AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Behind the mask [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Behind the mask [LIBRE]   Jeu 4 Aoû - 17:49

Le calme absolu ! Une chose bien difficile à trouver, mais pas impossible quand on cherche bien et surtout quand on sait où chercher. Par ce temps - l'Angleterre n'est pas réputée pour être un pays très chaleureux - être à l'extérieur était synonyme de solitude. Et en effet, il n'y avait vraiment pas un chat à l'horizon. Debout sur les marches du perron, Sylviana observait le parc qui faisait grise mine par ce temps. Une fine pluie tombait du ciel, laissant les larmes célestes s'écraser au sol et laisser une trace humide sur l'herbe verte. Les yeux fermés, elle inspira profondément. C'était tellement agréable et bientôt le ciel finit d'exprimer sa tristesse, essuyant ses larmes et laissant les soucis s'envoler au loin et laisser place au sourire. Les rayons du soleil cherchaient à percer à travers les nuages qui partaient loin de l'Écosse en direction de l'Irlande.

C'était le moment idéal. La main de Sylviana se glissa dans l'une de ses poches, puis elle en sortit un petit étui en argent sur lequel était sculpté un dragon qui vous regardait dans les yeux et crachait du feu. Quoi de mieux pour représenter un étui à cigarettes ! Avec nonchalance, ses doigts saisirent une fine cigarette et la portèrent à ses lèvres. Dans un petit claquement, elle referma l’étui qui disparut dans le fond de sa poche et du bout de sa cigarette, elle alluma son cancer miniature. Dès la première bouffée, elle sentit ses muscles se détendre et ses traits s'adoucirent un peu. Un petit plaisir de quelques minutes, mais qui suffit à l'apaiser. Le mégot disparut dans la nature, il ne resta que cette odeur de tabac froid, vestige de son pêché. Elle resta encore un moment à observer les environs, puis elle rentra à l'intérieur du château.


- Non s'il vous plait ! Arrêtez !

Les cris du petit garçon attirèrent son attention. Discrètement, elle se rapprocha de la source du bruit, colla son dos au mur et passa légèrement la tête pour voir ce qu'il se passait dans ce couloir. Elle vit alors un groupe de cinq personnes forcer un jeune première année à entrer dans le placard à balais. Sylviana se plaqua contre le mur, et refusa de voir la suite. C'était idiot n'est-ce pas ? Ce n'était qu'une petite bande de cinquième année qui voulait enfermer un gosse ... elle aurait pu l'aider, elle aurait pu les en empêcher, mais elle n'avait pas de courage et pas confiance en elle dans ce genre de situation où il faut combattre. Elle resta un moment ainsi, puis, lentement, elle se détacha du mur et tourna les talons, essayant d'oublier les cris du petit garçon. Elle revint dans le hall et dans sa tête, un mot revenait sans cesse dans son esprit telle une boucle infinie et sadique. "lâche"... Oui elle était lâche, mais que pouvait-elle faire ? La défense n'était pas son truc. Sissi était discrète, silencieuse, réfléchie, posée, l'action, ce n'était pas pour elle ... "lâche".

Alors qu'elle montait les escaliers, elle s'arrêta soudainement. Elle pourrait attendre qu'ils partent pour le sortir de là, mais qu'ils savaient que c'était elle qui l'avait aidé ... "lâche". Elle devait s'asseoir. Sylviana s'accrocha à la rampe et s'assit à même les marches du grand escalier. Pourquoi n'était-elle pas plus courageuse, moins sensible à toutes ces choses là ? La tête basse, Sissi laissa ses cheveux retomber sur son visage, le cachant à moitié. On pouvait y lire de la lassitude, de la honte aussi et un peu de tristesse. Le masque était tombé, et elle l'avait enlever parce qu'il n'y avait personne autour. Ne jamais montrer ses véritables sentiments, cela pourrait tout changer et laisser les autres vous faire du mal. Et pour couronner le tout, elle avait oublier de lancer un sortilège pour cacher la petite odeur de cigarette sur ses vêtements et ses doigts.

Mais quelque chose la figea, paralysa son corps : un bruit de chaussure en face d'elle qui montait l'escalier. Elle releva la tête et n'eut pas le temps de remettre de suite son masque en place. Un bon observateur l'aura remarqué, bien que cela n'est duré que quelques secondes. Voir le visage de la princesse des glaces exprimer un sentiment, ce n'était pas une chose que l'on voyait tous les jours. Mais le masque était de retard et ses yeux fixaient la personne en face d'elle avec froideur et animosité.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Sam 6 Aoû - 12:00

« -Excuse-moi, je peux t’aider ? »

Qu’elle imbécile ! « Amélia, tu pourrais être plus subtile que ça non ? » pensa-t-elle en soupirant. Sa question avait réussi à l’agacer avant même que la jeune fille ne réponde. Elle savait qui était ce visage dur devant elle et elle savait aussi que ce n’était pas ce genre de question que la Serdaigle attendait car elle ne l’avait que trop bien observée durant les cours que les Poufsouffle et sa maison partageaient. Sa façon d’observer les gens et de s’intéresser à eux à leur insu aurait pu paraître bizarre, beaucoup de gens auraient pu penser qu’elle était une psychopathe mais en vérité, c’était tout autre chose même si au premier abord, on aurait pu la prendre pour une folle. Amélia, n’ayant jamais été très douée en matière de socialisation et vu que la timidité l’emportait toujours sur elle, l’observation était pour elle une façon d’apprendre à connaître les gens. Ils laissaient sur leurs visages tellement d’indices apparents sur leurs caractères que pour quelqu’un qui accordait ne serait-ce qu’assez d’importance aux gens les entourant, il lui serait facile d’en apprendre beaucoup sur les traits de caractères de ces personnes. C’était sans doute pour ça que la jaune et noir y passait tellement de temps. Découvrir des personnes par ce seul moyen était tellement plus simple !

Mais la réponse de la jeune fille ne tarderait pas à fuser et la Poufsouffle devrait lui expliquer sa présence ici. A vrai dire, elle se rendait en bibliothèque, une fois de plus et elle trouvait aussi que comme d’habitude, par un temps aussi maussade, beaucoup d’élèves se précipitaient sur les bancs de la bibliothèque. Ils profitaient de la pluie pour faire leurs devoirs afin que si un rayon de soleil perçait à travers les nuages, ils pourraient sortir sans se priver. De plus, une sortie à Pré-Au-Lard était prévue pour le lendemain et la majorité des élèves participant à cette sortie ne voudrait pas se coltiner des dizaines et des dizaines de centimètres de parchemin à rédiger après une journée aussi éprouvante. Bref, avec tout ce monde présent dans un endroit qui devrait être calme normalement, la brunette préférait chercher une vieille salle de classe inoccupée et c’est pourquoi elle s’était aventurée dans ce couloir d’ordinaire désert.

Elle hésitait à s’approcher d’avantage de la bleue et argent car jusqu’à présent, elle s’était maintenue à une distance convenable de la jeune fille, histoire de ne pas la froisser ou de s’attirer son regard d’ordinaire si froid. « D’ordinaire si froid » car en grimpant les marches et en apercevant petit à petit la jeune demoiselle, quelque chose d’autre avait traversé ses prunelles, une sorte d’éclat qui ne lui ressemblait pas..

La Poufsouffle chassa ces réflexions de son esprit. Après tout, elle « prétendait » connaitre son interlocutrice mais combien d’entre nous ne cachait pas quelque chose qu’il ne laissait apercevoir ? Qui dans ce château pouvait prétendre n’avoir aucun secret ? Elle l’avait jugée trop vite et elle préférait arrêter de réfléchir, tout simplement en attendant que la jeune fille adossée au mur prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Sam 6 Aoû - 21:09

L'aider ? Est-ce qu'elle se moquait d'elle ? Avait-elle l'air d'avoir besoin d'aide ? Sylviana se retint d'exprimer cette pensée à voix haute. D'un coté elle était en colère contre cette fille d'être intervenue là, maintenant, alors qu'elle se croyait seule et tranquille, mais d'un autre coté, elle était en colère contre elle-même de s'être laissée aller de la sorte. Mais elle ne pouvait s'empêcher de repenser à ce garçon qui était en train de vivre son expérience, enfermé dans un placard. Paraissait-elle donc si pathétique que l'on soit obliger de lui demander de l'aide, à elle, la princesse de glace ? Et puis, une idée germa dans son esprit torturé. Une idée qui lui enlèvera un poids des épaules et cette fille pourrait bien l'aider.

« Oui tu peux ! »

Sa voix était à la fois agréable et tranchante, la douceur de son accent Russe – plutôt prononcé – venait contraster avec un ton glacial, sibérien. Princesse russe, reine des glaces, la voilà qui se redressait pour se tenir debout sur les marches, dominant la jeune poufsouffle et la toisant. Il ne fallait pas prendre cela pour du dédain, de la malveillance ou autre, mais elle a toujours été habituée à ce genre d'attitude avec son père. Elle en profita pour la détailla un peu plus : son visage ne lui était pas inconnu. Elles avaient certainement du partager certains cours, mais elles n'étaient pas de la même année, cela elle en était presque certaine. Mais cette fille paraissait tellement discrète, réservée, tout comme Sylviana mais dans une autre mesure : Sissi préférait rester froide et distante, elle, plutôt invisible. C'était son premier point de vue en tout cas.

« Du silence et de la tranquillité, tu peux trouver ça ? »

Elle ne parla pas du pauvre gamin enfermé. Sylviana ne voulait pas passer pour une faible alors autant éviter la question. Et puis, apparemment, cette fille cherchait un endroit calme aussi apparemment puisqu'elle tenait des livres contre sa poitrine. La bibliothèque devait être bondée par ce temps, sans oublier la sortie à Pré-Au-Lard demain, et vu son caractère discret, elle ne pouvait que s'isoler. Et donc elle pouvait l'aider. Sylviana rêvait de fumer une autre cigarette pour oublier l'épisode et du silence pour ses oreilles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Dim 7 Aoû - 12:06

Amélia fut décontenancée par la réponse de la jeune fille. Elle avait pensé avoir pour réponse une remarque cinglante ou froide pour le manque de tact dont elle faisait preuve à se mêler de ce qui ne la regardait pas. Mais au contraire, la bleue et argent accepta sa proposition même si, dans le timbre de sa voix, on pouvait encore déceler une marque de distance ou de méfiance, c’était ce qu’Amélia pensait. Elle avait aussi remarqué le petit accent qu’avait la jeune fille mais elle ignorait jusqu’à présent d’où il provenait.

Elle n’aurait pu dire si elle était heureuse ou non que la jeune fille ait répondu à sa demande, elle se sentait juste soulagée et attendait de voir ce qu’elle lui réservait. Peut-être cherchait-elle à lui faire un mauvais coup et la ridiculiser, une bonne fois pour toute ? Encore une fois, la jaune et noir se força à chasser ses réflexions de sa tête. « Juger trop rapidement les gens », voilà quel était le principal problème de la brunette ! Si ça se trouve, cette Serdaigle traversait juste une mauvaise passe, peut-être cherchait-elle simplement du réconfort ? C’est pourquoi, elle était bien déterminée à lui laisser sa chance.

Lorsque la demoiselle se leva et fit face à Amélia en la jaugeant de ses prunelles noisettes, celle-ci détourna les yeux, plus par gêne que par crainte. Elle décrivit mentalement la silhouette du couloir qui s’étendait à sa gauche avec tout ce qu’il contenait, les tableaux, les armures et les portes entrebâillées tout en évitant de penser à la Serdaigle qui la détaillait et le silence qui s’installait. Aucune des deux filles n’avaient fait un geste jusqu’à ce que son interlocutrice pris la parole.

«- Bien sûr. La bibliothèque est bondée, mais j’ai un bon endroit, suis-moi. »

La façon dont elle avait dit ça la surprit elle-même. Elle avait adopté un ton calme et sûr d’elle qui contrastait avec ses habituels tremblements. Elle se dirigea en silence vers le couloir de gauche qui l’avait tant préoccupée quelques minutes auparavant en ignorant si sa nouvelle connaissance la suivait ou non. Elle s’engouffra dans les couloirs du château, tantôt en tournant à gauche, puis à droite et de nouveau à droite avant de déboucher sur plusieurs portes closes. Un bref regard en arrière lui permit de constater qu’elle n’était finalement pas seule puis elle s’arrêta devant une porte à gauche, tout à la fin du couloir. Elle prit sa baguette magique dans une de ses poches de sa robe de sorcier et la pointa sur la porte.

« - Au fait, je m’appelle Amélia Bones. Alohomora. »

Un sort basique, certes, mais qui faisait bien des merveilles au besoin. La serrure cliqueta et la porte s’ouvrit sur une vieille classe déserte, poussiéreuse mais illuminée. Elle était encore pleine des anciens objets scolaires ; tableaux, pupitres et vieilles cartes accrochées aux murs. Les nombreuses fenêtres dont elle disposait qui donnaient sur l’arrière du château permettait à la lumière du jour – bien que grisâtre – de baigner la pièce entière de clarté. Ce n’était pas la première fois qu’Amélia venait ici et cet endroit lui convenait très bien, à l’abri de tous. Elle attendait la réaction de la jeune fille pour savoir si cet endroit lui plaisait, si c’était bien ce qu’elle avait demandé à Amélia de trouver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Dim 7 Aoû - 20:33

Ses prunelles noisettes se détachèrent rapidement de son regard gris orageux. Était-ce de la lacheté, ou de la gêne ? Sylviana pencherait plus pour la deuxième solution, son attitude un peu gauche, ses cheveux cachant son visage – plutôt joli d'ailleurs – et sa tête était constamment baissé. La jeune fille l'avait déjà vu au détour d'un couloir, parfois dans quelques cours, mais elle n'était pas dans son année, ça c'était certain. Cependant, la réponse qu'elle lui offrit fut plus au moins surprenante, d'ailleurs, son sourcil se haussa légèrement, seule expression de son visage. Elle avait parlé avec une assurance qui ne collait pas vraiment avec son tempérament un peu discret. Néanmoins, elle la suivit sans un mot.

Sa démarche était plutôt légère, et surtout silencieuse, on percevait à peine le bruit de ses pas. Son menton était fièrement relevé, faisant penser à de l'arrogance, et sa main était enfouie dans l'une de ses poches avec nonchalance. C'était un air un peu je-m'en-foutiste mais avec une certaine classe et une assurance glaciale. Sissi vit la jeune fille jeter un regard dans sa direction par dessus son épaule, comme pour vérifier sa présence avant de porter son attention sur une porte.


« Au fait, je m’appelle Amélia Bones. »

Amélia Bones … ce nom lui disait quelque chose, ce qui confirmait une chose : elle l'avait déjà rencontrer lors de certains cours. Comment aurait-elle pu connaître son nom sinon ? Lorsqu'elle entra dans ladite salle son sourcil se souleva à nouveau. C'était … sale et poussiéreux. Apparemment Rusard ne passait pas souvent par là. Sylviana entra en fermant la porte derrière d'un coup de baguette, puis elle passa un doigt sur une table. Ce n'était pas une mince couche. Néanmoins il y avait un gros avantage : de grandes fenêtres qui donner une vue imprenable sur le parc , et ce malgré la couche de crasse qui obscurcissait les lieux. Sissi se dirigea vers le fond de la salle, posa son sac sur l'une des tables, soulevant un nuage de poussière. Immédiatement, elle alla ouvrir une fenêtre pour évacuer cet air malsain, l'air était encore humide à l'extérieur, mais il ne pleuvait plus, c'était déjà une bonne chose. Tout cela créa chez elle une envie : sa main se faufila dans sa poche pour sortir son étui et prendre une cigarette. Que voulez-vous … elle était accro. Mais avant de la porter à ses lèvres …

« Sylviana … Sylviana Dimitriev. »

Son regard s'ancra dans le sien quelques secondes avant de tourner la tête pour regarder vers l'extérieur et fumer tranquillement sans gêner cette fille qui était dans la même salle qu'elle. Sa tête se posa contre le mur, et elle ferma les yeux quelques instants, savourant ce calme, ce silence qui lui était cher. Finalement, ce ne fut pas une mauvaise idée que de suivre Bones. Plus bonne d'ailleurs. La jeune femme inspira une bouffée avant de la recracher lentement. Peut être devait-elle briser la glace …

« Tu viens souvent ici ? »

C'était un début. Il ne fallait pas trop en demander à la reine des glaces.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Ven 12 Aoû - 13:09

La salle n’avait pas changé. Comment aurait-elle pu en même temps ? C’était un des local abandonné du château qui n’était même plus visité pour y passer un coup de balai et qui ne donnait sûrement pas envie à notre concierge de le faire, ça représentait une trop grosse charge de travail pour lui. Et puis, il devait avoir mieux à faire comme… persécuter les élèves sans arrêt en quête de délits, pour la plupart, inexistants. Elle se rappela la fois où par un temps pluvieux, elle avait risqué une retenue uniquement parce que lorsqu'elle était revenue du parc, elle avait mouillé le hall d’entrée. Elle avait trouvé ça exaspérant et sans l’intervention d’un des fantômes, elle aurait été bonne pour une longue retenue en compagnie de notre cher concierge.

En voyant les nombreuses particules de poussière partir dans tous les sens après que la Serdaigle eut déposé son sac sur une vieille table bancale, Amélia eut honte de l’avoir amenée ici. Elle ramena ses boucles brunes sur ses épaules en essayant de dissimuler un peu son visage dont les joues prenaient une couleur rosée. La Poufsouffle se demandait ce qui lui était bien passé par la tête d’amener une fille à l’allure si sûre d’elle, charismatique et en même temps glaciale dans un endroit aussi délabré. Elle détourna son regard vers elle, histoire de jauger son expression, voir si Amélia avait raison ou non d’être si honteuse. Mais la bleue et argent avait entreprit d’ouvrir une fenêtre et lui tournait donc le dos. Elle vit qu’elle cherchait quelque chose dans sa poche mais, ne voulant pas paraître indiscrète, elle détourna ses prunelles noisette de la jeune fille. La jaune et noir se dirigea ensuite vers son sac qu’elle avait posé sur le carrelage froid et en retira un bouquin sur la guerre des gobelins qu’elle lisait pour le moment. En bonne Poufsouffle qui se respecte, elle adorait lire et se cultiver.

Son livre calé sous le bras, elle partit en direction de la fenêtre ouverte. Un peu d’air frais ne lui ferait pas de mal. Elle s’assit à l’extrémité de la jeune fille sur l’appui de fenêtre, elle ne voulait pas l’étouffer ou lui paraître trop avenante. Après quelques minutes, c’est la Serdaigle qui rompit le silence, aussi surprenant que ça peut l'être, pour se présenter. Sylviana Dimitriev… Ce nom ne lui était pas totalement inconnu, sans pour autant savoir où est-ce qu'elle l'avait entendu. Sylviana avait eu l’air hésitante, comme si elle craignait d’en avoir trop dit. Et puis ses yeux s’étaient accrochés aux prunelles noisettes de la Poufsouffle durant quelques secondes qui pourtant avait durer plus longtemps pour elle avant de se détacher et de fixer l’horizon par la fenêtre ouverte. Amélia détacha son regard elle aussi et se contenta d’acquiescer. D’après ce qu’elle a pu constater pour le moment, s'abstenir de trop parler, c’était la règle d’or avec la bleue et argent. Elle ouvrit son livre à l’endroit où son marque page était déposé, déterminée à laisser Sylviana dans le silence et la tranquillité comme elle l’avait demandé au départ.

Elle détecta une odeur qui lui était familière, une odeur qu’elle ne connaissait que trop bien à cause de son frère qui était un de ses nombreux adeptes. Elle s’empêcha de relever la tête, Sylviana était dans son droit, elle ne devait pas s’en mêler. Et puis, ça lui éviterai une humiliation si jamais par hasard, Sylviana lui proposait une cigarette car elle n’avait jamais fait ça.

« - C’est un très bon endroit pour réfléchir » répondit-elle à la question de la Serdaigle.

Un peu simplet comme réponse non ? Elle pouvait faire mieux, elle en était certaine.

« - Je trouve que c'est agréable pour échapper un peu au bruit environnant. Je change complètement de sujet, j’en suis consciente mais, tu ne risques rien à fumer ici ? »

Amélia était curieuse à ce sujet-là. Elle connaissait le règlement mais jamais elle ne s’était demandé s’il contenait une partie sur tout ce qui touchait à l’alcool et au tabac. Elle savait que sa question avait pu paraître stupide, qu’elle paraissait stupide car il devait être évident que c'était interdit, apart peut-être pour les élèves majeurs. Mais si ça pouvait faire naitre sur les lèvres de sa nouvelle connaissance ne serait-ce qu’un minuscule sourire, Amélia en serait ravie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Dim 14 Aoû - 14:44

Un bon endroit pour réfléchir, assurément … mais pas très sain, il fallait l'avouer. Autant le calme et la vue qui y régnait plaisait énormément à Sylviana, par contre la poussière, la saleté et les rats qui passaient de temps à autre gâchaient la beauté de l'endroit. Elle se serait contenté de cette simple réponse, mais la voix de la Poufsouffle résonna à nouveau pour renchérir, et passer du coq à l'âne. Et alors qu'elle rejetait la fumée de ses poumons, les lèvres de la blonde s'étirèrent légèrement pour dessiner un imperceptible sourire.

« Il faut savoir être malin, dit-elle alors qu'elle fixait sa cigarette se consumant lentement et dégager un mince filet de fumée. Et puis, tout le monde transgresse les règles de Poudlard un jour ou l'autre. Les Maraudeurs en sont la preuve, et malgré leurs nombreuses retenues, ils ne se font pas pincer en train de ''marauder'' dans les couloirs de l'école. »

Une bien longue tirade. Sylviana parlait peu, mais quand il s'agissait d'expliquer quelque chose, elle pouvait débiter un flot de parole, d'une voix toujours aussi neutre, jamais un mot plus haut que l'autre, ne démontrant aucune passion. Serdaigle était bel et bien sa maison, le choixpeau avait bien choisi, préférant lui éviter la maison Serpentard. Elle ne le regrettait pas … mais elle aurait peut être aimé être dans la même maison que son amie d'enfance. Enfin, c'était ainsi !

Pour en revenir au sujet, même si c'était interdit, même si elle se faisait prendre, Sissi n'arrêterait pas pour autant. Accro ? Oui, c'était une chose qui l'aider à se détendre, la seule chose à laquelle elle pouvait s'accrocher sans se méfier – enfin plus ou moins. Elle en connaissait les effets indésirable, mais qu'importe, elle était jeune. Ses doigts écrasèrent le mégot et elle le jeta dans la poubelle de la classe qui se fit un plaisir de dévorer l'ordure. Son petit plaisir était terminé, alors son attention se concentra sur l'unique chose d'intéressante dans cette pièce : Amélia. D'abord ses yeux s'attardèrent sur le livre qu'elle lisait dans le silence le plus complet, puis sur son visage.


« Tu devrais attacher tes cheveux. »

C'était soudain. Surprenant même. Sylviana ne dit rien d'autre, la laissant méditer sur ce conseil et sur le pourquoi. Sissi trouvait en réalité qu'Amélia cachait beaucoup de chose, un peu comme elle mais d'une différent manière. Amélia cachait son visage par gêne, et pourtant … ses traits étaient tellement expressifs, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert, et elle cachait cette sincérité derrière ses cheveux noirs. Elle avait un joli visage, pourquoi le cacher ? Sylviana n'était pas tout a fait pareil, elle ne cachait pas son visage, mais cachait ses expressions, ses pensées. Elle était complètement l'inverse. Une question survola son esprit : si elle se laissait aller, est-ce qu'elle ressemblerait à Amélia ? … Peut être ! L'heure n'était pas venue pour elle de se dévoiler, à personne.

Sylviana quitta sa place pour vagabonder dans la salle, observer les objets qui y étaient entreposés. Son regard était critique et elle scruter l'endroit pour y dénicher la moindre chose. L'endroit n'était pas trop mal, si on oubliait toutes ces mauvaises choses autour.


« Tu n'as jamais pensé à améliorer cette salle ? »

Puisqu'elle était abandonnée, pourquoi ne pas donner un petit coup de neuf pour la rendre plus agréable ?




[HJ : désolée, c'est un peu court ^^'''']
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Mar 30 Aoû - 14:15

    La réponse de la Serdaigle fusa et décrocha un sourire amusé à Amélia. « Marauder », elle avait bien choisi son terme et c’était la première que la poufsouffle l’entendait mais il faut dire que ça résumait bien les actes des fameux « Maraudeurs » comme ils aimaient se faire appeler. Amélia méditait sur la réponse de la jeune femme, la tête plongée dans son bouquin même si elle ne lisait pas vraiment, afin d’éviter de croiser les yeux de Sylviana. Elle n’avait pas tort dans ses propos mais la jaune et noir ne préférait pas s’aventurer sur ce sujet car, après tout, elle ne connaissait rien de ces jeunes Gryffondors mise à part les « on dit ». Le silence s’installa et ce n’était pas la première fois mais Sylviana donnait l’impression d’être une jeune fille solitaire ou du moins qui n’avait pas besoin de parler sans arrêt. Une qualité qu’appréciait souvent Amélia chez les gens.

    À la remarque de la bleue et argent, Amélia détacha un élastique de son poignet et noua ses boucles en une queue de cheval haute, sans dire un mot. Elle sentait ses joues chauffer car elle ne s’attendait pas à ce que sa camarade reprennent la parole la première et encore moins pour dire un conseil de ce genre. Elle ne l’avait pas pris mal, loin de là, mais le fait de savoir qu’elle avait été longuement observée la gênait énormément. Et puis son père avait toujours dit d’elle, et ce depuis qu’elle était toute petite, que ses yeux parlaient pour elle. Ce n’était pas faux mais c’était naturel, elle n’y pouvait rien. Alors, elle essayait de se cacher par tous les moyens, notamment en nouant ses longs cheveux.

    Elle observa du coin de l’œil la jeune femme se déplacer dans la salle et elle se doutait de ce qu’elle devait penser. Il était vrai que cette pièce n’avait rien de très plaisant et lorsqu’on y regardait bien, elle était même désagréable. Quand elle venait ici, Amélia était tellement dans sa bulle qu’elle n’avait jamais réellement regardé l’endroit et c’était seulement maintenant qu’elle le voyait… tel qu’il était. À présent, elle savait également d’où provenaient tous ces petits couinements que l’on pouvait entendre parfois, lorsqu’un rat sortit sa grosse tête repoussante d’un trou et traversa la pièce à grandes enjambées pour rejoindre le dessous d’une vieille armoire en bois, en laissant échapper de petits cris aigus. Elle essaya de ramener quelques mèches brunes devant son visage avant de répondre à la Serdaigle, une simple habitude, un réflexe. Mais lorsqu’elle n’en attrapa aucune, elle s’insulta intérieurement d’imbécile. Comment oublier que l’on vient de s’attacher les cheveux il y à peine 2 minutes ? Rha, maudits réflexes !

    « - Eh bien non… Je… Je t’avouerai n’y avoir jamais pensé… Mais je crois qu’elle en a grand besoin, en effet. »

    Était-ce une invitation à aménager cette salle avec Sylviana ? Amélia, elle-même, n’en était pas sûre mais de toute façon, la Serdaigle ne tarderait pas à lui répondre.


HS : Désolée pour l'attente et pour la courte réponse !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Mer 31 Aoû - 10:54

[HJ : Don't worry, be happy Wink La mienne est aussi courte ^^"]




Maintenant, qu'elle voyait son visage, Sissi comprenait pourquoi elle cherchait tant à se cacher derrière cette cascade de boucles. Son visage était tellement expressif, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert et cela désarçonna un peu la jeune russe. Après tout, elle n'était pas habituée à voir autant de sincérité chez une personne, elle qui cachait tout le temps ce qu'elle était réellement derrière un masque de marbre. Jalouse ? Oui peu être, mais elle était aussi rassurée et en confiance. Elle ne se sentait pas menacée, loin de là même et c'était une sensation vraiment agréable. Mais ce qui attira plus encore son attention, ce fut son regard, une jolie aquarelle de couleurs, mélangeant les teintes terre de sienne et caramel. Mais ce ne fut pas tant le tableau qui réussit à l'émouvoir, mais l'impression qui en ressortait : une cascade de sentiment, mêlant la timidité à la sincérité, la sagesse et le calme. Le miroir de l'âme, et elle en avait une terriblement belle. Un petit sourire en coin naquit sur ses lèvres lorsqu'elle vit Amélia tenter de replacer quelques mèches devant son visage, et ce, avant de lui parler. Quel étrange tic elle avait.

« - Eh bien non… Je… Je t’avouerai n’y avoir jamais pensé… Mais je crois qu’elle en a grand besoin, en effet. »


« C'est sûr. »

La première chose à faire était d'enlever toute cette poussière qui allait bientôt finir par l'étouffer. Cela sera déjà une bonne chose de faite. Mais comment faire ? Il y avait bien le sortilège de « recurvite » mais pour une aussi grande salle, était-ce possible … Ou alors il fallait y aller petit à petit, coin par coin. Et c'est ce qu'elle fit. C'était une tâche longue, mais qui lui occupait l'esprit. Elle n'avait plus de devoir à faire et lire à la bibliothèque ne l'inspirait pas tellement aujourd'hui. Mais rester sans rien faire était une chose qu'elle détestait, alors remettre en ordre cette salle était une très bonne occupation et pourrait créer un petit cocon. Oui, cette idée lui plaisait beaucoup et le fait de partager cet espace avec la Poufsouffle ne la dérangeait pas puisqu'elle semblait calme et les mots pas forcément utile. Une relation qu'elle appréciait. Quand la pièce fut vide de tout grain de poussière, la Serdaigle remit bien droit un tableau, récoltant un merci de sa part avant de retourner s'asseoir sur le rebord de la fenêtre, les jambes repliées près de sa poitrine. C'était un bon début, mais une chose à la fois. Poudlard ne s'est pas fait en un jour, et il en sera de même pour cette salle.

Le regard perdu à l'horizon, Sylviana laissa la froideur quitter peu à peu son visage, ne laissant plus qu'un air neutre. C'était un bon signe pour Amélia, cela signifiait que Sissi était bien avec elle et qu'elle lui accorderait sa confiance peu à peu, la laissant découvrir son être intérieur. Amie ? Pas pour l'instant, juste de simple connaissance, mais qui s'appréciait, c'était là le ressentit de la jeune femme. Finalement, elle n'était pas aussi frigide que les gens le disait. La reine des Glaces n'était pas aussi froide et insensible finalement. Insensible, non elle ne l'était pas, loin de là même, mais tout se cache pour mieux affronte le monde, la réalité, le danger. C'était mieux ainsi.

Son regard se posa à nouveau sur le visage d'Amélia. Elle paraissait si timide qu'elle lui donnait l'impression d’être une fleur fragile, prête à se courber à la moindre bourrasque de vent. Cela lui donnait envie de la protéger … Un sentiment étrange parce que malgré son masque de glace, ses airs impérieux, Sissi aussi avait besoin d'être protégée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   Mer 31 Aoû - 18:50

HS : Haha, pas du tout ! Wink
    Une réponse claire, nette et courte. Le ton qu’employait Sylviana pour lui répondre était neutre et extrêmement bien choisi. Que ce soit dans sa voix où sur son visage, Amélia remarquait qu’elle ne laissait rien paraître, comme si elle était figée dans le marbre, comme si elle portait… un masque. Était-ce une protection ? Ou tout simplement car par méfiance vis-à-vis des autres ? Il est clair que parfois et même souvent, on ne peut faire confiance qu’à soi-même. Mais tout de même, les amis peuvent s’avérer importants dans la vie et même devenir indispensables. Enfin, c’était dans cet état d’esprit qu’avait été élevée la Poufsouffle. Lorsque cette pensée traversa son esprit, elle se demanda à quoi ressemblait la famille de la Serdaigle. Était-ce eux qui lui avaient inculqué cette façon de faire avec les gens ou du moins les inconnus ? Elle n’en savait rien, elles n’étaient sûrement pas assez proches pour commencer à parler de leurs familles respectives. La jaune et noir auraient voulu savoir ce qu’il se cachait sous le masque, quel genre de caractère elle possédait réellement ou si elle lui ressemblait un peu. Mais essayer de « dérider » sa camarade était presque comme essayer de lire un livre dont les pages auraient été arrachées. Peut-être que Sylviana était ainsi, peut-être avait-elle était brisée à cause d’une raison obscure… Aucune idée, mais Amélia savait combien le passé de certaines personnes pouvait être douloureux. Pourtant, elle aurait juré avoir aperçu un sourire se dessiner sur les lèvres de la bleue et argent, aussi impossible que cela pouvait être. Une illusion ? Elle ne pensait pas.

    Elle déposa son regard sur la demoiselle qui suscitait tant de questions dans son esprit et la vit, baguette à la main, s’activer dans tous les recoins de la pièce. Elle se demanda alors quel niveau pouvait bien avoir Sylviana mais venant d’une septième année et à Serdaigle, il ne pouvait être que bon. La voir se battre en duel –amical bien sûr- devait être particulièrement passionnant. La Poufsouffle lança son bouquin sur son sac qui se trouver sur un banc à un ou deux mètres de là où elle était. Elle ne savait pas trop comment se rendre utile à la tâche pour aider la Serdaigle, alors, elle préféra ne pas bouger, décidant que la prochaine fois qu’il faudrait aménager cet endroit, ce serait son travail. Attendant que la salle soit un peu plus présentable, elle regarda par la fenêtre. Le temps ne s’était toujours pas levé et le parc était encore recouvert pas un épais brouillard qui rendait humide la pelouse verte. En réalité, elle se demandait comment elle pourrait rendre cette pièce appréciable. Elle n’était pas sûre de trouver son bonheur à pré-au-lard mais elle irait y faire un tour sûrement lors des sorties mensuelles. Peut-être irait-elle avec une amie ? Mais comment lui expliquer ce qu’elle cherchait et pourquoi sans lui révéler l’existence de ce petit endroit ? Non, elle s’y rendrait seule, c’était la seule solution qui s’offrait à elle.

    Elle observa Sylviana la rejoindre sur l’appui de fenêtre qu’Amélia n’avait pas encore quitté et en profita pour regarder la pièce. Sans cette couche de poussière et saletés en tout genre, la pièce avait l’air moins miteuse, plus… habitable peut-être. Elle voulait voir la réaction de la Serdaigle et s’aperçut alors que son visage était moins crispé, ses traits un peu moins tendus lorsqu'elle tourna la tête vers elle. Elle était toujours la Sylviana que la Poufsouffle avait connue mais elle était un peu moins intimidante.

    « - Beau travail ! La prochaine fois, ce sera mon tour »

    Elle se rendit alors compte qu’il n’y aurait peut-être pas de prochaine fois. Après tout, qu’est-ce qui lui faisait croire qu’elles reviendraient ici encore une fois, ensemble ? Elle ne voulait surtout pas imposer sa présence à Sylviana. Il fallait rectifier la chose et changer de sujet, sinon, Amélia finirait rouge de honte, une fois de plus.

    « - Enfin… S’il y a une prochaine fois… Que comptes-tu faire après Poudlard ? »

    L’avenir d’Amélia était déjà tout tracé mais qu’en était-il pour la Serdaigle ? C’était certes un sujet très simple mais qui permettrait à la Poufsouffle d’en connaître un peu plus sur les ambitions de la jeune femme et elle était curieuse de les connaitre.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Behind the mask [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Behind the mask [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oubliettes-