenir dessus pour que vous ayez.. comment dire cela sans paraître sur de soit.. pour que vous ayez un autre point de vue, un point de vu que je qualifierais de plus réaliste, de plus vrai ! - Car beaucoup de choses ont été passé sous silence, pour - comme disent ceux qui se croient savant -, vous apprendre la tolérance.. Haha ! La tolérance, voyez vous ça ! - A présent, Bellatrix ne parlait plus du tout d'une voix silencieuse, elle s'exprimait fort, à la façon d'une militante récitant son serment. - Sauf que nous ne pouvons pas être tolérant avec ce genre de créature ! Car oui, durant cette longue période, beaucoup de sang de sorcier a été versé, et tout ça à cause d'une sale petite vermine ne respectant pas ses ainés !

La révolte des gobelins était une histoire qui avait marqué tous les esprits. Beaucoup de sang de sorciers avait été versé et Rodolphus considérait cela comme un gachis incommensurable que de perdre du sang contre ce genre de vermine. les gobelins auraient du être exterminés à la naissance pour ne pas perdre ce liquide royal si important aux yeux de certains.
Bellatrix leur demanda alors ce qu'ils en pensaient et l'oeil de Rodolphus fut vite attiré vers le tableau représentant un sorcier égorgeant un gobelins et un sourire machiavélique s'étira sur son visage.

Le professeurs zigzaguait entre les table et vînt s'accouder à la table de Rodolphus et demanda d'une voix de petite fille.

- Alors, qui peut me dire comment s'appelle l'évènement qui s'est déroulé durant cette période?

Le vert et argent eut un petit sourire.

-La révolte des gobelins en 1612 qui fit à mon gout couler trop de sang sorcier et pas assez de sang gobelins.

Le serpentard avait les yeux plongés dans ceux de Bellatrix mais ne sourcillait pas du tout. Il attendait avec impatience la réponse qu'elle allait lui donner.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 11 Aoû - 22:37

    Il était évident que la remplaçante de notre très cher professeur Binns ne partageait pas mon avis. Les affiches qui étaient accrochés aux murs de la classe en témoignaient, et puis il y avait ce fameux formulaire qu’elle nous faisait remplir. Pourquoi le sang aurait-il une quelconque signification si elle n’était pas de ceux qui pensaient que les sangs « impurs » n’étaient pas dignes d’étudier la magie ? Il était pour moi très clair que Dumbledore avait engagé une timbré comme professeur d’Histoire. Je ne comprenais pas qu’il l’est permis d’enseigner ici ! Quelle plaie cette femme ! Et je n’étais pas au bout de mes surprises puisque lorsque je renchéris après la question d’Ellie, la nouvelle prof vint aussitôt vers moi. A mon grand étonnement elle s’accroupit devant ma table, et la main qui était posée sur mon sac se crispa. Je priai intérieurement pour que Sonie ne fasse aucun geste brusque ou un quelconque bruit qui aurait pu signaler sa présence. Les deux coudes sur le rebord, sa tête proche de la mienne, elle fit une mine enfantine. Sauf que ce n’était pas du tout mignon. C’était même angoissant de constater qu’elle ressemblait à une fillette par moments.

    « Ces petits détails son important chère – elle marqua une pause le temps de regarder sur mon parchemin - Adamson, parce que c'est le sang qui fait d'un Homme ce qu'il est. Vois tu, s'il y a une tare chez l'un de ses parents, on retrouve forcément cette tare chez lui. Si la base de l'une des branches de l'arbre est pourrit par un champignon, c'est toute la branche naissante qui le sera alors également. De plus, tout le monde sait que nous pouvons aussi nous rendre compte de la valeur d'une personne en fonction de ses choix dans la vie. Ce sont nos choix qui font ce que nous sommes. » dit-elle.

    A cet instant, je crus que j’allais exploser. J’avais envie de la réduire en morceaux, mais ça n’aurait pas été très intelligent. Mon sang bouillonnait en moi, et je regardais intensément notre professeur. Enfin, si l’on pouvait appeler ça comme ça. Une tare ?! Mais bon sang ! Etais-je la seule à trouver ça révoltant ? Je ne dis rien, me contentant de la fixer sans abaisser mon regard. Je ne lui ferais pas ce plaisir. Un silence se fit dans la salle, et elle reprit bien vite.


    « Ainsi donc, ces deux petites questions me permettent de voir à qui j'ai à faire.. Quel genre de personne vous êtes.. Mais bon, vous m'avez l'air intelligente, vous devriez le savoir non? Cette réponse vous suffit-elle ou vous en voulez davantage? »

    « Oui, en effet, cela me suffit amplement tout comme vous pour savoir à qui nous avons à faire…n’est-ce pas ? » fis-je.

    Je lui lançai un regard mauvais. J’allais certainement avoir des ennuis. Insulter un prof était passible d’une punition à la hauteur de l’insolence, et mon père ne tolèrerait pas ça. Elle s’adressa ensuite à Ellie, posant ses deux mains sur sa table.


    « - Main-te-nant-je-vous-pris-de-bien-vou-loir-ré-pondre-à-ces-deux-ques-tions ! »

    Dans mon sac, Sonie bougea et je me mordis la lèvre. Maudit chat ! Je regrettais déjà de l’avoir emmené avec moi. Mais il avait été si attendrissant que je n’avais pas pu résister. Elle se désintéressa de moi pour mon plus grand plaisir. Ainsi, je pus glisser ma main dans mon sac pour caressais furtivement Sonie. Pour l’instant cette sale boule de poil était calme, mais ça ne durerait pas longtemps, je le craignais. Bellatrix s’en alla vers son bureau et une fois que tous les élèves eurent finis de remplir le formulaire, elle passa dans les rangs pour les ramasser. Elle avait saisi le mien rapidement, et je levai les yeux au ciel. Maudite femme ! Ce fut alors que je rêvassai que le pire se produit. Sonie emprisonnée dans mon sac, profita de mon inattention pour sortir. Hélas, je ne m’en rendis compte que trop tard. Sonie fila sous la table d’Ellie, mais n’y resta pas bien longtemps car elle partit ensuite sous mon regard horrifié se planquer sous la chaise de Jason. Non. C’est pas vrai ! Ce chat allait avoir ma peau ! Je jetai un regard vers la prof et fort heureusement celle-ci était occupée à ramasser les parchemins, s’attardant parfois devant les élèves pour leur jeter un regard méprisant.


    « Sonie… ! » appelai-je en chuchotant, me penchant vers la table de Jason.

    Mais c’était trop loin pour que je l’atteigne. Je tournai les yeux vers le gryffondor, lui adressant un sourire contrit. Oh, il fallait que ça tombe sur lui en plus ! Merlin m’avait maudite ! Clair et net !Comme pour confirmer les dires, Sonie grimpa sur les genoux de Jason. Oh, non elle ne… ! S’allongeant de tout son long sur les jambes du jeune homme, elle commença à se lécher les pattes. Et en plus elle me narguait ! Quelle sale… ! Jetant à nouveau un regard vers Bellatrix, je vérifiais qu’elle était loin de nous avant de me pencher une fois de plus vers Sonie..


    « Reviens sale boule de poil ! »murmurai-je.

    Oh, c’était un cauchemar ! Sonie ne bougea pas d’un pouce, et se contenta de me regarder fixement sans rien faire. Quand je vous disais qu’elle se foutait de moi ! Elle commença alors à se faire les griffes sur la cuisse de Jason. Je me pinçai les lèvres pour ne pas rire, malgré moi.

    J’allais tenter de me glisser vers la table de Jason, pour la récupérer, mais la prof revint vers son bureau alors je me dépêchais de chuchoter :



    « Planques-là ! » m’adressai-je à Jason.

    Je me tins droit sur ma chaise, comme si de rien était, mais j’avais du mal à ne pas tourner mon regard vers la table du gryffondor pour savoir ce qu’il avait fait de Sonie. Pourvu qu’il la caches bien…


    « Pour débuter cette première période de cours que nous allons passer ensemble, commença-t-elle d'une voix presque inaudible, nous travaillerons sur les événements s'étant déroulé à partir de l'année1600.. Je me doute que votre ancien professeur vous ai déjà parlé de cette période, cependant.. j'aimerais revenir dessus pour que vous ayez.. comment dire cela sans paraître sur de soit.. pour que vous ayez un autre point de vue, un point de vu que je qualifierais de plus réaliste, de plus vrai ! Car beaucoup de choses ont été passé sous silence, pour - comme disent ceux qui se croient savant -, vous apprendre la tolérance.. Haha ! . La tolérance, voyez vous ça ! Sauf que nous ne pouvons pas être tolérant avec ce genre de créature ! Car oui, durant cette longue période, beaucoup de sang de sorcier a été versé, et tout ça à cause d'une sale petite vermine ne respectant pas ses ainés ! »

    Je ne l’écoutais que d’une oreille. De toute façon les cours d’Histoire de la Magie ne m’intéressaient guère. D’habitude de somnolais, ou j’envoyais des petits mots à Ellie pour la faire rire. Je ne l’écoutais que d’une oreille. De toute façon les cours d’Histoire de la Magie ne m’intéressaient guère. D’habitude de somnolais, ou j’envoyais des petits mots à Ellie pour la faire rire. Mais là, j’étais bien obligée de rester éveillée. Pitié, faites que ce soit un cauchemar et que je me réveil très vite ! Le pire, ce fut que Bellatrix ne se contenta pas de rester près de son bureau, non elle fit le tour de la classe, aussi folle alliée qu’elle paraissait.

    « Alors, qui peut me dire comment s'appelle l'évènement qui s'est déroulé durant cette période? » demanda-t-elle.

    Avant que quiconque puisse répondre, ce fut Rodolphus qui répondit le premier avec un sourire narquois.

    -La révolte des gobelins en 1612 qui fit à mon gout couler trop de sang sorcier et pas assez de sang gobelins.

    Je me fichais de savoir si c’était la bonne réponse, et pour cause, je me tournai vers Jason, discrètement pour savoir où il avait mis la petite peste qui me servait de chat.








Dernière édition par Catalina Adamson le Jeu 11 Aoû - 23:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 11 Aoû - 22:58

Orah était assise à l'exact milieu de la salle -disposée anarchiquement par Mlle Black- et des têtes qu'elle pouvait voir, tout le monde lui paraissait complètement dépité. Elle jeta un coup d'oeil à Kalisz qui s'était placé non loin d'elle, il fixait Mlle Black, et se prenait la tête dans les mains. Sirius Black ? Il avait l'air beaucoup plus calme et stressé qu'à l'ordinaire, quand à son acolyte James Potter, et bien son sourire narquois l'avait quitté apparemment ! Héra avait l'air plutôt contrariée, mais pas par la nouvelle professeur, mais plutôt par ce qu'elle écrivait sur son parchemin … Amélia avait toujours les yeux grand ouverts, comme pour être sûre qu'elle ne rêvait pas. Le visage de Ayako se déformait à la lecture de chacune des questions écrites sur le parchemin, et elle n'avait pas l'air très contente... Sylviana avait presque de la fumée qui lui sortait des oreilles tellement elle avait l'air énervée ! Elisabelle parvenait bizarrement à garder une expression totalement neutre, pas comme Kaylee, la préfète des verts, qui avait l'air profondément ennuyée... Axelle, sa camarade de Poufsouffle n'avait pas l'air de vraiment comprendre ce qu'il se passait. Bien qu'il soit chez Serpentard, Rogue paraissait très énervé, ce que Orah trouvait étonnant. Elianne... Son visage d'ange cachait des choses, même pendant le cours d'HDLM … L'inquiétude pouvait se lire sur le visage de Lily Evans, contrairement aux visages de Regulus Black et Rodolphus Lestrange. Le premier, s'il lui était arrivé pendant ce cours de ressentir quelque chose, ça devait être du contentement. Sa cousine était professeur, et elle aimait le sang pur, que demander de plus ? Quand à Rodolphus … Quelle admiration pour cette femme émanait de lui ! Comme une sorte de fascination... Ses yeux suivaient ses mouvements, et Orah ne fut pas étonnée de le voir être le premier à lever la main à la question qu'avait posée Mlle Black -à savoir - Alors, qui peut me dire comment s'appelle l'évènement qui s'est déroulé durant cette période? - et de répondre comme il l'avait fait. Rodolphus était ce qu'on peut appeler « cireur de pompes » de professeurs, surtout quand elle s'appelle Black, et cela se ressentait dans sa réponse -à savoir également : -La révolte des gobelins en 1612 qui fit à mon gout couler trop de sang sorcier et pas assez de sang gobelins. Pendant qu'elle pensait à cela, quelque chose sortit Orah de ses pensées : des chuchotements : non loin d'elle Catalina disait quelque chose à Jason qu'elle ne comprit pas, jusqu'au moment où elle remarqua une petite boule de poil installée sur les genoux du jeune homme. Elle médita quelque secondes sur cette situation un peu cocasses, mais en revint finalement à ses pensées :
Si Orah avait répondu à la question, ce qu'elle aurait fait en temps normal, avec un professeur normal, elle aurait simplement dit « Il y eut au début du 17ème siècle une révolte des Gobelins, qui en avaient marre d'être au service des sorciers, ce qui entraîna une guerre qui fit couler beaucoup de sang ». Une réponse neutre, comme devrait l'être celle de tout le monde...

Orah se posait une question : Comment Dumbledore avait pu la choisir elle, elle, cette Black avare et raciste, en tant que professeur d'HDLM ? On l'apprenait depuis la primaire, l'Histoire, avec un grand ''H'' est ce qui forme le présent, c'est une matière plus qu'importante, essentielle ! « Elle nous a rendu tels que nous sommes aujourd'hui, et l'apprendre, même simplement l'étudier nous permet de ne pas refaire les mêmes erreurs qu'autrefois ! » se disait la jeune fille. Il fallait pour occuper le poste de professeur dans cette matière quelqu'un de neutre, qui s'y connaisse, et qui aime faire apprendre. Certainement pas une femme d'une mentalité aussi fermée que celle de Bellatrix Black, qui était rancunière, gamine et raciste par dessus le marché ! Qu'était-il bien arrivé à Dumbledore ?

Et puis, Orah passait ses BUSE en fin d'année ! Nom d'une bouse de dragon, mais comment allait-elle faire ? Il lui faudrait travailler beaucoup plus par elle même pour pouvoir les réussir correctement !
Pour se remettre de ses émotions, Orah sortit un bout de parchemin, et commença à écrire une lettre, destinée à son frère :

Citation :
Nathou …
Je suis contente pour toi, que Cambridge se passe bien et tout, mais sache que de mon côté, c'est la catastrophe … Ma vie sentimentale est complètement déserte, mais c'est même pas ça le problème … Imagine que ton professeur d'histoire soit un nazi conquistador raciste ? L'horreur non ? Et bien devine quoi ? Ma nouvelle professeur d'Histoire de la Magie décrit parfaitement ce tableau … Je passe des exam's très importants en fin d'année, tu sais je t'en ai parlé, mes BUSE, et avec une prof comme ça, je réussirai jamais … Pfouuuu, CA-TA-STROPHE je te dis …

Je t'écris cette lettre pendant son ''cours'' d'ailleurs … Enfin bref, continue de bien t'éclater, mais m'oublie pas !

Gros bisous, ta soeur préférée, Alias Orache !

...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» La bataille des cinq armées
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Première nuit dans Dreamland...
» Pas touche, je l'ai vu en première. [Déborah]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oubliettes-