AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Lun 15 Aoû - 18:23

Ce regard de Black, elle le détestait. A peine avait-il effleuré son visage – après avoir consulté son formulaire – Sissi y lut le pire sentiment qui pouvait exister : la pitié. La froideur devint glaciale et son regard gris orage semblait lancer des éclairs. Ce n'était pas de sa faute. Oui, décidément, le sang avait une réelle importance, et il fallait s'y habituer. Lorsque la prof s'éloigna, Sylviana poussa un soupir de lassitude. Heureusement, Héra était à ses cotés. Elle se sentait moins seule et un peu en sécurité.

- Sonie …

La russe fronça les sourcils et tourna la tête dans la direction de cette voix qui était seule de Catalina. Elle l'aurait reconnue entre mille. Mais Sonie ? C'est alors que son regard accrocha une petite boule de poil qui vagabondait dans la salle de classe avant de trouver refuge sur les genoux de Jason, ignorant les appels de sa maîtrise. Quelle idée aussi de ramener cet animal en cours, Catalina avait de ces idées parfois, irréfléchie. Mais elle l'appréciait énormément. Ses rires et son sourire lui donner du baume au cœur et réchauffait son corps de glace. Son attention retourna sur Bellatrix, cette femme excentrique à souhait qui semblait avoir un peu trop abusait du whisky pur feu … mais son esprit était lucide – quoique tellement déjanté.

Les événements du XVIIe siècle ? Elle parlait bien de la période où les Godelins s'étaient révoltés contre l'autorité sorcière ? Mais c'était un sujet vu, revu et encore revu. D'un terrible ennuie. Mais la suite lui fit froncer les sourcils – une fois de plus. Cela allait devenir une habitude dans ce cours, et surtout avec cette femme. Un point de vue plus réaliste … mais où est-ce qu'ils allaient ? Oui c'était pour nous apprendre la tolérance et cette Black n'avait pas bien appris sa leçon. La tolérance … un idéal que Dumbledore cherchait à garder au sein de son école, mais qui étaient empoisonné par des idéaux complètement débiles.

La voix de Lestrange la sortit de ses pensées. Encore un … Pensait-il impressionner cette femme en la fixant de cette manière, avec insolence et ce petit sourire assuré. Écœurant, ce spectacle était tout simplement répugnant. Mais il y avait un problème, la prof n'était pas loin de Jason … vous avez v le problème ? La chat évidemment. Lina allait avoir des problèmes … déjà que son franc parlait avait failli lui jouer des tours quelques minutes plus tôt.

Bon, il fallait la détourner de Jason et l’inciter à se rapprocher d'elle. Et le meilleur moyen n'était pas l'insolence ni le franc parlé … Alors après la voix de Rodolphus, ce fut celle froide et assurée de Sylviana qui résonna dans la pièce. Elle qui d'habitude parlait peu en cours, apportant parfois deux ou trois éléments supplémentaires.


- A vrai dire, il y a eu des révoltes tout au long du Monde magique mais elles ont été plus marquantes et sanglantes au 16e siècle. On retient facilement l’événement de 1612, une révolte parmi tant d'autres, mais qui eu lieu près d'ici, à Pré-Au-Lard. La Tête de Sanglier fut d'ailleurs utilisé comme quartier général.

Elle venait de contredire Lestrange, non ? Apparemment oui, mais de toute manière, elle avait raison, non ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 18 Aoû - 11:22

    Cette femme était décidément vraiment vraiment VRAIMENT très étrange. Et franchement, Axelle se demanda si elle rencontrait un épouventard dans les secondes suivantes s'il ne prendrait pas l'apparence de cette sorcière. Parce qu'il fallait savoir que déjà la jeune fille était vraiment très timide, elle n'osait pas souvent poser des questions, elle n'aimait pas donner son avis, ni même participer à certaines conversation mais cela devenait encore pire avec cette drôle de personnes qui passait de table en table comme un serpent et approchait parfois même son visage de folle-dingo tellement près de celui des élèves qu'Axelle en avait de la peine pour eux ! Heureusement, le Professeur Black ne semblait pas s'intéresser à la table de la jeune Poufsouffle. Non, en réalité c'était bien pire que ça, dans les yeux de la jeune femme, Axelle pouvait voir qu'elle ne remarquait même pas son existence. C'était comme si sa table était vide, ou carrément pas dans la salle. Il était vrai que c'était souvent le cas pour la jeune Poufsouffle de passer inaperçu, mais jamais à ce point là.

    Alors que le Professeur Folle-Dingue répondait aux questions des courageux, Axelle regarda les autres élèves de sa classe. Certains semblaient révoltés (bien que la jeune fille ne comprenne pas bien pourquoi, après tout, quand quelqu'un à quelques déficiences mentales, il faut juste être compréhensif, pas la peine d'être aussi outré face à cette pauvre professeur qui n'avait, visiblement pas, toute sa tête.) D'autres élèves cependant acquiesçaient les paroles de Melle Black. Eux au moins semblaient compréhensifs. Le regard d'Axelle tomba alors sur une jeune fille qu'elle connaissait, une camarade de Poufsouffle : Orah. C'était une personne vraiment gentille, elle était agréable et pas trop bruyante, bref, exactement comme Axelle aimait les gens. Tout comme Amélia, qui elle était assez drôle comme jeune fille, très agréable aussi.

    Axelle fut tiré de ses pensées par le serpent qui vagabonda non loin de la table de la jeune poufsouffle qui eut un mouvement de recule. Vraiment... beuuuuuuurk. C'était tout ce que lui inspirait cette dame en noir !

    Elle était en train de parler de quelque chose qui c'était passé dans les années 1600. Bah oui ! Evidemment ! Le professeur Binns avait même fait plusieurs cours plutôt intéressants sur cette période ! Axelle avait bien aimé ces cours. Alors pour quelles raison Melle Black voulait elle en reparler ? A quoi bon refaire des cours qu'ils avaient déjà fait ? C'était comme relire un livre déjà lu, alors qu'il y en a des milliers dans le monde (aussi bien dans celui des moldus que des sorciers soit dit en passant).

    Quelques personnes prirent cependant la peine de répondre à Mme Tarée. Oui des révoltes blablabla ! Tout le monde le savait ça ! Ah non... Au vu de la tête que faisait ce serpentard super étrange, lui il ne le savait pas ! Oui enfin rien d'étonnant, il nous fera signe celui-là quand il écoutera un cours !

    Axelle regarda alors le professeur pendant quelques secondes puis décida que le mieux était tout simplement de regarder sa table, parce que si par malheur son regard croisait celui du crapeau, elle allait paniqué et Dieu seul sait quelles malheureuses phrases (ou même onomatopés) allaient sortir de sa bouche. Oui. Regarder son pupitre c'était cool.

    Il n'y avait pas que la prof qui était étrange...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 18 Aoû - 16:28

    Le matin, ce que je détestais les matins. Je préférais rester dans mon lit plutôt que de devoir me lever et d’aller en cours. Je n’étais pas franchement en forme. C’était même pire. Je me sentais tellement misérable. Une voix dans ma tête me disait de ne pas me laisser abattre par tout ça, mais je ne pouvais pas. C’était impossible et trop douloureux. Je me levais, il était tôt et la moitié du dortoir était déjà debout en train de s’activer. J’avais préparé mes affaires la veille et je n’aurais qu’à faire ma toilette, m’habiller et déjeuner. Ce que je fis. Les cours d’histoire de la magie étaient d’un ennui. Je me devais d’y aller cependant. Je m’habillais après avoir pris une douche, attrapa mon sac et descendit dans la grande salle. Je mangeais silencieusement et seule comme souvent d’ailleurs. Ce que ça pouvait être pesant la solitude par moment. Je me sentais complètement à l’écart de ce monde.
    Je terminer mon petit déjeuner puis me rendis directement en cours.Il y avait déjà Lily Evans de présente à qui je souris. D’autres élèves été déjà là aussi. Je m’aperçus tout de suite que le professeur n’était pas mr.Binns, notre professeur habituel. Je pris place à l’écart comme à mon habitude en n’ayant pas oublié de saluer notre nouveau professeur. Les élèves arrivèrent à quelques minutes d’intervalles. Le nouveau Professeur était une femme. Elle se présenta comme étant Bellatrix Black . Black ? Comme Sirius Black ? Ils devaient être de la même famille. D’ailleurs j’aperçus l’arbre généalogique des Black. Eh bien leur famille était bien grande. Elle expliqua qu’elle remplacerait le professeur Binns un certain temps et qu’on apprendrait toute la vérité. Sa phrase me laissa sceptique. Elle nous demanda de remplir un formulaire qui arriva sur nos tables quelques secondes plus tard. Je pris ma plume pour écrire les réponses.

    Nom : Stanford
    Prénom : Evie
    Sang : Née moldu
    Profession des parents : je n’ai plus que mon père, il est policier.

    Je me demandais pourquoi c’était si important, d’ailleurs je n’étais visiblement pas la seule à me le demander. Ce fut une élève qui posa la question. Le professeur répondit que c’était le sang qui faisait d’un Homme ce qu’il était. Je n’étais pas franchement d’accord avec ça. C’était stupide mais je préférais me taire. La suite me laissa croire qu’elle devait vraiment être attaché à la valeur du sang pour dire des choses pareilles. J’étais née moldu et quelque chose me disait que mme Black n’appréciait pas les gens comme moi. L’année 1600. Je réfléchissais à nos ancien cours mais rien ne me revenais. De tout façon j’étais beaucoup trop timide pour répondre aux question. Qu’elqu’un d’autre le ferait à ma place.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 18 Aoû - 17:33

Après avoir posé sa plume Kalisz attendit la suite, qui ne tarda pas à arriver au galop. Et ce n’était pas un seul petit cheval en furie qui avançait vers eux. C’était tout un troupeau de buffle enragé. Comme Kalisz l’avait remarqué les seuls à se faire remarquer par leur courage et leur langue bien pendu. Le Serpent rampa habilement, enfin plus ou moins jusqu’à la table de la Gryffondor qui avait vitupéré. Cette Gryffondor ne lui était pas étrangère puisqu’elle était ni plus ni moins que sa confidente Catalina. Madame Black répondit alors de sa voix aiguée qui faisait froid dans le dos que les détailles demandaient été important. Elle expliqua ensuite sa « théorie » sur les tares de le génétique et surtout du sang. Ce comportement lui rappela pourquoi sont père avait été blessé et contre quoi il c’était battu toute sa vie. Les fous qui pensait être mieux que les autres, ce qui pensé être supérieur par ce qu’ils avaient les yeux bleus, ou les cheveux blonds. Là c’était pire elle dédaigné tous ceux qui n’avait pas des ancêtres sorciers depuis la nuit des temps. Qu’attendait elle qu’on mettent ceux qui sont sans pouvoir en gage, qu’on les mettent dans un camps pour qu’ils construisent des châteaux magiques pour nous les sorciers. Kalisz attrapa une feuille et commença à gribouiller pour ne pas se laisser gagné par sa colère et par la noirceur de ses souvenirs familiaux. Il entendit enfin la fin de sa tirade de malade mentale. Elle séparait chaque syllabe comme si elle parlait à une autre folle d’une autre nature. Kalisz leva alors la main mais sans attendre qu’elle l’interroge il fit :

« Je suis totalement d’accord avec vous Madame. Je comprends que vous vouliez savoir si nos parents se sont marier entre cousins ou cousines, bref par famille proche car dès ce moment il est vrai que la branche devient pourrit par un champignon et que du coup la ligné qui suit sera aussi pourrit que la base vu qu’elle sera basé sur l’inceste. Vous avez raison Madame c’est connu, la plus part des famille de sang pure se mariant entre eux ils est normale que vous cherchiez les tares génétiques. Je suis totalement d’accord avec vous ! »

Kalisz n’avait pas relevé le visage et avait continué de gribouiller sur son parchemin pour contenir ses paroles. Il en avait déjà trop dit mais il fallait le dire après tout. Dans un sens il était d’accord avec elle sur les tares génétiques. Disons même les tarés qui naissent des mariages entre sang pur. Mais après sa tirade il releva la tête et observa le serpent, ce cobra déplier son capuchon. Il attendait il retour de bâton mais il s’en fichait. Comment on pouvait resté là sans rien dire vers un nazi de nouvelle génération et en plus une sorte de nazi sorcier. Il avait l’impression de se retrouvait face à ses oncles. Aussi fous les uns que les autres ayant trop de « taré » comme ancêtres. Son visage de femme enfant lui donnait l’impression de ne pas avoir grandit nit physiquement ni même mentalement. Elle prenait tout comme un jeux, comme si tout pouvait être cassé et que père et mère en achèterais un autre, plus beau, plus neuf pour le réparer.

Elle continua alors son cours aussi pourrit que sa théorie. Elle parla d’une période qu’il connaissait maintenant. Il regarda dans la direction de Perséphone. Elle l’avait fait travailler sur ce sujet car elle savait que c’était le cours qu’ils allaient aborder. Mais tout lui laissait penser que cette femme n’allait pas aborder la Révolte des Gobelins comme Sephy lui avait montré. Lorsqu’elle dit « point de vu réaliste ». Kalisz rebaissa sa tête et gribouilla de plus belle. Il avait envie d’exploser. Il l’a sentait vraiment mal cette cousine de frères Black. Quand il releva la tête il vit un boule de poile vagabondé dans la salle. Il avait reconnu l’animal, un fou, aussi téméraire que sa maîtresse : Sonie le chat de Lina. Il jeta alors un regard sur sa confidente, elle semblait s’agitait à essayer de faire revenir son compagnon. Le félin alla se cacher dans les jambes de Jason. Il n’était peut être pas aussi fou ce chat il sentait que montré ses moustaches n’allaient surement pas lui porter bonheur. Mais eux, tous ces pauvres élèves, où irions nous nous caché quand elle décidera de commencé à casser ses jouer. Il se demanda comme une telle taré avait put être embauché pour enseigner à Poudlard. Est ce l’administration était d’accord avec les idées des mages noirs à l’extérieurs ? Il ne voulait pas croire que cela pouvait être possible.
C’est alors qu’une voix répondit au Serpent. Kalisz redressa de nouveau la tête en direction du son :


« La révolte des gobelins en 1612 qui fit à mon gout couler trop de sang sorcier et pas assez de sang gobelins. »

Il vit le visage du Serpentard brillait de mille feu, son visage resplendissait le bonheur comme si c’était Noël et qu’il ouvrait son cadeau. Kalisz observa et serra des dents. Il se souvint du témoignage que lui avait faire lire sa voisine, d’ailleurs que faisait elle ? Il la regarda, elle avait toujours son visage de marbre blanc si beau. Kalisz attrapa alors un autre morceau de parchemin sans gribouillis et écrivit rapidement :

« J’ai l’impression qu’on va finir comme ce pauvre gobelin torturer du témoignage, si ce n’est pas par des sorts se sera par les jeux idiots de cette prof’. Tu ne veux pas dire que tu es malade et je t’accompagne à l’infirmerie pour manquer une bonne partie du cours ? »


Alors que Sissi, son amie d’enfance faisait son entré sur la scène il se mit de dos à Sephy, en passant ses jambes de l’autre côté de la chaise pour mieux observé la scène qui se déroulé entre Black et ce fou de Lestrange. Si Black avait un statut dans la famille des sang pure, les Lestrange aussi. Kalisz se souvint avoir vu ce nom dans la bibliothèque familiale sur la tapisserie du dôme. XVIIIe siècle, un Lestrange c’était marié avec une Agnodice. Kalisz la plein, il savait que sa famille même pure cherchait souvent à faire des mariage hors de la Grèce afin d’évité les fous comme cette tante qui c’était faite brûler de son plein grès pendant la chasse au sorcière. Mais ce n’était pas toujours le cas des familles de sang pur anglaise, qui s’était toujours sentit supérieur de part leurs aristocraties. Les Grecques eux étaient beaucoup plus tolérant, n’oublions pas que un de ses grands oncles s’appelait Aristote.

Kalisz attendit alors la réaction des deux serpents face à la contradiction que leur servait sa petite princesse russe. Elle aussi devait être quelque peut exaspéré par ce comportement car son sang était comme le sien. Leur histoire était presque la même. De toute façon combien d’enfant de sa génération avait été chassé de la branche pure de la famille car leur mère avait tous caché ? Kalisz fut quand même content de se dire qu’il n’y avait pas que des fous dans cette assemblée.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Jeu 18 Aoû - 19:53

Le cours avait débuté depuis quelques minutes et déjà je sentais l’atmosphère de la pièce s’alourdir. Je m’étais assise pour une fois au troisième rang, au lieu du premier. Je n’avais pas la moindre envie de me retrouver si proche de la remplaçante du professeur Binns. Très peu pour moi ! Les affiches qu’elle avait placardées contre les murs de la salle de classe témoignaient déjà assez de ses idéaux personnels pour que je ne puisse en tenir compte. Cette femme semblait être une ancienne serpentarde, pure et dure. Tout ce que j’espérais, c’était qu’elle ne ferait pas de mes cours préférés de véritables séances de tortures. Bon sang, mais qu’avait-il pris à Dumbledore d’embaucher une femme comme ça ! Lorsque je fus assise, je vis qu’elle avait déposé des parchemins sur la table, et quand je lus les questions posées je restais bouche bée. En quoi la nature de notre sang avait-il une quelconque importance ? C’était stupide ! Et tout cela puait les préjugés des familles de sangs-purs. Je levai la tête pour voir les réactions des serpentards, certains souriaient, narquois. Quelle bande de… ! Mais mes pensées furent interrompues lorsqu’une silhouette familière apparue dans mon champ de vision. Ce n’était autre que Kalisz. Le gryffondor qui hantait mes pensées depuis quelques temps. Après notre cours particulier ensemble, qui finalement c’était terminé en cours de Vol improvisé. Ses yeux bleus clairs se tournèrent vers moi, et un sourire chaleureux éclaira son visage aux traits fins mais fermes. Il s’assit à côté de moi, et mon cœur fit un bond. Oh non. En plus sa petite-amie était juste devant nous. Génial…

« Tu as piqués ma place, mais je ne t’en veux pas, il vaut mieux être en bonne compagnie pour affronter ce … Gorgone … » dit-il.

Je souris largement, et posai la plume que j’avais sortis, me tournant vers lui.


« Navré, mais je ne me sentais pas le courage de me retrouver près de cette…Gorgone tu dis ? Non..je penses plutôt à un Boursouf à cornes… » renchéris-je avec un sourire entendu.

La jeune femme se présenta alors et je reportai mon attention sur elle. Ses cheveux bouclés descendaient en cascade sur ses épaules fines, et elle avait une figure étonnamment enfantine, pourtant elle avait des traits durs, pas un seul sourire aimable n’était apparu sur ses lèvres depuis le début de ce cours. Elle expliqua alors les raisons de sa venue. Binns prenant des congés ? Étrange en effet, et je ne devais pas être la seule à le penser. Les réactions ne se firent d’ailleurs pas attendre. Je reconnus Ellianne Jackson, une gryffondor, qui leva la main pour remettre en question la question sur le sang. Bonne initiative. De ce pas, une autre gryffondor, que j’avais souvent vu aux côtés de Kalisz mais dont je ne connaissais pas le nom intervint. Si Ellianne avait employé un ton poli et respectueux, elle, ne semblait pas se préoccuper de cela. Ses paroles transpiraient l’insolence, et je grimaçai en pensant aux conséquences d’une telle remarque. J’étais d’accord avec elle, mais mieux valait être plus intelligent que cette femme et contrer ses idéaux par des faits et non par des avis personnels, car de toute manière elle n’écouterait pas ce que nous en pensions. Cette Bellatrix ne tarda pas à répondre aux deux jeunes filles. Et sa réponse me donna envie de vomir. J’étouffai un grognement. Il était à présent clair qu’elle était une ancienne serpentarde, et avant tout chose, une sang pur ! A mes côtés, Kalisz semblait bouillonner, et je le comprenais. Il attrapa un bout de parchemin, qu’il avait sortis de ses affaires, et gribouilla pour passer ses nerfs. Le papier se retrouva alors noirci d’encre. Je n’aimais pas quand il s’énervait. Ses traits devenaient soudain si durs, et ses yeux si clairs et lumineux s’assombrissaient comme un ciel oragé, grondant, frappant quiconque d’une foudre mortelle. Il leva alors la main, mais n’attendit pas qu’elle lui donne la parole.


« Je suis totalement d’accord avec vous Madame. Je comprends que vous vouliez savoir si nos parents se sont marier entre cousins ou cousines, bref par famille proche car dès ce moment il est vrai que la branche devient pourrit par un champignon et que du coup la ligné qui suit sera aussi pourrit que la base vu qu’elle sera basé sur l’inceste. Vous avez raison Madame c’est connu, la plus part des famille de sang pure se mariant entre eux il est normale que vous cherchiez les tares génétiques. Je suis totalement d’accord avec vous ! » fit-il.

Ca ne plairait pas à la « gorgone ». Il n’avait pas relevé le visage vers le professeur, et continuai ses gribouillages, bientôt ce serait la table qu’il griffonnerait, tellement ses gestes étaient frénétiques. Je le comprenais. Cette femme était un monstre. Me contenant, je glissai une main vers Kalisz, la posant sur celle qui ne cessait de gribouiller sur le parchemin qui allait vraiment finir par être troué sous les assauts répétitifs du gryffondor. Je serrai ses doigts, essayant de l’apaiser pour qu’il se calme. Je ne le regardai pas, et fixai Bellatrix Black d’un regard sans expression. Je pris alors la parole sans lever la main. Peu importait de toute façon d’avoir la permission de parler, elle ne serait pas contente de toute manière.


« Par définition un sorcier est une personne possédant des pouvoirs magiques. Que l’enfant ait des parents moldus, ou sorciers, il est question de la même forme de magie. Les sorciers acquièrent leur magie par des gènes, les enfants de moldus ont forcément des sorciers dans leur arbre généalogique qui leur ont transmis ces pouvoirs. Que cela vienne d’une branche éloignée de la famille, ou de nos parents proches, nos pouvoirs sont les mêmes. C’est notre façon de nous en servir qui est différente. Certains sorciers nés d’une union moldue ont beaucoup plus de facilité à apprendre la magie que certains autres élèves au sang dit « pur ». Chaque cas est différent. On ne peut pas discriminer un groupe de personnes parce que leur sang est dit « impur ». Quant à ce que vous qualifié de « tare », je dirais plutôt que c’est les unions entre cousins qui créaient des tares. La consanguinité n’a jamais été une bonne chose, cela entraîne une instabilité ainsi qu’une nature parfois détraquée. Mais je suis d’accord avec vous, ce sont nos actes qui définissent ce que nous sommes. Je pense alors que les vôtres définissent parfaitement ce que vous êtes. »

J’avais parlé d’un ton parfaitement poli, comme si je récitai une partie d’un livre. J’avais lu beaucoup de choses là-dessus. Et mes paroles étaient fondées sur des faits réels. Je ne parlais pas sans savoir. Ma main était toujours sur celle de Kalisz, la caressant sans m’en rendre compte pour apaiser sa colère. Lorsque je me rendis compte de mon geste, je retirai ma main et la posai sur ma cuisse, sous la table. Je n’osais même pas le regarder, et heureusement pour moi le rouge ne me monta pas aux joues. La jeune femme vint alors ramasser tous les formulaires, et j’en profitai pour sortir mon manuel d’Histoire de la Magie, évitant toujours les yeux bleus envoûtants du rouge et or.

« Pour débuter cette première période de cours que nous allons passer ensemble, commença-t-elle d'une voix presque inaudible, nous travaillerons sur les événements s'étant déroulé à partir de l'année 1600.. Je me doute que votre ancien professeur vous ai déjà parlé de cette période, cependant.. j'aimerais revenir dessus pour que vous ayez.. comment dire cela sans paraître sur de soit.. pour que vous ayez un autre point de vue, un point de vu que je qualifierais de plus réaliste, de plus juste ! -Bellatrix marqua une pause- Car beaucoup de choses ont été passé sous silence, pour - comme disent ceux qui se croient savant -, vous apprendre la tolérance.. Haha ! ricana-t-elle d'une voix aiguë comme si sa remarque avait été particulièrement drôle. La tolérance, voyez vous ça ! - A présent, Bellatrix ne parlait plus du tout d'une voix silencieuse, elle s'exprimait fort, à la façon d'une militante récitant son serment. - Sauf que nous ne pouvons pas être tolérant avec ce genre de créature ! Car oui, durant cette longue période, beaucoup de sang de sorcier a été versé, et tout ça à cause d'une sale petite vermine ne respectant pas ses ainés ! »

Je pris une grande inspiration pour calmer mes nerfs. Elle arrangeait tout à sa sauce. Et tentait de nous inculquer ses propres théories malsaines. Stupide. Raciste. Monstrueuse. Trois mots qui pouvaient la qualifier à merveilles. Hélas, il était difficile de dialoguer avec ses personnes. Elles étaient tellement convaincues de ce qu’elles disaient qu’il était impossible de leur faire changer d’avis. Qui plus est, elle semblait véritablement en phase avec ses « croyances » que je jugeais infondées et stupides, dignes de vieux sorciers rabougris et séniles. En fait, elle me faisait pitié ! Oui, car elle suivait sans réfléchir les choses que ses propres parents, oncles, tantes, et grands-parents lui avaient appris. Elle ne cherchait pas à remettre en question son éducation, et n’était même pas assez intelligente pour voir que tout ceci était malsain, cruel, et raciste. Du grand n’importe quoi ! Je ne comprenais même pas comment certains pouvaient se mettre ses idioties en tête. Comme je l’avais annoncé à Kalisz lors de nos cours particuliers, notre prochaine leçon était sur les révoltes des gobelins. Oh non ! Cette leçon allait être particulièrement horrible avec une telle femme pour nous apprendre les faits réels. Elle allait tout arranger à sa manière en faisant passer les gobelins pour des êtres affreux. C’était tout le contraire, les sorciers avaient abusé de leur pouvoir en se considérant plus dignes qu’eux. Encore une bande d’imbéciles. Notre histoire était remplie de ce genre de choses. Des erreurs, et des bains de sangs inutiles.

Rodolphus Lestrange ne perdit pas de temps pour répondre évidemment. Et sa réponse était digne d’un sang pur sans états d’âmes. Il était apparemment sur la même longueur d’onde de la professeur !


« La révolte des gobelins en 1612 qui fit à mon gout couler trop de sang sorcier et pas assez de sang gobelins. » dit-il.

Pas assez de sang de gobelins ?! Alors que j’étais en train d’ouvrir mon livre, bien que ce n’était en réalité pas nécessaire étant donné que je connaissais déjà le sujet à la perfection. Enfin, si l’on peut dire. J’espérais avoir déjà bien préparé Kalisz à cette leçon, même si notre cours particulier avait été interrompu. Je me dis alors que nous serions obligé de reprendre nos cours ensemble, car il était hors de question que je le laisse apprendre ce qui sortirait de la bouche de cette femme.Alors que j’écoutais les commentaires qui suivirent, je sentis un bout de papier contre ma main. Je me tournai vers Kalisz, et vis qu’il avait écrit sur un autre morceau de papier.

J’ai l’impression qu’on va finir comme ce pauvre gobelin torturer du témoignage, si ce n’est pas par des sorts se sera par les jeux idiots de cette prof’. Tu ne veux pas dire que tu es malade et je t’accompagne à l’infirmerie pour manquer une bonne partie du cours ?

Je souris en lisant son mot. Il se détourna cependant pour écouter Sylviana, une serdaigle que je connaissais très bien. Elle m’avait ôté les mots de la bouche, c’était certain ! J’aurais répliqué la même chose, si je n’avais pas été distraite par Kalisz. D’ailleurs je pris la plume, et lui répondais.

Tu plaisantes ? Je suis sûr que si l’un de nous deux étaient en train de s’étouffer en ce moment-même, elle nous regarderait sans bouger le petit doigt. Je crois sérieusement que nous allons finir par sécher les cours d’Histoire. A moins que Binns ne reviennent nous sauver de cette Gorgone affamée ! Je n’ai jamais autant aimé les fantômes jusqu’à maintenant.

Une fois ma réponse terminée, je posai ma plume sur la table, et me mordis la lèvre. Kalisz était dos à moi, et je me surpris à l’observer. Mes yeux glissèrent sur les muscles tendus de son dos, en dessous de sa chemine d’uniforme, il avait les épaules tellement carrées. Fort. Musclé. Il avait tout de ses statues représentant la force, la virilité, la puissance. Je me repris cependant, et tapotai son dos discrètement, sur le côté, pour que personne ne le voit et surtout pour l’avertir que j’avais répondu à son mot que je cachais sous ma main droite. J’attendis alors qu’il se retourne.

Je sentais que les cours d’Histoire n’allaient plus être de tout repos…







Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Lun 19 Sep - 10:09

HJ : désolé je viens d'arriver, je prend en cours de route >_<

Ce matin en me réveillant j'avais une fois n'est pas coutume les cheveux dans un désordre monstre. Pas grave, le plus important c'est que j'avais histoire de la magie avec le professeur somnifère, alias Binns. Comme d'habitude j'étais en retard, mais de toute façon le vieux fantôme ne remarquerais rien et je pourrais aller tranquillement au fond, transformer un objet en oreiller et finir ma petite sieste.

Encore un gateau dans la bouche et venant d'achever de boutonner ma chemise, car oui je fini de m'habiller en courant, j'entrais sans frapper dans la salle, m'attendant à voir toute une partie de la classe dormir. A la place, certain semblait avoir une légère crainte, d'autre du dégout, et d'autre encore satisfait.

Une femme étrange ce tenait devant nous, j'étais certain de l'avoir vu quelque part. Je m'installait cependant et vis un formulaire qui me fit froncer les sourcils.

Nom: Köln
Prénom: Aaron
Sang: Pur.
Profession parents: Père, travail au ministère, langue de Plomb. Mère : Tiens un magasin de potons, poison et créer des malédiction à l'allée des embrumes.

Je précisais dans une petite anotation qu'il n'y avait pas de quoi en être fier et écoutais ce qui ce disais autour de moi.

-Pour débuter cette première période de cours que nous allons passer ensemble, nous travaillerons sur les événements s'étant déroulé à partir de l'année 1600.. Je me doute que votre ancien professeur vous ai déjà parlé de cette période, cependant.. j'aimerais revenir dessus pour que vous ayez.. comment dire cela sans paraître sur de soit.. pour que vous ayez un autre point de vue, un point de vu que je qualifierais de plus réaliste, de plus juste ! -la prof ce stoppa un peu- Car beaucoup de choses ont été passé sous silence, pour - comme disent ceux qui se croient savant -, vous apprendre la tolérance.. Haha ! ricana-t-elle d'une voix aiguë comme si sa remarque avait été particulièrement drôle. La tolérance, voyez vous ça ! - A présent, Bellatrix ne parlait plus du tout d'une voix silencieuse, elle s'exprimait fort, à la façon d'une militante récitant son serment. - Sauf que nous ne pouvons pas être tolérant avec ce genre de créature ! Car oui, durant cette longue période, beaucoup de sang de sorcier a été versé, et tout ça à cause d'une sale petite vermine ne respectant pas ses ainés !

Les yeux ahuri je la fixais comme on regarde une créature étrange, horrible. Comment pouvait-elle tenir de tel propos comme si de rien n'étais? Je regardais tour à tour Sirius et cette femme en me disant qu'il n'avait rien en commun du tout. Sirius était un farceur et absolument contre ce genre d'idée alors que cette... cette chose l'encourageait et que des élèves semblait d'accord !! Impossible.

Comme à chaque fois que j'entendais de tel mots mon sang ne fis qu'un tour et mon regard était encore plus noir que d'habitude alors que certaines images me passait devant les yeux, j'étais totalement absent du cours malgré ma présence physique. Un élève, je ne sais lequel approuva les mots de la prof, et plus dans un réflex que par volonté je donnais un violent coup dans la table.


"Comment vous pouvez dire ça? Les gobelins ont eu raison de ce révolté, ils sont traités comme des moins que rien par des imbéciles qui pensent être plus pur que les autres alors que ces mêmes sorciers sont incapables d'executer certains sorts basique. Pas étonnant, à force de vous marier entre cousins ça pourris la magie mais aussi le cerveau la preuve! Il n'y a qu'à voir ce que l'on entend par certain ! Franchement j'ai honte d'être sang-pur en entendant de tels ineptie..."

Calme... on ce calme. Je respire un bon coup et la peur reprendre le dessus à cause de mes mots alors que je remet ma table en place, je n'avais même pas vu qu'elle avait valdinguer aussi loin. En tout cas, vu l'air folle de la prof, ça n'allait pas en rester là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Lun 26 Sep - 13:02

    Madydy n'avait pas l'envie de finir sa fiche. D'après la "PROFESSEUR" c'était des informations très importante car le sang " faisait l'homme" et c'était sans doute la chose la plus stupide qu'elle n'avait jamais entendu! Juger une personne à son sang était une forme de racisme, car cela était comme juger un homme de couleur ou une personne handicapé. Madison était outrée par ce que cette femme disait. Même en bonne Serpentard, jamais la jeune fille ne dirait ce genre de chose, même si il lui arrivait plusieurs fois de pensée des choses immonde à propos de sa famille qui n'était pas entièrement sorcière, non ça n'était pas dans ses gênes, sa mère avait été marié à un moldu et elle l'avait aimée. Du coup, elle ne pouvait pas les renier. Cela ne lui avait pas été forcer, c'était un choix pur et simple.

    "Vois tu, s'il y a une tare chez l'un de ses parents, on retrouve forcément cette tare chez lui. Si la base de l'une des branches de l'arbre est pourrit par un champignon, c'est toute la branche naissante qui le sera alors également"

    *Une tare!!!*

    Voilà que maintenant elle était considéré comme une tare. Pas que la jeune fille le prennait pour elle personnellement, mais dans les circontances qui faisait qu'elle était à Serpantard et de sang mêlé ... ce faire litéralement insulté "d'anomalie" faisait assez mal et était assez mal vue dans la maison à serpent. Surtout avec ce qu'il se passait au dehort du collège, certaines personnes en venait à se demander si cela pouvait aussi arrive à Poudlard. Beaucoup cachait leurs vrais identitées de peur d'être une potentielle victime.

    L'ambiance de la classe était plutôt lourde et la présence de certaines personne n'arrangeait malheureusement pas les choses. Entre une qui cherchait son chat, quelques autres qui se prennaient pour des quaïds des ténèbres (si cela était juste) en rajoutant que si on se mariait pas entre cousins la branches finirait par pourrir sévert. Ce qui n'était pas faux car les moldus avaient fini par découvrir que dans trois cas, avoir des enfants avec un membres de sa famille proche était atteind d'une maladie.

    De ce qui était du cour, Madydy ne pouvait pas vraiment dire qu'elle suivait. Elle était plutôt observant ses camarades de classe. Son poing sous le menton, sentant sa tête lourde de pensées vide. La serpentard ne savait pas si c'était cette ambiance de pensenteur, de stresse ou simplement le fait que Madame Bellatrix lui servait de prof d'histoire de la magie, mais sa concentration avait du mal fonctionner. Même Severus pour une fois ... elle sans moquait.

    Un coup sec et violent la aisait sortir de ses speudos songe. Un asiatique jaune venait de violenter sa table. Madison ouvrait grand ses yeux, *Enfin un peu d'action dans ce monde de faux-cul.*

    "Comment vous pouvez dire ça? Les gobelins ont eu raison de ce révolté, ils sont traités comme des moins que rien par des imbéciles qui pensent être plus pur que les autres alors que ces mêmes sorciers sont incapables d'executer certains sorts basique. Pas étonnant, à force de vous marier entre cousins ça pourris la magie mais aussi le cerveau la preuve! Il n'y a qu'à voir ce que l'on entend par certain ! Franchement j'ai honte d'être sang-pur en entendant de tels ineptie..."

    Madison ne pouvait s'empêcher de pouffer de rire. Oh! ce n'était pas la première fois qu'elle entendait un "sang-pur" se plaindre d'être un "sang-pur", mais cela était toujours amusant de voir confronter les pur et dur et les pur et simple. En même temps, elle avouait que ses paroles n'était pas bien réfléchit, il parlait sous la colère et certains mots étaient enfantins et maladroit. C'était plutôt charmant.
    Sur ce, elle n'avait rien à ajouter, bien qu'il y avait encore grand chose à dire à ce sujet, elle préférait laisser les autres parler. Prendre la parole n'était pas vraiment dans ses habitudes.


Dernière édition par Madison Doll le Mar 27 Sep - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 27 Sep - 10:07

    Je restais là, interdit face aux propos de ma cousine. Tout semblait normale pour elle. Je gardais la tête baissé, essayant de refouler l'envie de la stupéfixier sur place pour eviter qu'elle ne parle de ce qu'elle ne devrait pas parler. Elle serait bien capable de me prendre en exemple cette furie! Après avoir ramassé les feuilles, les conversations fusait de toutes parts et je pouvais discerner facilement que certaines personnes m'observait. Elle est folle. Y'a pas d'autres mot! Je me deamnde pourquoi Dumbledore a eu l'envie de la recruter! Il sait très bien de quoi elle est capable, suffit de regarder comment elle était à Poudlard! Sérieusement!
    Elle prit la parole, d'une voix à peine audible. Elle voulait parler de la révolte des Gobelins apparemment. Mais ces mots firent le tour de la classe et les réactions ne tardèrent pas à fuser. Je me retenais littéralement de ne pas la prendre comme cobaye pour m'entrainer sur des sorts complexes de DFCM. Je gardais la tête baissé, fixant ma plume posée sur la table. James était à côté de moi et je pouvais sentir que cela ne lui plaisait pas. De toute manière à qui cela pouvait plaire? Plusieurs personnes prirent la parole sans demander l'autorisation. Ouh, ca va barder. Bellatrix est comme ma mère mais avec la fougue de la jeunesse en pire et elle ne connait pas de limite. Du coup elle est cent fois pire que ma mère. Bref, une vraie furie. J'écoutais attentivement à tour de rôle les voix qui prenait la parole. Les avis semblaient partagés. Normal me dirait vous. Cela finira entre un débat entre Serpentard et Gryffondor cette histoire... Sauf qu'une voix retenait mon attention. Celle de Rodolphus Lestrange. Il affirmait qu'il était d'accord avec elle... Je le fusillais du regard. Comment pouvez t-on être d'accord avec ça? C'est irrationnel! Elle est en train de dire que les Sorciers sont supérieurs à d'autre créatures tel que les gobelins. Je repensais à Moony. Comment pouvez vous dire que Remus est... Attendez... Si ma sœur fait partie du corps enseignant, et que Mac go est au courant... Il faut à tout prix que je sache si c'est tout le corps enseignant qui le sait ou si c'est simplement le directeur et la directrice de maison sinon, Remus risque d'en faire les frais... Une table vola non loin de moi ce qui eu le don de m'extirper de mes pensées. Le jeune homme s'était levé et parlait d'une voix forte, colérique.

    "Comment vous pouvez dire ça? Les gobelins ont eu raison de ce révolté, ils sont traités comme des moins que rien par des imbéciles qui pensent être plus pur que les autres alors que ces mêmes sorciers sont incapables d'exécuter certains sorts basique. Pas étonnant, à force de vous marier entre cousins ça pourris la magie mais aussi le cerveau la preuve! Il n'y a qu'à voir ce que l'on entend par certain ! Franchement j'ai honte d'être sang-pur en entendant de tels ineptie..."

    Oye! Fait gaffe à ce que tu dit parce que ça, ca a le don d'énerver ma cousine... Le sang, c'est un sujet très sensibles avec elle. Enfin, je crois. Je me souviens de certaine réunion mais je crois que je l'évitais comme la peste après l'histoire du dragon. Bref. J'ai hâte de voir la réaction de ma chère et tendre cousine. Cousine qui d'ailleurs semblait furax. Mais n'empêche qu'il a pas tord. J'eus un petit sourire, premier sourire depuis que je suis rentré dans cette salle. Il suffit de voir Evans et Goyle. Cela en fait une sacré comparaison. N'empêche je n'ai pas aimé ce qu'il venait de dire puisque cela m'implique aussi. Il est en train de dire que je suis aussi fou qu'elle! Nan mais n'importe quoi! D'accord, j'ai un penchant pour les blagues et les mauvais coups. J'aime quand on me regarde (égocentrique? A peine!) mais cela ne veut pas dire que je suis aussi taré qu'elle! Et puis suffit de voir comment je suis avec Evans pour voir que j'en ai rien à faire du sang! Rien que ma présence à Gryffondor en est la preuve!
    J'attendais de voir la réaction de ma cousine. Cela risque fort de devenir intéressant...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   Mar 27 Sep - 12:26


« Annonce d'un poste »


Voilà, j'arrête la deuxième partie ici pour pouvoir poster. Il y a eu beaucoup d'action donc il faut intervenir avant que ce soit trop lourd et que le sujet ne veuille plus rien dire. Je vais faire mon RP le plus vite possible. De plus, je ne sais pas si je dois continuer l'histoire de Sonnie le chat vu que son propriétaire n'est plus sur le forum. Dites moi ce que vous en pensez par message privé.

Bien à vous.
Mademoiselle-qui-fait-le-professeur-Black



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première leçon.. [élève de cinq, six, septième années, toutes maisons. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» La bataille des cinq armées
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Première nuit dans Dreamland...
» Pas touche, je l'ai vu en première. [Déborah]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Oubliettes-